Aung San Suu Kyi, enfin libre

Par Laurent Filippi | Publié le 05/12/2011 à 10H11, mis à jour le 12/11/2013 à 16H49

Aung San Suu Kyi, prix Nobel de la paix en 1991, a été emprisonnée durant 15 ans par la junte birmane avant d’être libérée, le 13 novembre 2010. Depuis, le pays s’ouvre à petits pas à la démocratie. L’ancienne opposante au régime, élue députée en avril 2012, a démarré une nouvelle carrière politique.

  • Le jour sa libération
    01 /31
    Le jour de sa libération,

    un millier de partisans vient l’accueillir devant chez elle à Rangoon. © AFP PHOTO/Soe Than WIN

  • Le 23 novembre 2010
    02 /31
    Le 23 novembre 2010,

    après une séparation de dix ans, elle retrouve le plus jeune de ses fils, Kim Aris, à l'aéroport de Rangoun. © AFP PHOTO / Soe Than WIN

  • Le lendemain
    03 /31
    Le lendemain,

    elle effectue sa première visite depuis sa libération. Accompagnée de son fils, elle se rend à la pagode Shwedagon, lieu d’où sont parties, les manifestations pacifiques pour l’instauration de la démocratie en Birmanie. © AFP PHOTO / Soe Than WIN

  • Le 25
    04 /31
    Le 25,

    elle retrouve les membres de la Ligue nationale pour la démocratie (LND), parti politique qu’elle a fondé, en septembre 1988 suite à la répression sanglante par la junte militaire, du mouvement pro-démocratique. © AFP PHOTO / Soe Than WIN

  • Quelques jours plus tard
    05 /31
    Quelques jours plus tard,

    elle rencontre les parents de prisonniers politiques. © AFP PHOTO / Soe Than WIN

  • Début décembre
    06 /31
    Début décembre,

    elle se rend dans un centre pour enfants atteints du sida. © AFP PHOTO / Soe Than WIN

  • Dans temple bouddhiste
    07 /31
    Dans un temple bouddhiste,

    elle offre des cadeaux aux moines. Les moines avaient massivement participé aux manifestions de 1988. © AFP PHOTO / Soe Than WIN

  • Fin décembre
    08 /31
    Fin décembre,

    désireuse de connaitre la jeune génération (un tiers de la population birmane a moins de 18 ans), elle exprime le souhait de pouvoir discuter avec eux via les réseaux sociaux, Twitter. © AFP PHOTO / Soe Than WIN

  • Le 4 janvier 2011
    09 /31
    Le 4 janvier 2011,

    à Rangoon, lors du 63e anniversaire de l'indépendance de la Birmanie. © AFP PHOTO / Soe Than WIN

  • Dans centre pour personnes âgées
    10 /31
    Dans un centre pour personnes âgées,

    lors de la  Fête de l'eau (Thingyan Festival), le Nouvel An bouddhique. © AFP PHOTO / Soe Than WIN

  • Quelques jours plus tard
    11 /31
    Quelques jours plus tard,

    elle célèbre le 10ème anniversaire d’une des plus populaires organisations caritatives birmanes , la «Free Funeral Service Society» qui s'occupe de payer les funérailles à ceux qui n'en ont pas les moyens. © AFP PHOTO / Soe Than WIN

  • Le 10 mai
    12 /31
    Le 10 mai,

    elle offre de l'argent pour ses études à un enfant, fils d'un prisonnier politique. © AFP PHOTO / Soe Than WIN

  • Le 12
    13 /31
    Le 12,

    elle s'entretient de la situation en Birmanie, avec Vijay Nambiar, le chef de cabinet du secrétaire général des Nations Unies. Ce dernier a réaffirmé la nécessité de mettre en place les réformes annoncées par le gouvernement. © AFP PHOTO / Soe Than WIN

  • Le 27 mai
    14 /31
    Le 27 mai,

    elle annonce la libération de 59 prisonniers politiques. © AFP PHOTO / Soe Than WIN

  • Le 19 juin elle fête ses 66 ans.
    15 /31
    Le 19 juin, elle fête ses 66 ans.

