Eclairage

Monténégro,  Europe

Balkans: l'adhésion du Monténégro à l'Otan, approuvée par Trump, irrite Moscou

Par Dominique Cettour Rose@GeopolisAfrique | Publié le 14/04/2017 à 09H15, mis à jour le 14/04/2017 à 14H11

Donald Trump a donné son feu vert à l'adhésion Monténégro à l'Otan.
Donald Trump a donné son feu vert, le 11 avril 2017, à l'adhésion du Monténégro à l'Otan. © GEORGES GOBET / AFP

Le Monténégro s’apprête à devenir le 29e pays membre de l’Otan. Au grand dam de Moscou. Le président américain Donald Trump a ratifié le protocole d'adhésion de ce petit Etat des Balkans de 620.000 habitants. L’opposition pro-russe réclame un référendum sur l'élargissement de l'Otan à cette ex-république yougoslave, ce que le pouvoir monténégrin refuse.


Quand le Monténégro deviendra membre à part entière de l’Otan, l’Alliance atlantique contrôlera de fait toutes les côtes des Balkans. C'est justement ce que ne veut pas Vladimir Poutine qui, par le passé, a déjà qualifié l'élargissement de l'Otan dans les Balkans de «provocation».

«Nous considérons que l'intégration du Monténégro à l'Otan est profondément erronée, qu'elle va à l'encontre des intérêts primordiaux de ce pays, qu'elle porte atteinte à la stabilité des Balkans et de l'Europe en général», a réagi, le 13 avril 2017, le ministère russe des Affaires étrangères. Cette adhésion «reflète la logique de confrontation sur le continent européen, la mise en place de nouvelles lignes de démarcation», a dénoncé la diplomatie russe.


Feu vert de Trump à l'adhésion monténégrine
Le 12 avril, le président américain a donné son feu vert l'adhésion du Monténégro après le vote presque unanime des sénateurs américains, le 28 mars, en faveur du traité, par 97 voix contre 2. «La participation du Monténégro au sommet de l'Otan en tant que membre, et non comme observateur, enverra un signal fort d'unité transatlantique, et aucun tiers n'a de droit de veto sur les décisions de l'Otan», avait écrit aux sénateurs le secrétaire d'Etat américain, Rex Tillerson, impatient de voir ce petit pays des Balkans rejoindre l'Alliance Atlantique Nord.

Des parlementaires démocrates et républicains ont envoyé un message à la Russie. «Je suis très heureuse que la campagne russe de désinformation et visant à dissuader les Monténégrins de rejoindre l'Otan ait échoué», s'est notamment félicitée la républicaine Susan Collins à l'issue du vote. L'adhésion «envoie un message de fermeté et de détermination à la Russie, alors qu'elle envahit ses voisins et tente de déstabiliser l'ordre international», a indiqué pour sa part le démocrate Ben Cardin.

Ils ont aussi rappelé que des opposants à l'adhésion à l'Otan, dont deux ressortissants russes, étaient accusés par les autorités monténégrines d’être à l’origine d'un complot déjoué, prévu le 16 octobre 2016, le jour des élections législatives. Accusé d'y avoir joué un rôle, Moscou réfute toute ingérence. 

La future adhésion divise le pays
Au moment même où le secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson rencontrait à Moscou le président russe Vladimir Poutine et le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, le 12 avril, la Maison Blanche affirmait disposer d'«informations crédibles» selon lesquelles Moscou aurait apporté son soutien à ce coup d'Etat avorté. Pour le procureur monténégrin, «l'unique motivation de ces structures» était d'«empêcher le Montégégro d'entrer dans l'Otan».

En 2015, de violentes manifestations avaient éclaté pour contester la décision de l'ancien Premier ministre Milo Djukanovic de faire adhérer le pays à l'Otan. Le principal parti d'opposition monténégrine, le Front démocratique (droite), réclamait un gouvernement de transition chargé d’organiser des élections anticipées «libres et honnêtes».

Le Monténégro deviendra membre de plein droit de l'Alliance quand les Pays-Bas auront ratifié le protocole d'adhésion. La procédure, en cours devant le tribunal de la Haye, prendra au moins huit semaines, avait indiqué fin mars un responable de l’Otan, sous couvert d'anonymat, en marge d’une réunion des 28 chefs de la Diplomatie à Bruxelles. 

Le Premier ministre Monténégrin Dusko Markovic espérait fin janvier pouvoir participer «en tant que membre» au prochain sommet de l'Otan, le 25 mai 2017 à Bruxelles. C'est actuellement en qualité d'«observateur» que le Monténégro assiste aux réuions de l'Alliance.