Eclairage

Culture,  Afrique du Sud,  Afrique

Afrique du Sud: «Les Initiés», un film qui dérange, en lice pour les Oscars

Par Falila Gbadamassi@GeopolisAfrique | Publié le 22/12/2017 à 17H47, mis à jour le 22/12/2017 à 18H07

Photo film «Les Initiés»
 Vija (Bongile Mantsai) et Xolani (Nakhane Touré), héros d'une histoire d'amour impossible © Copyright Pyramide Distribution

«Les Initiés» de John Trengove est déjà considéré comme un film sulfureux en Afrique du Sud où il n'a pourtant pas encore été vu. Notamment par la communauté xhosa dont le rite d'initiation des jeunes hommes est la toile de fond d'une tragique histoire d'amour homosexuel. Mais pour les professionnels du cinéma, sud-africain et autres, il peut prétendre à l'Oscar du meilleur film étranger.


Les Sud-Africains pourront découvrir le 2 février 2018 sur les écrans Les Initiés (Inxeba) de John Trengove. Il représentera peut-être l'Afrique du Sud lors de la prochaine cérémonie des Oscars qui se tiendra le 4 mars 2018. 

Le film, projeté pour la première fois au festival de Sundance, aux Etats-Unis, en janvier 2017, est depuis un succès critique. Il est aujourd'hui parmi les 9 films (sur 92 œuvres proposées par les pays) en lice pour une nomination dans la catégorie «meilleur film étranger», aux côtés d'un autre long métrage africain, Félicité du Sénégalais Alain Gomis.   


Une «intolérable» histoire d'amour 
Mais avant d'être un objet de fierté, du moins pour l'équipe du film et les professionnels du cinéma sud-africain qui l'ont choisi pour représenter le pays, il a valu à ses acteurs des menaces de mort. De plus, il a provoqué l'ire du roi des Xhosas, groupe éthnique de l'Est du pays vivant notamment dans la province du Cap oriental, en Afrique du Sud. Le monarque lui reproche d'associer homosexualité et «Ulwaluko», le rite au terme duquel les jeunes xhosas sont censés devenir des hommes.

Les Initiés raconte l'histoire d'amour impossible entre deux hommes qui sont, d'une certaine manière, les gardiens d'une tradition séculaire célébrant la masculinité. Dans cette société traditionnelle xhosa, Xolani (interprété par l'artiste sud-africain Nakhane Touré) et Vija (Bongile Mantsai) sont des «instructeurs», c'est-à-dire qu'ils encadrent «les initiés», lors de leur circoncision et du parcours initiatique qui l'accompagne. 

Les détracteurs du film Les Initiés lui reprochent justement d'avoir révélé des pratiques secrètes. «C'est une insulte à la tradition parce que (le film) lui a ôté son aspect secret et sacré», déclarait en août 2017 le chef traditionnel des Xhosas, le roi Mpendulo Zwelonke Sigcawu, rapporte le journal sud-africain Times.

«Ceci provoquera la colère des ancêtres. Attaquer et insulter cette coutume constitue une attaque contre nos ancêtres». Les représentants de la communauté xhosa, qui s'étaient fait une idée à partir des extraits de la fiction, ont même menacé de faire interdir le film. Pour certains, le film serait même l'illustration d'une appropriation malsaine par «les Blancs» de la culture africaine.  


Mise en ligne le 18 mars 2017


Dans les pas de «Tsotsi»?
Les appels au boycott en Afrique du Sud, notamment sur les réseaux sociaux, jurent avec le plébiscite dont le film a fait l'objet dans la vingtaine de pays où il a été distribué. En France, il est sorti en salles en avril 2017. 

Car Les Initiés est une œuvre subtile sur le tabou de l'homosexualité et ses conséquences pour des êtres qui n'aspirent qu'à vivre leur amour au grand jour. Des «initiés» qui se doutent de l'orientation sexuelle de l'un de leurs instructeurs l'interpellent: «Quel genre d'homme fait ce que tu fais?».

John Trengove dépeint ainsi le mal-être d'hommes dans un monde où ils ne peuvent être pris en défaut de virilité. Alors même qu'ils sont les gardiens de la tradition. Les hommes qui sont rejetés par la communauté, d'ailleurs bien plus dans les campagnes que dans les villes, sont parfois prêts à tout pour sauver les apparences.    

La course à l'Oscar du meilleur film étranger sera officiellement ouverte le 23 janvier 2018. S'il est nommé, le film de John Trengove pourrait faire aussi bien que Tsotsi de Gavin Hood qui avait permis à l'Afrique du Sud d'accueillir la célèbre statuette en 2006.