Synthèse

Europe,  Europes,  Les enjeux

Accessibilité: les prix 2015

Par Clara Crochet-Damais@GeopolisAfrique | Publié le 16/04/2015 à 09H55, mis à jour le 16/04/2015 à 09H58

Les lauréats
Au centre, sur son fauteuil roulant, en chemise bleu, Jean-Marc Maillet-Cottoz, commissaire général d’Urbaccess entouré des équipes primées par Design for All, le 10 mars 2015.
© DR

Quinze prix de bonnes pratiques de l’accessibilité ont été remis le 10 mars 2015 à Paris par la fondation Design for All et son jury international, à l’occasion du salon Urbaccess de l'accessibilité et de la conception universelle. Petite sélection de certains de ces projets très innovants.

Design for All est une fondation à but non lucratif fondée en 2001 par Francesc Aragall. Elle promeut l’accessibilité à travers le monde. Lors du salon Urbaccess, qui s'est tenu au parc de la Villette à Paris, elle a décerné ses «prix 2015 de Bonnes pratiques de l’accessibilité» à 15 projets (sur un total de 43 candidatures initiales). 

Etxegoki, pour l’Espagne, est un projet d’habitat qui a été mis en œuvre en 2011 par Marcelino Fernandez et Juan Carlos Sola, respectivement président et directeur de Fekoor, la fédération d’associations d’handicapés à l’origine de cette initiative.

Trois ans après, cette initiative a abouti à l’ouverture d’une résidence de 32 appartements où logent 37 handicapés en fauteuil roulant, parfois lourdement touchés. «Nous sommes les seuls dans toute l’Espagne à porter un tel projet», affirme Marcelino Fernandez. Un projet financé par le conseil régional du Pays basque à Bilbao.

La conception de ces logements, totalement adaptés en termes d’accessibilité, a été réalisée en entière collaboration avec leurs futurs habitants : du design à la moindre adaptation à prévoir pour les rendre indépendants. «Les dernières innovations technologiques sont à leur disposition, en termes d’informatique, d’électricité ou d’adaptation à leurs besoins quotidiens», ajoute Juan Carlos Sola. Les boîtes aux lettres sont disposées au niveau des fauteuils roulants. Les portes s’ouvrent automatiquement. Les plans de travail des cuisines se baissent. Enfin, des auxiliaires de vie habitent sur place pour pouvoir assister les résidents 24 heures sur 24.

Les fondateurs d'Etxegoki

De gauche à droite : Juan Carlos Sola, président de Feekor; Francesc Aragal, président de Design for All; Marcelino Fernandez, directeur de Fekoor; Per Eritsson, membre suédois du jury international des prix de Design for All.
© DR


Sensory labels, projet britannique récompensé. Son but: rendre «actif» un handicapé mental visitant le British Museum grâce à des innovations technologiques et sensorielles. Il a été réalisé par une équipe du Arts and Humanities Research Council sous la direction du professeur Kate Allen. «Par le toucher, l'ouïe et même l’odeur, nous avons recherché les meilleurs moyens pour que les handicapés mentaux aient accès aux expositions du musée», explique-t-elle avec fierté.

Le projet a été porté par l'University of Reading et The Rix Reseach Center UEL. Cette solution alternative a été trouvée lors d’ateliers où les handicapés mesurent eux-mêmes ce qui les stimule le plus. Concrètement, des labels multi-sensoriels sont ajoutés aux explications ou légendes déjà existantes. «Le ressenti de l’ensemble du public vis-à-vis de ces labels nous intéresse aussi», ajoute Kate Allen.

Sensory labels

De gauche à droite : Claudia Nic, partenaire; Francesc Aragual, président de Design for All; Dr. Nic Hollinworth, chercheur post-doctorant; Per Ericsonn, membre suédois du jury international des prix de Design for all.
© DR


Draps academy, projet turc, a permis de regrouper des handicapés, des exclus, des étudiants autour d’un chantier d’éducation. Tous bénévoles, ils ont mené ensemble une opération de rénovation d’une vieille école primaire dans la région d’Ankara pour y vivre en communauté. Objectif: apprendre le vivre ensemble dans le respect des différences de chacun. Ce projet, ainsi qu'un autre mené près d’Istanbul, s'intègrent dans un programme de développement des Nations Unies. Ces chantiers alternatifs ont comme modèle ceux de l’Alternative Life Association (AYDER). 

Draps academy


Le projet suédois d’Arena à Östersund a, lui aussi, été primé. Il a permis d’ériger un complexe sportif entièrement accessible, en 2013. Des panneaux d’information en braille y sont installés pour guider les malvoyants. De grands espaces peuvent accueillir les spectateurs en fauteuil roulant (voir photos ci-dessous). «L’objectif est de faire participer vraiment tout le monde aux événements culturels ou sportifs organisés», déclare Karin Riddar, responsable de la politique de l’accessibilité à la mairie d’Östersund. L’année prochaine, c’est à l’Arena d’Östersund qu’auront lieu les championnats du monde paralympiques de hockey.

Hall OSD Arena

© DR


Pour la France, Autonom‘lab, un projet d’habitat groupé et adapté, a été primé. Autonom'lab est un groupement d’intérêt public d’innovation dans la santé et l’autonomie des personnes. Il est notamment financé par des collectivités territoriales du Limousin. «Nous avons été attentifs à ce que certaines personnes vulnérables, parce qu’âgées ou handicapées, soient parties intégrantes du projet», lance Marie-Pierre Janalhiac, la responsable du projet. «Notre objectif est d’aider à bien vieillir, en restant actif et en bonne santé», renchérit Pierre Mérigaud, directeur d’Autonom’lab. 

Les méthodes utilisées ? L’adaptation du lieu de vie, mais aussi la prévention de la perte d’autonomie. Avec des usagers et des professionnels de santé et du domicile, ils ont cherché les réponses les plus adaptées en matière d'habitat. Plus d’une vingtaine de structures régionales différentes (collectivités territoriales, établissements, bailleurs sociaux...) ont été associées à la démarche. Les étudiants de six filières universitaires ont également été impliqués pour adapter les cahiers des charges des donneurs d’ordre en matière de construction de logements.


Une initiative portugaise séduit le jury. Elle est portée par Miguel Neiva(photo ci-dessous), de l’Associados-Design Gráfico ColorADD.

Miguel Nieva

«Je suis fier d’avoir créé un système de codes de couleurs adapté aux daltoniens», explique Miguel Neiva. Plus de 350 millions de personnes dans le monde souffrent de cette anomalie héréditaire de la vue. Miguel Neiva, designer, a travaillé plus de 10 ans à Porto sur le daltonisme. Grâce à lui, sa ville natale est devenue pionnière dans le domaine.

ColorAdd
Déjà implanté à titre expérimental dans le métro de Porto pour orienter les voyageurs sur les différentes lignes, le code de couleurs de Miguel Neiva est aussi employé à l'hôpital Sao Joao de Porto pour aider les visiteurs à se repérer. Une fabrique locale de crayons de couleurs, Viarco, l'a décliné sur ses produits. Enfin, plusieurs entreprises (sociétés de textile ou fabricants de peintures) l'utilisent dans leurs catalogues et sur leurs étiquettes.


Seniori365.fi, projet finlandais, a également été primé.

Seniori365

Il s’agit d’un site Internet mis en place par des étudiants et des experts. Il donne accès à des services de santé et de relations sociales pour améliorer la vie des personnes âgées en Finlande.  
© DR