Ça s'est passé le...

Italie,  Europe

9 mai 1978. Le corps d’Aldo Moro est retrouvé dans le coffre d’une automobile

Par Patrick Descheemaekere@GeopolisAfrique | Publié le 09/05/2013 à 11H47, mis à jour le 09/05/2013 à 11H47

Photo corps sans vie d'Aldo Moro découvert à Rome 9 mai 1978
Photo du corps sans vie d'Aldo Moro, découvert à Rome le 9 mai 1978 © AFP / UPI

Le président du conseil national de la Démocratie chrétienne avait été enlevé le 16 mars 1978 à Rome, par les Brigades rouges, un groupe terroriste d’extrême gauche.

Aldo Moro partait assister à une session de la chambre des députés, au cours de laquelle devait avoir lieu un vote de confiance au nouveau gouvernement de Giulio Andreotti, lorsque les terroristes l’enlevèrent après avoir assassiné ses cinq gardes du corps.
Pour épargner la vie d’Aldo Moro, les Brigades rouges réclamaient la libération de plusieurs de leurs compagnons emprisonnés.
 
Le jour où le corps d’Aldo Moro est découvert à Rome …

Reportage TF1, Claude Brovelli, diffusé le 9 mai 1978 dans le JT 20H. Photo AFP / UPI.

Retour sur les 55 jours d’enlèvement d’Aldo Moro …
Reportage Antenne 2, Victor Vramant, diffusé le 9 mai 1978 dans le JT 20H. Photo AFP.

Alors que l’Italie traversait une grave crise économique, politique et sociale, Enrico Berlinger, le dirigeant du Parti communiste italien (PCI) de l’époque, proposait une alliance entre communistes et démocrates chrétiens. Aldo Moro contribua alors à former un gouvernement de «solidarité nationale».
 
Portrait d’un homme politique italien de premier plan …
Reportage Antenne 2, Daniel Bilalian, diffusé le 9 mai 1978 dans le JT 20H. Photo AFP / INP.

Les causes de l’enlèvement d’Aldo Moro n’ont jamais vraiment été connues. Certains observateurs avancent l’hypothèse selon laquelle les Brigades rouges auraient pu bénéficier d’un appui de la Stasi, la police politique est-allemande. L’organisation terroriste aurait en effet été infiltrée par les services secrets américains, en vue de discréditer la cause communiste.
 
En 2012, le Saint-Siège, a déclaré étudier le dossier d’une éventuelle béatification d’Aldo Moro.