Melania Trump lors d'un meeting en Caroline du Sud en janvier. (Getty)

Primaires républicaines: Maintenant, on s'en prend aux femmes

Quand on a touché le fond, faut-il creuser? C'est en tout cas ce que semblent penser les candidats à la primaire républicaine, qui rivalisent d'ingéniosité pour rendre la campagne électorale chaque jour un petit peu moins élégante.

Il y a eu - et il y a toujours - les insultes.  Les références à la taille des "mains" en plein débat. Les dérapages racistes. La défense de la torture et de tapis de bombes. Souhaitez maintenant la bienvenue aux attaques sur les femmes des candidats!

Melania Trump est une salope, votez Ted Cruz!

On doit cette nouvelle étape à une publicité Facebook créée par la Super-PAC "Make America Awesome", qui a soutenu Ted Cruz dans l'Utah. La publicité reprend une photo dénudée de Melania Trump, la femme de Donald, prise pour le magazine GQ en 2000. La publicité commente "Voici votre future First Lady...Ou alors vous pourriez supporter Ted Cruz."

La publicité, qui visait clairement un public mormon très puritain, a déclenché un débat national aux Etats-Unis. Make America Awesome est accusé de "slut-shaming" (en français approximatif: "humiliation de la salope").

Dans Vox, Emilly Crockett écrit: "Cette publicité utilise un stéréotype malheureux sur les femmes qui posent nues ou sont ouvertes sur leur sexualité: elles seraient écervelées, pas fiables, et ne devraient pas être respectées. Au lieu d'attaquer Trump directement, elle diffame le personnage de la femme qu'il a choisi d'épouser."

Les auteurs de la publicité ont répondu en retournant l'argument du slut-shaming en leur faveur: "Cette image n'est pas douteuse parce que Melania Trump pose nue. Elle est douteuse parce qu'elle montre Melania Trump attachée à une mallette, vulnérable, un message implicite pour la soumission des femmes [...] à l'excitation et la consommation masculine."

Adroit, mais le message serait plus porteur si d'autres opposants à Trump n'avaient pas vigoureusement adopté le slut-shaming, comme cet article d'un média conservateur anti-Trump: "Quand vous êtes un homme avec de toutes petites mains marié à une ancienne mannequin qui a l'âge de vos premiers enfants, c'est normal de se demander si Raul le garçon de piscine ne nettoie pas un peu plus que la piscine." Délicieux.

Quand c'est pas l'un, c'est l'autre

Evidemment, on ne pouvait pas en rester là. Incapable de résister à une bonne polémique, Donald Trump s'est jeté dans l'arène (c'est à dire Twitter) en menaçant la femme de Ted Cruz, Heidi. "Ted Cruz le menteur utilise une photo de Melania dans une pub. Fais attention Ted, ou je vais vendre la mèche sur ta femme!"


Ted Cruz n'a pas tardé à répondre: "La photo de ta femme ne venait pas de nous. Si tu attaques Heidi, tu es encore plus lâche que je ne le pensais. #Pasclasse."


On ne sait pas sur quoi Trump voudrait "vendre la mèche", mais la réaction de Cruz, bien que calme et modérée, sonne faux. S'il n'est pas responsable de la première attaque (les Super-PACS ne doivent pas collaborer avec les campagnes officielles) son principal supporter et sa "caution establishment", Mitt Romney, ne s'est pas privé d'en rajouter lors d'un dîner avec des officiels républicains.

"Trump a eu plusieurs femmes étrangères. Comme quoi, il y a vraiment des jobs que les américains ne veulent pas faire".


En résumé...

 

La glace à la gloire de Bernie Sanders, candidat socialiste à l'élection présidentielle, a été créée par l'un des fondateurs de Ben & Jerry's. Crédit : Ben Cohen

Le fondateur de Ben & Jerry's lance la glace à la gloire du socialiste Bernie Sanders

Qui a dit qu'une glace au chocolat ne pouvait pas être un acte politique ? Ben Cohen, l’un des fondateurs de la marque américaine de crèmes glacées et de sorbets Ben & Jerry's, vient de créer une glace dédiée au candidat démocrate Bernie Sanders. Elle est baptisée “Bernie’s Yearning” (la folle envie de Bernie).

