L'Italie aujourd'hui : 23 milliards d'euros pour les réparations des tremblements de terre

 

23 milliards d'euros : l'Italie présente la facture des tremblements de terre à l'Europe.  

23 milliards d'euros. C'est le coût des tremblements de terre qui ont secoué l'Italie centrale en août et octobre 2016, puis à nouveau en janvier 2017. Le montant total a été présenté à Bruxelles par le département de la protection civile, il devrait bénéficier du fond de solidarité européenne, utilisé en cas de grandes catastrophes. D'autres fonds européens seront mis à contribution pour couvrir les dégâts et financer la reconstruction. Pour le patrimoine historique seulement, le coût estimé est de 3 milliards d’euros.  Jamais un tremblement de terre n'avait coûté si cher depuis celui de 1980, en Irpina, qui avait fait près de 3000 victimes. Les secousses de 2016 ont fait plus de 300 morts.

L'OCDE fait une piqûre de rappel à l'Italie 

 

Dans un rapport paru mercredi, l'Organisation de coopération et de développement économique (OCDE) a pointé la nécessité de réformes de l'Italie. Le texte souligne les efforts fait par le pays, qui a réussi à rétablir sa croissance en 2015, et salue les réformes menées par Matteo Renzi notamment le "Job Act", mesure très contestée qui assouplit le marché du travail. Mais entre le chômage massif chez les jeunes, un secteur bancaire fragile, le PIB encore insuffisant ou encore une administration et une justice trop lente, il reste de nombreux secteurs où l'Italie se doit d'agir, selon l'OCDE. «Les réformes produisent des résultats, voilà le message de base que je voudrais donner», a déclaré Angel Gurria, secrétaire-général de l’OCDE.

De nouveaux vestiges découverts en Toscane

C’est une trouvaille à laquelle ils ne s’attendaient pas. A quelques mètres d’un hôtel prisé des touristes sur la côte toscane, plusieurs plongeurs du service des pompiers italien ont découvert des vestiges antiques lors d'un entrainement de routine, près de la ville de Livourne.  L’amphore de 150 cm et l’urne retrouvées sont en bon état de conservation et ont été confiées aux autorités archéologiques locales. Probablement en date de l’époque romaine, les vestiges ne sont pas les premiers retrouvés dans cette partie de la côte italienne : en 2012, une épave vieille de deux millénaires avait été découverte à quelques kilomètres de là.

Publié par François Beaudonnet / Catégories : Région