Le point sur...

Economie,  Afrique

Après la Chine, l’Afrique future usine du monde?

Par Jacques Deveaux@GeopolisAfrique | Publié le 23/02/2018 à 14H06, mis à jour le 23/02/2018 à 14H45

Dans usine sous-vêtements pour enfants à Addis-Abeba
Dans une usine de sous-vêtements pour enfants à Addis-Abeba. © Kay Nietfeld / dpa/ AFP

Face au renchérissement du coût du «Made in China», l’Afrique pourrait profiter de l’abandon par la Chine de certains secteurs industriels pour devenir à son tour l’usine du monde. Selon les experts, 85 millions d’emplois vont ainsi quitter la Chine pour se relocaliser dans le monde entier, notamment en Afrique.


C’est la nouvelle révolution chinoise. L’économie doit abandonner la fabrication d’objets à bas coût et s’orienter vers les services et les produits à forte valeur ajoutée. Car les salaires ne cessent de progresser: 10 à 12% par an depuis vingt ans. A ce rythme, la compétitivité chinoise est particulièrement menacée. Selon le journal Libération, les secteurs des semi-conducteurs, du textile ou des pièces automobiles sous- traitent déjà de plus en plus avec les pays voisins. Et immanquablement le cercle s’élargira à l’Afrique.
 
Les prémices
85 millions d’emplois quitteront la Chine dans les années à venir, affirme le Huffington Post. Malgré ses faiblesses structurelles, l’Afrique peut en prendre une part. Ainsi, le site prend l’exemple de l’Ethiopie, pays émergent dans l’habillement et la chaussure. Comparée aux pays du Sud-Est asiatique, sa main d’œuvre est moins bien formée, ses infrastructures moins développées et sa chaîne d’approvisionnement en devenir. Mais les bas salaires compensent tout cela et les Chinois y installent des filiales. Le géant de la chaussure, Huajian, a ouvert à Addis-Abeba une unité qui emploie 4000 salariés.
 
Ce n’est pas un hasard si la Chine investit en Ethiopie. Par sa position géographique privilégiée dans la corne de l’Afrique, le pays est un poste avancé pour Pékin. «Au total, les 279 entreprises chinoises opérant en Ethiopie ont enregistré un capital financier de près de 491 millions d’euros au cours des cinq dernières années. En vingt ans, les investissements chinois ont totalisé plus de 3,4 milliards d’euros et auraient créé 111.000 emplois», explique Le Monde (lien payant).

Cheval de Troie ?
Mais la Chine, malgré tout, reste le puissant exportateur de produits bas de gamme, contre lesquels il est difficile de lutter. Une invasion qui peut mettre à terre toutes les tentatives de développement industriel.

Reportage France 2 diffusé le 18 février 2018

L’exemple de Lagazel, jeune entreprise burkinabè spécialisée dans la lampe solaire, est très révélateur de cette menace. Le reportage que France 2 lui a consacré montre que, même avec des salaires parmi les plus bas du monde, il est impossible de lutter contre la Chine. La lampe solaire «made in Burkina» à Dédougou revient à 33 euros, quand la chinoise vaut cinq euros. Evidemment, les ventes s’en ressentent, et l’avenir de l’entreprise est très fragile.

Ne nous y trompons pas. L’Ethiopie n’est pas tout le continent et elle reste profondément agricole. Le développement industriel de l’Afrique sera très lent. A l’exception notable du  Maghreb, qui s’affirme chaque jour un peu plus comme la tête de pont en Afrique de l’industrie automobile européenne.

L’Afrique sera peut-être un jour l’usine du monde, mais ce n’est pas encore pour demain.