Trois questions à...

Tunisie,  Afrique,  Afriques

Coup de coeur pour le film «A peine j'ouvre les yeux»

Par Laurent Ribadeau Dumas@GeopolisFTV | Publié le 09/09/2015 à 11H25, mis à jour le 03/01/2016 à 12H06

Farah Baya Medhaffer l'héroïne film «A peine j'ouvre yeux
Farah (Baya Medhaffer), l'héroïne de «A peine j'ouvre les yeux»

Coup de coeur pour un film sorti à l'occasion des vacances de Noël à Paris. Il faut courir voir «A peine j’ouvre les yeux», sorte de «Fureur de vivre» à la Tunisienne avec des actrices lumineuses et une musique envoûtante. A cette occasion, nous republions l'interview de la réalisatrice, Leyla Bouzid par Laurent Ribadeau Dumas.

Primé aux Venice Days de la Mostra de Venise en septembre, A peine j'ouvre les yeux raconte l’histoire de Farah, une jeune fille de 18 ans, peu de temps avant la révolution de janvier 2011. Rencontre avec la très prometteuse réalisatrice, tout juste trentenaire, de ce film magnifique.

Leyla Bouzid
Leyla Bouzid, la réalisatrice du film «A peine j'ouvre les yeux» © DR

L’ambiance est à la fois légère et lourde. La caméra de Leyla Bouzid suit à Tunis, avec beaucoup de finesse et de sensibilité, Farah (la très talentueuse Baya Medhaffer) et les membres de son groupe de rock engagé (qui s’inspire des rythmes du mézoued, la musique populaire tunisienne). Issus de la classe moyenne, ceux-ci mordent la vie à pleines dents en répétant pour leurs concerts. Partagé entre son groupe et sa famille, l’adolescente découvre l’amour, la passion, la trahison. Et interprète, de manière magistrale, des chansons très fortes.

Mais derrière, on sent une pression, celle du pouvoir du dictateur Ben Ali qui ne supporte pas l’énergie créatrice et contestataire de ces jeunes. Et est prêt à tout pour les briser. Libre et impulsive, Farah refuse les compromis, se dispute violemment avec sa mère Hayet (Ghalia Benali, remarquable elle aussi) qui connaît les interdits de la société et veut la préserver. Peu à peu, les rouages de la machine répressive vont se refermer sur la jeune fille, symbole de ceux qui veulent rester debout. Mais en payent le prix…

«A peine j’ouvre les yeux» a obtenu le prix du public (BNL People's Choice Award) et le prix Europas Cinemas Label à la Journée des Auteurs des Venice Days, «section indépendante de la Mostra internationale de cinéma de Venise, à l'instar de la Quinzaine des réalisaterurs à Cannes».

Extrait du film mis en ligne sur Youtube le 31 juillet 2015.

Qu’avez-vous voulu signifier avec le titre de votre film?
Plusieurs choses. J’ai d’abord voulu parler d’une adolescente qui ouvre les yeux et commence à vivre. Mais se heurte aux obstacles dressés par la famille, la société, l’Etat. Il y aussi l’éveil de la mère qui prend conscience de ce que veut faire sa fille. Et puis, il y a la Tunisie qui, quelques mois avant la révolution, ouvre les yeux sur ce qui se passe dans la société. A cette époque, le pays commence à basculer.
 
Dans une interview, vous dites avoir constaté, pendant le tournage, que beaucoup de Tunisiens ont oublié ce que c’était de vivre sous Ben Ali. Avez-vous voulu faire un film de mémoire?
C’est vrai que les Tunisiens sont parfois un peu amnésiques. Et je pense que le pays n’a pas fait le bilan de 20 années de dictature. Alors, j’ai voulu revenir sur la sensation d’étouffement, la peur continue qu’on ressentait alors. Il ne faut pas oublier ces émotions. Je parle plus particulièrement de l’atmosphère des derniers mois du régime. Alors que la corruption rongeait tout, les gens étaient agressifs, ils évoluaient dans l’incertitude. C’était un peu une fin de règne.
 
