Vidéo

Société,  Tchad,  Afrique

Au Tchad, les filles chaussent enfin les crampons

Par Jacques Deveaux@GeopolisAfrique | Publié le 02/02/2018 à 11H17

Tournoi foot féminin à N'djamena au Tchad
Tournoi de foot féminin à N'djamena, au Tchad. © DR

C’est une première au Tchad, l’organisation d’un tournoi de foot féminin. Il faut bien reconnaître que dans les régions ultra pauvres du Sahel, le sport en général, et le sport féminin en particulier, ne sont pas au cœur des exigences. Mais justement, l’Unicef, organisatrice de l'évènement, y voit un vecteur d’égalité sociale entre sexes.


Sport populaire s’il en est, en Afrique comme ailleurs, le football s’ouvre désormais aux filles au Tchad. Mais les jeunes femmes ne sont pas seulement dans les tribunes. Depuis les années 90, les filles pratiquent également. Mais difficile de se faire une place au soleil dans un pays où le sport apparaît comme une activité bien secondaire et futile.

Aussi, le foot féminin est resté marginal, et aucune compétition n’a jamais été organisée. Cette année à N’Djamena, un tournoi réservé exclusivement aux équipes féminines a été organisé par l’Unicef.

«C’est beaucoup plus qu’un simple tournoi de football, explique Philippe Barragne-Bigot, représentant de l’Unicef au Tchad. Cette initiative est une vraie plateforme de promotion de la participation et de l’engagement des filles dans leur communauté.»


En effet, le sport joue un rôle important lorsqu’il s’agit d’enseigner des aptitudes et des valeurs essentielles comme la discipline, la confiance en soi, la tolérance, la coopération et le respect de l’adversaire. De plus, le sport est moteur dans l’implication des filles dans la vie communautaire. Il offre de nouvelles possibilités d'interaction sociale à l'extérieur du foyer familial et des réseaux familiaux. «En pratiquant le football, elles jouissent de leur propre espace, physique et émotionnel», nous explique l’Unicef.

Le football féminin semble en tous cas prendre un essort certain en Afrique. Ainsi, la Sierra Leone souhaiterait organiser une compétition entre clubs nationaux. C’est d’ailleurs une femme, Isha Johansen, qui préside aux destinées du football de ce pays d'Afrique de l'Ouest. Mais, selon la BBC qui a relayé l’information, certains responsables du foot sierra-léonais pensent que c’est trop tôt. Le niveau des joueuses doit encore progresser, notamment par la pratique dans les écoles.