Clap

Politique,  Etats-Unis,  Afrique du Sud,  Afrique

Barack Obama, invité de marque au centenaire de la naissance de Nelson Mandela

Par Véronique le Jeune (avec AFP)@GeopolisAfrique | Publié le 26/04/2018 à 12H17, mis à jour le 26/04/2018 à 14H00

Barack Obama aux funérailles Nelson Mandela en 2013
Barack Obama, alors président des Etats-Unis, aux funérailles de l'ancien président sud-africain Nelson Mandela à Johannesburg, en décembre 2013. © Brendan SMIALOWSKI / AFP

L'ancien président américain Barack Obama prononcera le discours annuel de la Fondation Mandela en Afrique du Sud le 17 juillet 2018, à la veille du centième anniversaire de la naissance du premier chef d'Etat noir sud-africain. Un événement auquel la participation du premier président noir américain de l'Histoire résonne comme une mission à perpétuer.

 
«Cette année, on a hâte de recevoir le président Obama pour le discours annuel de la Fondation» à Johannesburg, a déclaré Sello Hatang, président de la Fondation Mandela chargée de garder vivant l'héritage du prix Nobel de la paix.

«Qui de mieux pour représenter l'héritage de Madiba (le nom de clan de Nelson Mandela) que celui qui, à nos yeux, s'est vu passer le témoin en devenant président de son pays ?», a-t-il ajouté.

Barack Obama séjournera pendant cinq jours à Johannesburg
Chaque année, la Fondation Mandela confie à un invité de prestige le soin de prononcer un discours à l'occasion de l'anniversaire de Nelson Mandela, né le 18 juillet 1918 et décédé le 5 décembre 2013.

Parmi les précédents intervenants figurent l'ancien président américain Bill Clinton, l'ex-secrétaire général des Nations Unies Kofi Annan et le milliardaire et philanthrope américain Bill Gates.
 
Selon le New York Times, Barack Obama séjournera pendant cinq jours à Johannesburg en juillet pour des réunions et pour contribuer à la formation de 200 jeunes en matière de leadership.


Pour Obama, la vie de Mandela a été «une source d'inspiration»
Après vingt-sept ans dans les geôles du régime raciste blanc, Nelson Mandela, icône mondiale de la lutte contre l'apartheid, était devenu le premier président noir Afrique du Sud en 1994, poste qu'il a conservé jusqu'en 1999.

Il a consacré une grande partie de son mandat à mener une politique de réconciliation nationale entre Noirs et Blancs.

A sa mort en 2013, Barack Obama a déclaré que Nelson Mandela représentait l'une de ses grandes références morales, avec l'ancien président des Etats-Unis Abraham Lincoln et le défenseur américain des droits civiques Martin Luther King.

«Je fais partie des millions de personnes qui ont été inspirées par la vie de Nelson Mandela», a alors confié l'ancien président américain, né d'un père kényan. «Ma toute première démarche politique, la première chose que j'ai faite qui touchait à la politique, fut une manifestation contre l'apartheid. J'ai étudié ses paroles et ses écrits», a-t-il précisé.

Mandela «fou de joie» lors de l'éction d'Obama
Les deux hommes s'étaient rencontrés une fois, en 2005 à Washington.
Nelson Mandela avait été «fou de joie» lors de l'élection en 2008 de Barack Obama, «parce qu'il y voyait un moment clé dans l'histoire des Etats-Unis», raconte Sello Hatang.

Lors des obsèques de Nelson Mandela, disparu à l'âge de 95 ans, Barack Obama s'était rendu en Afrique du Sud pour une cérémonie d'hommage au père de la «Nation arc-en-ciel».

«Il est difficile de faire l'éloge d'un homme... encore plus difficile de faire celle d'un géant de l'Histoire, qui a conduit une nation vers la justice», avait déclaré le président américain d'alors acclamé par la foule.