Deux parfums pour symboliser les inégalités

Cohen a utilisé deux parfums pour illustrer les inégalités criantes qui divisent les Américains, régulièrement dénoncées par Bernie Sanders :Le disque de chocolat représente les 90% de richesses qui sont allées [au 1% des citoyens les plus riches] depuis la fin de la récession a declaré Cohen  dans une interview au Los Angeles Times.

Selon lui, en mélangant les deux disques de glace, les consommateurs réaliseront métaphoriquement le rêve de Sanders : une répartition plus égale des richesses. Selon le Pew Research Center, les 20% des familles américaines les plus riches possèdent 89% des richesses du pays.

La glace

 

Ben Cohen, habitant du Vermont, est un fervent partisan de Bernie Sanders, sénateur de cet état du nord est depuis 2007 et candidat à l'investiture démocrate pour l'élection présidentielle cette année. "[Jerry et moi] avons vu les actions [de Bernie] et nous croyons en lui", affirme Ben Cohen sur le site de promotion de la glace.

Il précise cependant que ce nouveau parfum n’est pas affilié au fabriquant de glace, qui a été racheté par le géant Unilever il y a plus de quinze ans.

Mais rares seront ceux qui pourront profiter de cette édition collector : Cohen n'a produit que 18 litres de glace, dont 12 ont été reversés à Sanders et ses petites mains. 

L'annonce tombe à point, au moment où de nouveaux sondages donnent Sanders gagnant pour la primaire dans l'Iowa, qui aura lieu en février, malgré l'avance de sa concurrente Hillary Clinton, favorite des sondages à l'échelle nationale.

A gauche, Sarah Palin et Donald Trump dans l'Iowa. A droite, leurs caricatures dans l'émission Saturday Night Live.

Sarah Palin fait son retour en politique pour soutenir Donald Trump : la caricature du Saturday Night Live

Sarah Palin, égérie des ultraconservateurs républicains et ex-star de télé réalité, a fait son retour la semaine dernière pour apporter son soutien à Donald Trumpcandidat républicain en tête des sondages, souvent décrié pour ses déclarations-choc. Le duo Trump-Palin a fait les choux gras des humoristes : la comédienne Tina Frey a donc repris du service pour incarner Palin dans le Saturday Night Live, une émission de sketchs humoristiques, rapporte le Huffington Post. 

Comme en 2008, lorsque Sarah Palin était candidate à la vice-présidence, les humoristes se moquent des interventions hystériques et... des vêtements de l'ex-gouverneur de l'Alaska.

Saurez-vous différencier réalité et fiction ?

Sarah Palin apporte son soutien à Donald Trump dans l'Iowa :


Un reportage de Jacques Cardoze et Laurent Desbois

La parodie du Saturday Night Live, "en direct d'un meeting dans l'Iowa, où Donald Trump va bientôt recevoir un soutien officiel de poids" :

"Merci Iowa", commence Sarah Palin, "je voulais justement prendre un break de ma carrière de posteuse sur Facebook à pleins temps (...) pour apporter mon soutien au prochain président Donald J. Trump". 

"Je n'ai pas vu de femme aussi impressionnante depuis Jeb Bush", se satisfait le faux Donald Trump.

Ces frites au chocolat sont disponibles dans les MacDonald's japonais à partir du 26 février 2016. Crédit : McDonald's

McDonald's inaugure... les frites au chocolat (au Japon)

Dans un communiqué de presse repéré par Fortune, le site du magazine Forbes, le géant du fast-food américain McDonald's a annoncé une nouvelle garniture pour ses frites : le chocolat

Pour une durée limitée, la chaine introduira à partir du 26 janvier au Japon les "McChoco Potatoes" - des frites classiques nappées de chocolat blanc et noir.

"Tout le monde a un côté sucré et un côté salé. Maintenant, avec les McChoco Potato, vous n'avez plus besoin de choisir entre les deux !"

