Le point sur...

Tchad,  Nigeria,  Niger,  Cameroun,  Afrique,  Afriques

Boko Haram : des enfants pris en otages transformés en bombes humaines

Par Martin Mateso@GeopolisAfrique | Publié le 13/04/2016 à 16H28

Attaque par Boko Haram d'une école à Maiduguri au nord-est Nigéria
Deux jeunes filles rescapées dans les ruines de leur école attaquée par les islamistes de Boko Haram le 12 Mai 2012 à Maiduguri dans le nord-est du Nigéria. © Photo AFP/Pius Utomi Ekpei

Des attentats-suicides pour terroriser la population. C’est la nouvelle arme de la secte islamiste Boko Haram affaiblie militairement. Tous les moyens sont bons pour parvenir à ses fins. Y compris le massacre de jeunes enfants utilisés comme bombes humaines. L’Unicef dénonce une tragédie qui s’étend progressivement aux voisins du Nigéria.

Qu’ils appuient eux-mêmes sur le détonateur ou qu’on les fasse exploser à distance, les enfants sont de plus en plus nombreux à être impliqués dans des attaques-suicides dans la région du lac Tchad. 44 enfants ont péri en 2015. Plus de 75% d’entre eux sont des filles, précise un rapport de l’Unicef, le Fonds des Nations Unies pour l’enfance.
 
«Soyons clairs : ces enfants sont les victimes, et non pas les auteurs. Tromper les enfants et les forcer à commettre des actes mortels a été l’un des aspects les plus horribles de la violence au Nigéria et dans les pays voisins», affirme Manuel Fontaine, directeur régional de l’Unicef pour l’Afrique de l’ouest et centrale.
 
Des enfants-kamikazes âgés d'à peine 8 ans
Ils sont souvent très jeunes, rapporte l’Unicef. Parfois à peine 8 ans. Ils sont embrigadés ou agissent sous la pression.
 
Il y a ceux qui, comme les filles de Chibok, ont été enlevés et dont on a pas de nouvelles depuis deux ans. Il y a aussi ces innombrables enfants séparés de leurs parents après les attaques de leurs villages qui se retrouvent livrés à eux-mêmes. Plus d’un million d’enfants ont ainsi été déplacés par le conflit.
 
«Ce sont des proies faciles pour les recrutements, tant ils sont vulnérables…Mosquées, marchés bondés, restaurants, Boko Haram utilise une technique très vicieuse pour aller frapper au cœur de la communauté et faire le plus mal possible. Qui va se méfier d’un enfant ? C’est le visage de la pureté, explique Laurent Duvillier, chargé de communication régionale pour l’Unicef.
 

Manifestation contre Boko Haram à Yaoundé au Cameroun
Manifestation contre la secte Boko Haram le 28 Février 2015 à Yaoundé. Le Cameroun a enregistré depuis deux ans 21 attentats-suicides perpétrés par Boko Haram et impliquant des enfants. © Photo AFP/Reinnier Kaze

Enlevés de force dans les sites de déplacés
Les témoignages abondent dans les sites de déplacés au Niger, à la frontière avec le Nigéria. Aucun des rescapés n’ignore que Boko Haram happe les enfants, écrit le journal Libération qui a recueilli des témoignages de villageois.
 
«Nos enfants partaient au compte-gouttes, comme ça, semaine après semaine. On a commencé à comprendre qu’on risquait de les perdre tous. Mieux valait quitter la localité et sauver ceux qui restent» raconte  à Libération , Biri Kassoum Moustapha, directeur d’une école à la frontière entre le Niger et le Nigéria.
 
Longtemps concentrés au Nigéria, les attentats-suicides se sont progressivement étendus aux pays voisins et notamment au Cameroun qui a enregistré depuis deux ans 21 attentats-suicides impliquant des enfants. Le Nigéria a  connu 17 attaques, le Tchad a été visé à deux reprises durant la même période.
 
Ce nouveau mode opératoire de Boko Haram a poussé certains pays voisins du Nigéria, le Tchad et le Cameroun notamment, à interdire le port de la burqa. Pour éviter que des jeunes filles portant des habits longs recouvrant tout le corps, ne puissent facilement dissimuler une bombe.