Clap

Culture,  Afrique du Sud,  Afrique

Afrique du Sud: des bactéries vivaient sur Terre il y a 3,2 milliards d'années

Par Véronique le Jeune@GeopolisAfrique | Publié le 18/08/2018 à 14H53

La chaîne montagneuse Barberton Makhonjwa est l'Afrique Sud
La chaîne montagneuse Barberton Makhonjwa, dans l'est de l'Afrique du Sud, inscrite au Patrimoine mondial de l'humanité, est le lieu de la découverte récente de microbes fossilisés.



© WIKUS DE WET / AFP

Une équipe de chercheurs allemands, dirigée par le sédimentologue Martin Homann, a récemment découvert des traces de vie d'il y a environ 3,22 milliards d'années. Les fossiles proviennent de l'est de l'Afrique du Sud. C'est un pas de plus dans la concurrence soutenue que se livrent les scientifiques du monde entier pour déterminer l'âge de la vie sur Terre. Précédent record: 2,7 milliards d'années


Rappelons avant tout, lorsqu'on parle d'organismes vivant il y a trois milliards d'années, qu'on fait référence à des organismes unicellulaires comme les bactéries. Mais c'est déjà beaucoup.

Dans leur étude publiée fin juillet 2018 par la revue Nature Geoscience, les chercheurs insistent d'emblée sur le fait que leur découverte concerne les traces de la vie bactérienne terrestre et non océanique, la première étant beaucoup plus ardue à déterminer, parce que plus rare, que la seconde.

«Nous rapportons ici, écrivent-ils, des preuves fossiles directes de la vie sur Terre il y a 3.220 millions d'années sous la forme de tapis microbiens terrestres recouvrant des conglomérats fluviatiles (qui vit ou pousse dans les eaux douces, NDLR) et des grès composés de graviers du groupe Moodies, en Afrique du Sud»

La vie dans les océans et aussi dans l'eau douce
Indispensable donc de faire la distinction entre les bactéries qui se développaient au fond de l'eau salée des mers et celles qui, sorties de leur milieu originel, vivaient sur la terre ferme, c'est-à-dire dans des rivières peu profondes ou en bordure de celles-ci.

Il est communément admis que la vie a pris naissance dans les océans (aujourd'hui retirés), il y a au moins 3,5 milliards d'années, selon les dernières découvertes de dépôts calcaires effectuées en Australie en 2017.

Certains évoquent même des origines remontant à près de 4 milliards d'années! Ce que retiennent les spécialistes de ces révélations, c'est surtout leur côté controversé, faute d'éléments concrets fournis par l'équipe japonaise à l'origine de l'annonce.

La chasse aux records, dans ce domaine comme dans d'autres, explique les polémiques.

Une découverte bien accueillie
L'article de Nature Geoscience nous apprend, sans que l'information ait pour l'instant été contestée, que le record de la vie terrestre hors océans établi à 2,7 milliards d'années par des chercheurs dans la formation des Tumbiana en Australie, a été battu. Il datait de 2008.

Photographies au microscope tapis microbiens fossilisés

Photographies au microscope des tapis microbiens fossilisés et très bien conservés dans une superposition de couches, faisant penser à des lasagnes. Découverts récemment dans les montagnes Barberton Makhonjwa, en Afrique du Sud, ces sédiments représentent les plus anciennes traces de vie terrestre continentale, non océanique. © Nature Geoscience


Cité par Le Figaro, Stefan Lalonde, chercheur à l'Institut universitaire européen de la mer (IUEM) de Brest, affirme: «À ma connaissance, c'est la première fois que l'on trouve un système fluviatile aussi ancien dans les registres géologiques».

La preuve tangible, seul critère scientifique
Pour Hugo Beraldi Campesi, géobiologiste à l'Université nationale autonome de Mexico, l'idée que la vie ait éclos dès le début de l'histoire de la Terre existe depuis des décennies.

«Le problème a toujours été le manque de preuves tangibles - jusqu'à présent», déclare-t-il au site américain de vulgarisation Live Science.

Saluant la nouvelle découverte comme une attestation supplémentaire que les continents ont abrité la vie depuis longtemps, le chercheur ajoute même que le développement de ces contrées était sans doute plus avancé que ce qu'ont rapporté toutes les recherches jusqu'à aujourd'hui.

Il reste juste à le démontrer.