Synthèse

Japon,  Asie-Pacifique

Apathie sexuelle : le mal des hommes au Japon

Par Falila Gbadamassi@GeopolisAfrique | Publié le 12/06/2015 à 17H14, mis à jour le 12/06/2015 à 17H14

Hommes japonais
1er janvier 2015 à Oiso, à l'est de la ville de Tokyo (Japon). Des Japonais en tenue traditionnelle «fundoshi», lors d'une cérémonie au bord de la mer à l'occasion de la nouvelle année. 

© REUTERS/Yuya Shino

Désintérêt marqué pour le sexe ou la relation amoureuse, préférence pour les relations virtuelles... Autant de maux qui mettent à mal la capacité des hommes japonais à contribuer au renouvellement démographique au pays du Soleil Levant.


Virgin Academia, une entreprise privée, est l’une des initiatives qui se multiplient au Japon pour aider les hommes à s'engager dans une relation amoureuse avec le sexe opposé, rapporte l’AFP. Objectif : trouver un remède à un mal qui s’aggrave chez les hommes japonais. Ils restent (trop) longtemps vierges et leur faible appétance sexuelle inquiète les professionnels depuis des années. 

Dans la dernière étude sur la fécondité effectuée tous les cinq ans, publiée en 2011 par l'Institut national de recherche sur la population, la proportion de sujets ayant entre 18 et 34 ans, qui n’ont jamais eu de rapport sexuel, était en hausse par rapport à l'enquête de 2005 : 31,9% contre 36,2% en 2010.

«Le pourcentage des personnes qui n’ont jamais eu de relation sexuelle a augmenté par rapport à l’étude précédente dans toutes les tranches d’âge pour les deux sexes», souligne le rapport. Chez les hommes appartenant à la tranche 20-24 ans, le chiffre est passé de 33,6 % en 2005, à 40,5% en 2010. Pourtan,t depuis 1987, ce taux n’avait cessé de baisser : il était passé de 43,1% à 33,6% en 2005.

En d’autres termes, les Japonais perdent tardivement leur virginité comparés à leurs homologues européens, résume l’AFP. «Ainsi, à peine 30% des Japonais ont perdu leur virginité avant 20 ans, d'après l'étude de 2010, tandis que les jeunes Européens sont beaucoup plus nombreux à avoir franchi le pas au même âge, selon un sondage réalisé la même année par le fabricant de préservatifs Durex: plus de 80% des Allemands, par exemple.»

Tableau - Expérience sexuelle Japonais célibataires

Tableau 2-2.  Expérience sexuelle des Japonais qui ne se sont jamais mariés par tranche d'âge.
Source : 14e étude sur la fécondité effectuée par l'Institut national de recherche sur la population (IPSS).  © Institut national de recherche sur la population (IPSS, Japon)


Stress et fatigue annihilent le désir de l'autre 
Au Japon, l’absence d’initiative sexuelle rime avec désintérêt pour les romances. Selon les dernières statistiques officielles, 27,6% des célibataires masculins de 18 à 34 ans ne souhaitent pas s’engager dans une relation avec le sexe opposé. Chez les femmes, le taux est de 22,6%. Dans la tranche 18-19 ans, ils sont 34,7% et sont les plus nombreux. 

La proportion des sujets célibataires qui n’ont pas de relation amoureuse avec le sexe opposé est en hausse et s’établit à 60% de la population masculine (50% chez les femmes). «Le syndrome du célibat (Sekkusu shinai shokogun)» est pris très au sérieux par les autorités japonaises car le phénomène n'est pas récent.

Les Nippones se plaignent depuis au moins 2006, rapporte un blog du Washington Post, «des hommes herbivores (soshoku danshi)». Dans un article de la BBC, Kunio Kitamura, le patron du planning familial japonais, explique ce surnom par le fait qu'ils ne sont pas intéressés par les plaisirs de la «chair». Le médecin dénonce le phénomène depuis des annés et prédisait en 2013, dans les colonnes du journal britannique The Guardian, «l'extinction» des Japonais s'il perdurait.

Ce n'est pas l'absence de désir qui est à l'origine de cette tendance lourde mais des «obstacles psychologiques», selon le spécialiste japonais qui a accordé un entretien au consultant Antón Castellanos en 2012. «Les hommes craignent que le rapport sexuel soit un échec», dixit Kunio Kitamura .

Aussi, b
eaucoup de jeunes mâles se contentent-ils du plaisir virtuel qu'ils trouvent dans les jeux vidéos (ces geeks sont surnommés «Otaku»). Lesquels suffisent à assouvir leurs fantasmes, comme le décrit le journal The WireUn documentaire de la chaîne franco-allemande Arte, diffusé en 2014, illustre bien la popularité de LovePlus, un jeu sur console qui propose aux joueurs des petites amies virtuelles. 

Détresse sexuelle et catastrophe économique
Les hommes mariés ne sont pas plus actifs : 21,3% ont indiqué, selon une récente étude relayée par The Telegraph en janvier 2015, qu’ils étaient trop fatigués après le travail pour remplir leur devoir conjugal; et 15,7% ont affirmé que le sexe ne les intéressait plus depuis la naissance de leur enfant.

Le peu d'attrait des Japonais pour l'amour charnel, même quand ils sont en couple, est en partie responsable de la décélération démographique que connaît le pays. La raréfaction des contacts sexuels et amoureux a une conséquence directe sur la fécondité et la natalité : elles ne cessent de décroître au pays du Soleil Levant qui détient le record de la population la plus vieille du monde. Le taux de fécondité des Japonais était de 1,43 en 2013, selon le ministère de la Santé, contre 3,65 en 1950.

Cette apathie sexuelle des hommes – car ce sont eux qui initient souvent la dynamique sexuelle parce que les femmes ne connaissent pas les mêmes niveaux de désir confie le Dr Kitamura au Guardian  a des conséquences sur le plan économique. «La baisse de la population de travailleurs dans le cadre d’un pays vieillissant risque d’affaiblir le Japon sur le plan de la compétitivité internationale», peut-on lire sur Nippon.com.

«Si le taux de fécondité reste inchangé, le nombre total d’habitants en 2060 s’établira approximativement à 87 millions, soit deux tiers du chiffre actuel (126 millions en 2013, date à laquelle la population a commencé à décliner de façon drastique, NDLR). En outre, avec 40% de la population âgée de plus de 65 ans, une proportion sans précédent, le Japon deviendra une société super-vieillissante », conclut Nippon.com.

Le Japon s’est donc fixé pour objectif de maintenir sa population à 100 millions d’âmes à l’horizon 2060.