Clap

Economie

Acier: la carte qui montre la dépendance de l'Afrique

Par Pierre Magnan@GeopolisAfrique | Publié le 19/06/2017 à 09H45, mis à jour le 19/06/2017 à 09H53

Production d'acier dans monde
Carte des 20 premiers pays producteurs d'acier dans le monde. Aucun pays d'Afrique n'apparaît sur cette carte (chiffres 2016 en million de tonnes). Carte en grand format, cliquez ici. © worldsteel.org

Avec une population de plus d'un milliard d'habitants, l'Afrique reste un nain dans la production d'un des principaux produits industriels, l'acier. Selon l'Association mondiale de l'acier, l'Afrique n'a produit que 0,6% de l'acier brut mondial en 2016. Les chiffres montrent que cette part était plus importante en 2006 avec 1,5% de la production mondiale.


Une usine fumante et de l'acier en fusion sortant d'un haut fourneau. Telle est l'image de la croissance et de la révolution industrielle dans le monde. Bâtir une sidérurgie puissante a longtemps été le symbole d'une industrialisation réussie... Reste à savoir si cette image est toujours d'actualité quand on sait que le mondre croule sous la production d'acier et que certains pays anciennement producteurs ne le sont plus ou quasiment plus (comme la France).

Néanmoins, difficile de penser que les pays puissent se développer sans être maîtres de leur production d'acier, matériau de base dans de très nombreux secteurs industriels, notamment la construction, domaine clef d'un continent dont la population continue à croître fortement et dont les villes grossissent de plus de 4% par an. 

La carte suivante montre que l'Afrique est loin d'être un gros producteur d'acier. Pourtant, le minerai ne manque pas sur le continent, que ce soit en Mauritanie ou au Congo, mais l'extraction du fer ne représente que 4% de la production mondiale, alors que le continent en détiendrait 24% des réserves. Il est vrai que les investissements dans le secteur sidérurgique n'ont pas toujours donné les résultats espérés, que ce soit pour des questions de gestion ou en raison de la féroce concurrence internationale, née notamment de la surproduction chinoise.

Production d'acier dans monde

Carte des 20 premiers pays producteurs d'acier dans le monde. Aucun pays d'Afrique n'apparaît sur cette carte (chiffres 2016 en million de tonnes). Carte en grand format, cliquez ici. © worldsteel.org


Le tableau suivant montre la quantité d'acier produit en Afrique par pays. Avec deux pays d'Afrique du Nord, l'Algérie – qui affirme avoir de grandes ambitions dans ce secteur – et l'Egypte, l'Afrique du Sud est le principal producteur d'acier sur le continent.

Tableau production d'acier par pays 2006-2015

Le tableau montre que seuls quelques pays produisent de l'acier. Et que dans les rares pays disposant d'une industrie sidérurgique, la production a baissé (ensemble des tableaux). © worldsteel.org


Il est vrai que si la production est très faible, la carte suivante montre que seuls deux pays du continent africain apparaissent parmi les gros consommateurs d'acier. Il s'agit de l'Afrique du Sud et de l'Egypte. 

Pays consommateurs d'acier
Principaux pays consommateurs d'acier dans le monde (consommation par habitant). En Afrique, apparaissent l'Egypte et l'Afrique du Sud. © worldsteel.org


Ces différents chiffres montrent combien l'Afrique reste un exportateur de matières premières non transformées et donc un importateur de produits à forte valeur ajoutée. Cela rend les différents pays exportateurs totalement dépendants des cours sur les marchés mondiaux et cela ne favorise bien sûr pas la création de capital local, l'emploi, le développement des techniques et d'une industrie nationale.

Un site consacré à l'économie africaine donne ainsi l'exemple de la Mauritanie dont l'économie dépend en grande partie de l'exportation du fer: «La différence observée sur les marchés entre les cours du fer et les alliages auxquels il concourt et à tonnage équivalent démontre tout l’intérêt que la Mauritanie aurait à valoriser son fer avant de l’exporter. Ainsi, quand la tonne de fer s’échange à 50 USD, la tonne d’acier inoxydable s’établit à 2.500 USD (soit 50 fois plus). Par ailleurs, le développement d’industries de transformation en Mauritanie aurait nécessairement un effet d’entraînement positif pour d’autres secteurs puisque ces industries nécessitent la construction de centrales électriques ou le renforcement des capacités du port de Nouadhibou.»

Autre exemple, le Nigeria, deuxième économie d'Afrique, annonçait en 2016 chercher des milliards de dollars pour réorienter son économie trop dépendante des cours erratiques du pétrole. Le pays envisage notamment de relancer sa production d'acier, et en premier lieu le site d'Ajaokuta. Un complexe sidérurgique qui n'a jamais fonctionné et qui pourrait démarrer grâce à des investissements chinois et russes.