Tout cela explique, au moins en partie, énormément de choses, notamment les raisons de l’explosion qui ont conduit à la révolution. Cela éclaire aussi nombre d’évènements actuels, par exemple les arrestations de rappeurs ou de blogueurs, le repli identitaire ou religieux, le comportement de la police

Fayah Baya Medhaffer dans rue à Tunis
Fayah (Baya Medhaffer) dans la rue à Tunis © Shellac

J’ai voulu revenir, tout de suite après la révolution, sur la période Ben Ali et cet Etat policier. J’ai commencé à écrire le film dès l’été 2011. Je voulais m’immerger dans ce passé pour être le plus précis, le plus juste possible. Mais pour ceux qui l’ont vu, ce film évoque aussi le présent.

Globalement, je pense qu’il y a tout une réflexion à mener sur le passé à de multiples niveaux. Il faudrait ainsi s’interroger sur le système judiciaire, le système éducatif, notamment l’enseignement de l’Histoire… Il y a d’énormes chantiers à entreprendre. Personnellement, je me place sur le plan artistique en utilisant le cinéma. Et j’interroge le passé à travers ceux qui ont un potentiel artistique.
 
Vous parlez de création. Pourquoi la musique tient-elle, dans votre film, un rôle aussi important?
Ce n’est pas facile d’évoquer l’art à l’écran. Justement, pour moi, la musique permet d’incarner et de sentir l’énergie des jeunes. Elle donne de la force à leurs aspirations. C’est donc un moyen puissant. Et puis, métaphoriquement, pour un régime autoritaire, c’est un art difficile à contrôler : même une dictature ne peut pas empêcher la circulation d’une chanson.
 
Farah Baya Medhaffer avec sa mère Hayet Ghalia Benali

Farah (Baya Medhaffer) avec sa mère Hayet (Ghalia Benali): deux remarquables comédiennes © Shellac


En France, certains pourraient se demander pourquoi vous ne parlez pas de religion…
Il faut voir que sous la dictature, celle-ci restait très discrète. D’autant que Ben Ali disait vouloir combattre les islamistes. J’ai voulu montrer qu’il y a d’autres formes de terreur, notamment le processus qui consiste à détruire le potentiel de créativité de la jeunesse, son énergie, son élan, ses rêves. Un processus qui peut entraîner un repliement sur soi, un repliement religieux ou identitaire.

La fin de votre film peut surprendre. On aurait pu s’attendre à ce qu’elle évoque la révolution…
J’ai voulu montrer qu’Hayet finit par accepter la voie qu’a choisie sa fille. Elle n’a pas forcément envie d’avoir une enfant sage. Elle a compris que ce n’est pas en la brimant qu’elle va la protéger. On reste dans l’espace intime. Il s’agit d’une mère et d’une fille semblables à des milliers d’autres. Fahra, qui représente métaphoriquement la Tunisie, est comme d’autres jeunes que la dictature a détruits. Mais qui vont surmonter cette épreuve.
 
Aujourd’hui, comment voyez-vous l’avenir de la Tunisie?
Celle-ci a d’énormes défis à relever : c’est un chantier et il y a beaucoup de choses à construire. En même temps, il y a beaucoup de volontés qui se mobilisent.

Mais ce n’est pas facile. Il y a des périodes de cauchemars, comme lors des attentats du Bardo à Tunis (mars 2015) et de Sousse (juin 2015). On voit s’affronter des forces négatives et positives qui tirent le pays d’un côté et de l’autre. Résultat : on passe par des phases pessimistes. Et optimistes. Une chose est sûre : il faut rester vigilant.

Extrait du film mis en ligne le 13 août 2015.

Présidentielle américaine

Recevez notre newsletter consacrée aux élections américaines 2016