Pourquoi Trump peut gagner et Sanders a déjà perdu

Il n'est pas difficile de dresser des parallèles entre Bernie Sanders et Donald Trump. Outsiders populistes de leurs partis respectifs, leurs trajectoires basées sur l'engouement populaire face à l'establishment sont similaires, malgré leurs énormes différences idéologiques.

Après les primaires du 15 mars, un nouveau point commun est apparu. Tout deux doivent gagner une majorité des délégués restants pour l'emporter. Avec une différence majeure: Trump peut le faire, pas Sanders.

Ce n'est même plus une question de démocratie, mais une question de règles électorales et de maths.

Les maths côté Sanders

Les élections démocrates se déroulent à la stricte proportionnelle, dans l'ensemble des états. 4051 délégués sont attribués par le vote populaire, 1964 d'entre eux ont été répartis. Hillary Clinton en a remporté 1139 (58%) et Bernie Sanders 825 (42%). Dans ce calcul, la majorité est à 2026 délégués, Clinton aurait donc besoin de 887 délégués sur les 2087 restants (43%) et Bernie Sanders de 1201 (57%).

Difficile pour Sanders, n'est-ce-pas?

Non. Impossible. Car il est temps de compter les superdélégués. Attention, ça devient compliqué.

Le vote de ces 712 caciques du parti démocrate à la convention n'est pas lié au vote populaire. 467 d'entre eux sont déjà promis à Clinton (65%) contre 26 à Bernie Sanders (4%). 219 superdélégués ne sont pas déclarés.

En comptant les superdélégués, il faut 2383 voix pour la nomination et il reste 2308 délégués à attribuer. Clinton possède 1606 délégués et a besoin de 777 supplémentaires (33% de ce qui reste). Avec 851 délégués, Sanders a besoin de 1532 supplémentaires (67%). En ne comptant que les délégués élus, il devrait recueillir 80% des suffrages pour rattraper son adversaire.

Cette démonstration ignore le fait que les superdélégués pourraient retourner leur veste en faveur de Sanders. Mais elle explique aussi pourquoi ils ne le feront pas. Bernie Sanders a déjà perdu.


Sanders regarde les résultats du 15 mars.

Les maths côté Trump

Côté républicain, Trump a besoin de 564 des 1061 délégués qui restent à attribuer (53%). A la proportionnelle face à deux adversaire, la tâche est difficile. Mais le parti républicain fonctionne différemment du parti démocrate.

L'Arizona, le Delaware, le Nebraska, le Montana, le New Jersey et le Dakota du Sud attribueront l'ensemble de leurs 217 délégués au vainqueur. Si Trump les remporte tous (même par 34% contre 33% à ses deux adversaires), il n'aura besoin que de 347 des 844 délégués restants, soit 41%. De plus, d'autres états (Wisconsin, Pennsylvanie, Maryland, Californie...) accordent des primes significatives au premier.

C'est pour cette raison que la victoire de John Kasich dans l'Ohio, bien que coûteuse en délégués, n'était pas une mauvaise affaire pour le milliardaire. En divisant les voix de l'establishment, elle augmente ses chances de capitaliser sur ces primes au vainqueur pour gagner une majorité de délégués avec une minorité des voix.

Sanders était battu dès 1968

Au coeur de ces règles, on retrouve l'Histoire des deux partis.

Les conflits entre l'électorat démocrate et l'establishment du parti ne sont pas une nouveauté. Depuis 1968 et le chaos historique de la convention de Chicago, le parti démocrate a appris à gérer les candidatures de son extrême-gauche.

A l'inverse, jusqu'à cette année, l'électorat républicain était réputé très discipliné derrière son establishment. Le parti a donc adopté des règles qui favorisent un plébiscite populaire pour le favori. La montée de Donald Trump est un phénomène historique, qui utilise les règles du parti républicain contre lui.

Une chose est certaine, si les règles étaient inversées, Bernie Sanders serait beaucoup plus proche de la nomination et Donald Trump beaucoup plus loin.

T.L

  • gzpeinhg

    Néanmoins, il ne faut pas oublier que les superdélégués ne sont pas tenus de voter pour le candidat qu'ils plébiscitaient avant les primaires. Ainsi, ces mêmes superdélégués ont préféré Obama à Clinton en 2008 alors même qu'on promettait à Mme Clinton une victoire éclatante.

  • Anubis

    Les superdélégués iront vers celui qui aura le plus de délégués élus. Ils savent très bien que ce serait désastreux si la volonté des électeurs n'était pas respecté. Mais, de toute façon, ça conforte quand même Hillary qui a une avance très confortable rien qu'en comptant les délégués élus (une avance de plus de 320 délégués).
    Quant à Trump, c'est plus compliqué: la plupart des primaires sont en mode "winner-take-all", ce qui pourrait le rendre invincible à la convention. Mais si Ted Cruz, voire Kasich continuent à gagner quelques Etats, leurs délégués pourraient s'ajouter à ceux de Rubio pour être majoritaires face aux délégués de Trump à la convention.

  • David

    Il est complètement faux de déclarer Sanders perdant: les superdelegates se sont retournés de nombreuses fois dans l'histoire des présidentielles américaines, et seront forcés de le faire si Sanders continue sur sa lancée écrasante de la fin Mars.
    Le contraire ne ferait qu'amplifier la défiance du peuple américain contre l'establishment, cause même du succès actuel de M Sanders