Clap

Azerbaïdjan

Azerbaïdjan : la femme du président devient vice-présidente

Par Eléonore Abou Ez avec agences@GeopolisAfrique | Publié le 25/02/2017 à 13H53

Le président Ilham Aliev son épouse Mehriban
Le président Ilham Aliev et son épouse Mehriban, nommée vice-présidentedu pays, lors de la réunion du conseil de sécurité à Bakou, en Azerbaïdjan, le 21 février 2017. © AFP/ Agence Anadolu

Le président azerbaïdjanais, Ilham Aliev, a nommé le 21 février 2017 son épouse Mehriban Alieva au poste de vice-présidente, renforçant le contrôle de sa famille sur ce petit pays du Caucase du sud riche en hydrocarbures.


«Elle est professionnelle, éduquée, elle a de l'expérience et des principes, elle est magnanime». C’est avec ces mots que le président azerbaïdjanais Ilham Aliev a vanté les mérites de la vice-présidente… sa femme. Le poste a été créé en 2016 lors d’un référendum constitutionnel,

Mehriban Alieva, 52 ans, n’est pas une inconnue sur la scène politique. Députée depuis 2005 du parti au pouvoir Yeni Azerbaïdjan, elle dirige aussi l'influente Fondation Heydar Aliev, qui porte le nom de son beau-père et ancien président du pays.
 
«Les intérêts du pays, toujours prioritaires»
La nouvelle vice-présidente est une grande figure médiatique. Omniprésente à la télévision, Mehriban Aliev est aussi très populaire sur les réseaux sociaux. Elle a d’ailleurs aussitôt réagi à sa nomination. «Je pense que je saurai justifier la confiance» en assurant que «les intérêts du pays et de la population seront toujours prioritaires», a-t-elle expliqué.
 
Future présidente ?
Ophtalmologue de formation, Mehriban Aliev a été nommée en 2004 ambassadrice de bonne volonté de l'Unesco, l'organe culturel des Nations Unies. Issue de la puissante famille Pashaïev, l’une des plus riches du pays, Mehriban Alieva est parfois vue comme un recours possible pour succéder un jour à son propre mari.

Mais sa nomination actuelle est très mal vue par l’opposition. «Cette décision ramène l'Azerbaïdjan aux temps médiévaux, féodaux…Ces  règnes familiaux n'ont plus leur place au XXIe siècle», a déclaré Issa Gambar, dirigeant du parti Musavat.  
 
Une histoire de famille
Le président Ilham Aliev, 55 ans, a pris la tête du pays en 2003. Il a alors pris la succession de son père, Heydar Aliev, ancien chef du KGB local qui dirigeait cette ancienne république soviétique, depuis 1993, deux ans après l’indépendance de l’URSS.

L'Azerbaïdjan est un pays laïc à majorité musulmane dirigé d’une main de fer par le clan Alïev.