Allemagne : record d'immigration en 2012

Par Pierre Magnan | Publié le 07/05/2013 à 12H04, mis à jour le 07/05/2013 à 15H39

Italien allemagne
A Hambourg, en Allemagne, un restaurateur italien montre son affiche destinée aux Italiens déracinés © AFP/MARCUS BRANDT / DPA

L'Allemagne a enregistré en 2012 sa plus forte progression migratoire depuis près de 20 ans, provoquée par l'arrivée de ressortissants de pays du sud de l'Europe, comme l'Espagne, l'Italie et la Grèce, touchés par la récession et le chômage.

Le Bureau fédéral de la statistique indique que 1,081 million d'immigrants sont arrivés en Allemagne en 2012, soit une hausse de 13% par rapport à l'année précédente. Cet afflux est le plus important depuis 1995.

Hausse de 40% des immigrés du sud de l'Europe
Les nouveaux arrivants sont principalement des ressortissants des pays d'Europe de l'Est et des Etats méridionaux de la zone euro confrontés à la récession et à un fort chômage. Le nombre d'immigrants en provenance d'Espagne, de Grèce, du Portugal et de l'Italie a augmenté de 40% par rapport à 2011.
  
Le Bureau de la statistique note que cette hausse en provenance des pays de l'Union européenne touchés par la crise financière et la crise de la dette est «particulièrement forte».

Le nombre de demandeurs d'emploi dépasse les 25% en Grèce ou en Espagne, pays dans lesquels le chômage des jeunes flirte avec les 60%.
    
L'immigration en provenance d'Europe du Sud reste toutefois très inférieure à celle en provenance des pays d'Europe de l'Est. Parmi les immigrants, 34.000 venaient de Grèce et près de 30.000 étaient originaires d'Espagne en 2012, mais plus de 176.000 venaient de Pologne et 116.000 de Roumanie.

Déficit démographique
Le chef de l'Agence allemande pour l'emploi avait lancé fin mars un appel aux médecins et ingénieurs d'Europe du Sud à venir tenter leur chance en Allemagne, le pays ayant besoin d'un apport annuel de 200.000 immigrés qualifiés par an pour assouvir ses besoins de main d'oeuvre. «A terme le marché du travail allemand aura besoin d'au moins 200.000 arrivées nettes de personnel de l'étranger par an, afin de couvrir les besoins  de main d'oeuvre», avait déclaré Frank-Jürgen Weise.

La situation n'est pas totalement nouvelle puisque «en 2011, près d’un Allemand sur cinq et un nouveau-né sur trois est issu de l’immigration. Turcs, Polonais, Russes mais aussi Italiens, Grecs ou Croates : les parents sont souvent venus en Allemagne pour travailler. Ils n’ont jamais pris leur billet de retour. Ils ont eu des enfants, qui ont grandi entre deux cultures», rappelle le site officiel des missions allemandes en France.

La population allemande a reculé pendant huit ans, avant de progresser de 50.000 personnes en 2011 sous l'effet de l'immigration en provenance de l'Union européenne et des pays de l'Est. Malgré cette année d'exception, l'OCDE prévoit une baisse continue de la population active à long terme à partir de 2013.