    Grâce à l’opération « Bon anniversaire Aung San Suu Kyi », lancée par « France Aung San Suu Kyi » et les réseaux sociaux,  elle reçoit des milliers de  messages de soutien. © AFP PHOTO / Soe Than WIN

  • Fin juin
    16 /31
    Fin juin,

    elle déclare aux jeunes du parti de la Ligue Nationale pour la Démocratie, «Nous, en Birmanie, envions la révolution rapide et facile qui a eu lieu en Egypte». © AFP PHOTO / Soe Than WIN

  • Le 5 juillet
    17 /31
    Le 5 juillet,

    pour sa première sortie hors de Rangoun, elle se rend dans un temple à Bagan, accompagnée de son fils Kim Aris. © AFP PHOTO / Soe Than WIN

  • Le jour suivant
    18 /31
    Le jour suivant,

    des centaines de Birmans viennent à sa rencontre. © AFP PHOTO / Soe Than WIN

  • Lors 64e anniversaire Fête Martyrs
    19 /31
    Lors du 64e anniversaire de la Fête des Martyrs,

    le 19 juillet, elle rend hommage à son père, le général Aung San et à huit autres dirigeants assassinés, le 19 juillet 1947. © AFP PHOTO / Soe Than WIN

  • A Bago dans sud 14 août
    20 /31
    A Bago dans le sud, le 14 août,

    elle s’adresse à ses partisans et appelle à l’unité de son pays.   © AFP PHOTO / Soe Than WIN

  • Le 19 août
    21 /31
    Le 19 août,

    elle rencontre pour la première fois, le président de la République Thein Sein. © AFP PHOTO / Myanmar News Agency

  • Le 24 août
    22 /31
    Le 24 août,

    Elle se dit satisfaite de sa rencontre avec Tomas Ojea Quintana, rapporteur spécial de l’ONU sur les droits de l’homme en Birmanie. © AFP PHOTO / Soe Than WIN

  • Le 13 septembre
    23 /31
    Le 13 septembre,

    la Birmanie semble entrer dans une prometteuse ère de réformes mais la route vers une vraie démocratie sera longue, estime-t-elle dans un entretien exclusif avec l'AFP. © AFP PHOTO / Soe Than WIN

  • A fin mois
    24 /31
    A la fin du mois,

    elle inaugure une bibliothèque à Rangoun. © AFP PHOTO / Soe Than WIN

  • Le 18 octobre
    25 /31
    Le 18 octobre,

    lors d’une cérémonie marquant l'anniversaire du leader Min Ko Naing, arrêté et condamné à une peine de 65 ans de prison pour sa participation aux manifestations anti-gouvernementales de 2007. © AFP PHOTO / Soe Than WIN

  • Le 4 novembre 2011
    26 /31
    Le 4 novembre 2011,

    au premier Forum du pays sur l'économie verte et la croissance verte. © AFP PHOTO / Soe Than WIN

  • Lors d'une conférence presse à Rangoun 14 novembre 2011
    27 /31
    Lors d'une conférence de presse à Rangoun, le 14 novembre 2011,

    elle annonce sa participation aux prochaines élections partielles où elle briguera un siège au Parlement. Son parti, la LND dissout en mai 2010 par les militaires, après avoir annoncé son boycott aux élections, a décidé de revenir dans la légalité. © AFP PHOTO / Soe Than WIN

  • Le 2 décembre
    28 /31
    Le 2 décembre,

    elle reçoit la secrétaire d'Etat américaine, Hillary Clinton à son domicile. La visite d'un chef de la diplomatie américaine en Birmanie est la première depuis 50 ans. © AFP PHOTO / Soe Than WIN

  • Le 1er avril 2012
    29 /31
    Le 1er avril 2012,

    la Ligue nationale pour la démocratie, le parti d’Aung San Suu Kyi, remporte 40 des 44  circonscriptions en jeu.   A 66 ans, la dissidente birmane est élue pour la première fois députée de la Chambre basse du parlement birman. © AFP PHOTO/Christophe ARCHAMBAULT

  • En juin
    30 /31
    En juin,

    éclatent des nouvelles violences dans l'ouest birman entre les bouddhistes et les Rohingyas, une minorité musulmane apatride considérée par l'ONU comme l'un des groupes les plus persécutés de la planète.   Le 15 juin 2012, en visite en Europe, Aung San Suu Kyi insiste pour qu'un règlement politique mette fin aux combats et qu’un nouveau cadre juridique soit instauré pour régler la question de la citoyenneté des Rohingyas. En même temps, en habile politicienne, elle se garde d’apporter un réel soutien à cette communauté. © AFP PHOTO / DANIEL SANNUM LAUTEN

  • 20 septembre 2012
    31 /31
    20 septembre 2012,

    en tournée aux Etats-Unis, elle reçoit la médaille d'or du Congrès, la plus haute récompense du Parlement américain.   Elle est accueillie par le président Barack Obama comme un chef d’état dans le Bureau ovale de la Maison Blanche.   Dans le même temps, l’actuel président de Birmanie Thein Sein est retiré de la liste noire de Washington. Deux mois plus tard, les Etats-Unis lèvent l'embargo sur les importations birmanes, à l'exception des pierres précieuses.   Obama devient le premier président américain en exercice à se rendre en Birmanie.                  © AFP PHOTO/Brendan SMIALOWSKI