Eclairage

Société,  Economie,  Namibie,  Maroc,  Côte d'Ivoire,  Afrique du Sud,  Afriques

Afrique: ces travailleurs domestiques corvéables à merci

Par Martin Mateso@GeopolisAfrique | Publié le 02/07/2015 à 11H24, mis à jour le 31/05/2017 à 16H02

Une jeune travailleuse domestique
Une jeune fille porte sur la tête les courses de son employeuse le 30 Août 2001 à Abidjan © Photo AFP/Georges Gobet

Ce sont des travailleurs «invisibles», disponibles à tout moment. Jour et nuit. 7 jours sur 7. Ils sont pourtant les moins bien payés. Parfois privés de salaire. Dans la plupart des pays africains, aucune loi ne les protège contre les abus. Il s’agit pourtant d’un secteur pourvoyeur d’emplois, à condition qu’il soit reconnu et organisé.


Elles seraient plus de 60.000 fillettes âgées de 8 à 15 ans à travailler comme domestiques au Maroc, selon Human Rights Watch qui dénonce régulièrement le sort réservé à ces mineures forcées de travailler 12h par jour pour un salaire de misère.
 
Certains y laissent leur vie
La pauvreté pousse les parents à confier leurs enfants à des familles plus aisées moyennant des salaires de misère, explique le journal en ligne Contretemps qui a constaté que l’absence de contrat entre les parents et la famille d’accueil ouvre la voie à tous les abus.
 
Le sort de ces «petites bonnes à tout faire» a ému le Maroc après le décès, en mars 2013, d’une adolescente qui a succombé aux sévices infligées par son employeuse. Un calvaire pour la jeune Fatym, âgée de 14 ans, brûlée au 3e degré sur le thorax, aux mains et au visage. L’employeuse a été condamnée à 20 ans de prison.
 
Depuis, le pays tente en vain de réglementer ce secteur par l’instauration d’un contrat de travail, un salaire minimum (une centaine d’euros par mois) et des congés annuels. Mais il n’existe toujours pas de loi spécifique pour protéger ces petites filles exposées aux caprices de leurs maîtres.

 

Travailleuse domestique

Travailleuse domestique béninoise qui fait le menage dans une famille togolaise à Lomé. © Photo AFP/Godong


Des services non rémunérés
Qu’elles soient nounous, bonnes ou femmes de ménage, leur travail n’est pas considéré comme «un vrai travail», explique la Secrétaire générale du syndicat des domestiques sud-africains à Jacqueline Derens qui anime un blog sur le site de Médiapart. «Les patrons ne voient pas pourquoi une personne qui fait le ménage, la cuisine, le repassage et s’occupe des enfants quand eux partent pour un vrai travail pourraient revendiquer quoi que ce soit.»
 
Et si la domestique vit chez son patron, ajoute-t-elle, «elle doit toujours être disponible. La vieille ficelle de la domestique qui fait partie de la famille est toujours utilisée pour obtenir des services non rémunérés.»
 
«Une traite qui ne dit pas son nom»
C’est ce que l’Ivoirienne Chantal Ayemou qualifie de «traite qui ne dit pas son nom».

La présidente du Réseau ivoirien pour la défense des droits de l’enfant et de la femme se bat pour obtenir un cadre légal et une reconnaissance du travail domestique en Côte d’Ivoire. «Souvent on fait venir la petite-nièce du village», explique-t-elle à RFI. «Souvent elle vient en bas âge et reste là pendant des années. C’est elle qui fait tout dans la maison. Pendant que les autres enfants de son âge sont en train de jouer, elle est affairée aux tâches ménagères. Ce sont des mentalités qu’il faut abandonner.»
 
Un travailleur domestique
Travailleur domestique dans une famille de Bujumbura au Burundi © Capture d'écran du site Iday International

Comme le Maroc, la Côte d’Ivoire élabore difficilement un statut pour les travailleurs domestiques, «ces bonnes, servantes et boys» comme on les appelle à Abidjan, qui souffrent en silence. Pas un jour de congé, ni repos hebdomadaire. Selon Chantal Ayemou, 26% d’entre eux travaillent sans percevoir de salaire. «Des agences placent ces filles dans des ménages. Pendant que ces filles se tuent à la tâche, ces agences perçoivent le salaire mensuel.»
 
Un secteur pourvoyeur d’emplois
Tout le monde en convient, le travail domestique est un secteur pourvoyeur d’emplois à condition qu’il s'exerce dans un cadre légal. Certains pays africains ont décidé d’y mettre de l’ordre.
 
C’est le cas de la Namibie qui a instauré en avril 2015, un salaire minimum pour les 46.000 employés de maison enregistrés dans le pays. Ils bénéficieront désormais des heures supplémentaires, des congés payés et des frais de transport. Leur salaire minimum mensuel, estimé à 50 dollars, devrait désormais doubler.

La Namibie rejoint ainsi ses voisins, l'Afrique du Sud, le Zimbabwé et le Botswana qui ont déjà mis en place la même mesure. D'autres pays du continent pourraient leur emboîter le pas. D'autant que la plupart d'entre eux ont ratifié la convention de l'Organisation internationale du travail (OIT) sur les travailleurs domestiques. Elle est est entrée en vigueur le 5 septembre 2013.