Clap

Société,  Algérie,  Afrique

Algérie: l’interdiction du short dans une ville balnéaire fait des vagues

Par Eléonore Abou Ez@GeopolisAfrique | Publié le 27/06/2018 à 14H44

Une plage ville côtière Jijel
Une plage de la ville côtière de Jijel © Frédéric Soreau / AFP

Le maire d’El Aouana, l’une des principales stations balnéaires du nord-est algérien, a pris un arrêté interdisant le port du short durant la saison d’été. La décision surprend et fait polémique.


Short ou pas short ? La question divise les Algériens après l’interdiction de cette tenue estivale dans la commune côtière d’El Aouna, dans la province de Jijel.
L’arrêté municipal stipule qu’il est «interdit de se promener en short en ville, dans les zones résidentielles ainsi que dans les institutions et administrations publiques tout au long de la saison estivale de l’année 2018».

Règles de bienséance…
Le maire de la commune justifie cette interdiction par la nécessité de préserver «la morale publique et l’ordre public», comme il est écrit sur le décret.
Des sanctions sont prévues pour les porteurs de shorts, et ce sont les gendarmes qui sont censés veiller à l’application de cette nouvelle règle.

...Et polémique
Mais cette décision relayée dans la presse et les réseaux sociaux suscite de nombreuses réactions. Si certains applaudissent cette décision conforme aux «traditions et préceptes islamiques», d’autres dénoncent «un retour vers les années noires et le dictat des islamistes», comme le souligne ObservAlgérie. 

Alg.24 critique pour sa part cette interdiction qui nuit à l’intérêt économique de la ville. «A défaut de proposer un plan de développement, le maire met en péril sa principale ressource: le tourisme», note le site.