New Delhi suffoque sous la pollution

PAROLES D'INDE // Problème de peau, les yeux qui piquent, la gorge qui gratte, ce sont les symptômes quotidiens des habitants de New Delhi, l'une des villes les plus polluées au monde. Dans la capitale indienne, le ciel est rarement bleu, congestionné par un épais brouillard. L'air y est irrespirable. Selon une étude récente, chaque jour, deux Indiens meurent à cause de la pollution. Les habitants se sentent-ils en danger ? Nous sommes allés à leur rencontre.

Aujourd'hui, selon le Centre de contrôle de la pollution de New Delhi, les particules fines (2,5) atteignent le seuil de 259 microgrammes par m3. L'Organisation mondiale de la santé  recommande un seuil de 10 microgrammes par m3, en moyenne.

Selon une étude, publiée mardi dernier, la pollution du sous continent sera bientôt plus meurtrière qu'en Chine. Le nombre de morts, en Inde, dû à la pollution a grimpé de près de 50% entre 1990 et 2015. Les deux géants asiatiques totalisent à eux seuls la moitié des décès liés à la pollution dans le monde.

Lucille Guenier et Sidhu Yadav

  • Cybercafe Mohamed Chaari

    Qu'attendent-ils les politiciens du monde entier, et notamment ceux des pays les plus pollués, pour interdire tout simplement tout la fabrication et le commerce des véhicules au diesel ou à essence ?
    On ne devrait pas être obligatoirement membre de Greenpeace ou d'un parti des Verts pour croire que la santé publique est plus importante que les intérêts des sociétés de pétrole.