La société américaine ne dit pas si les McChoco Potatoes seront un jour commercialisées en dehors du Japon, mais elles seraient, selon Fortune, un effort supplémentaire pour enrayer les pertes du géant américain dans le pays, où la chaîne a notamment été confrontée à des scandales sanitaires.

La chaîne aurait même pour projet de vendre des parts de sa branche japonaise, qui est confrontée à la concurrence des chaines de fast-food Burger King-Japan, First Kitchen, et du dernier arrivé, Shake Shack, installé à Tokyo en novembre dernier.

Si la garniture est réservée aux Japonais, les Américains pourraient être des clients potentiels : la chaîne américaine de fast food Wendy's propose bien un combo glace au chocolat et frites.

#DésolésOnNePeutPasEtreAmisSi Vous n'avez jamais trempé vos frites dans votre Frosty [glace au chocolat]

Les fillettes de "USA Freedom Kids" ont interprété une chanson à la gloire du républicain Donald Trump lors d'un meeting de sa campagne. Crédit : page Facebook de "USA Freedom Kids"

La vidéo de ces fillettes interprétant une chanson à la gloire de Donald Trump fait le tour de l'Amérique

Trois fillettes ont ont enfilé leur costume de pom-pom girls (orné du drapeau américain) mercredi pour interpréter une chanson lors d'un meeting de Donald Trump, candidat républicain à la Maison blanche en tête des sondages. L'événement avait lieu à Pensacola, en Floride. Voici un aperçu des paroles de la chanson, repérée par Fusion.net :

"Lâcheté, Etes-vous sérieux ? Des excuses pour la liberté, je ne peux pas le supporter. Lorsque la liberté sonne à ta porte, répond à l'appel ! Tiens-toi droit, la liberté sur nos épaules, USA ! Ennemis de la liberté, affrontez la musique. Allez les garçons, mettez-les à terre. Le Président Donald Trump sait comment refaire de l'Amérique un grand pays."

La vidéo a été mise en ligne par une filiale locale de Fox :

Le trio est membre d'un groupe baptisé "USA Freeedom Kids" (les enfants de la liberté des Etats-Unis), précise le Time Magazine, qui a interrogé Jeff Popick, fondateur du groupe et admirateur de Donald Trump. C'est Poppick, 53 ans, qui a écrit la chanson interprétée devant près de 15 000 personnes mercredi par les fillettes, menées par sa fille de 8 ans, Alexis. 

Les "Freedom Kids" sont spécialisées dans les chants à la gloire de l'Amérique, comme le montre leur site.

Les "USA Freedom Kids" ont annoncé leur performance sur Facebook.

Les "USA Freedom Kids" ont annoncé leur performance sur Facebook.

"USA Freedom Kids" a été fondé il y a 6 mois, ajoute le Time, "après que Poppick ait organisé un casting pour recruter ses membres". Depuis, le groupe a interprété l'hymne national lors de matchs de football américain à Miami. "Elles ont adoré rencontrer Donald Trump", a affirmé au Time le fondateur du groupe.

La cagnotte du Powerball a atteint 1,5 milliards de dollars pour le tirage du 13 janvier 2016. Affiche devant une épicerie dans les rues de Washington DC.

Les étranges règles de la supercagnotte du Powerball

Chaque combinaison de numéros n'a qu'une chance sur 292 millions de l'emporter. Pourtant, les Américains se ruent en masse dans les "corner stores" pour acheter un billet de loterie et tenter leur chance au Powerball, l'équivalent américain de l'Euromillions, dont le tirage aura lieu mercredi 13 janvier au soir.

Une file d'attente dans une épicerie, à Washington DC.

Une file d'attente dans une épicerie, à Washington DC.

En jeu, une cagnotte jamais atteinte aux Etats-Unis : 1,5 milliard de dollars, soit plus d'1,3 milliard d'euros - de quoi acheter plus de 300 millions de Bigmacs.

Certains Américains parcourent des kilomètres sur les routes pour jouer - la loterie n'étant pas autorisée dans tous les états du pays. On a également vu des habitants de Washington se demander s'ils doivent acheter leur ticket dans le Maryland, non loin, afin de s'assurer qu'ils pourront conserver l'anonymat en cas de gain.

Ces situations insolites sont liées à la somme faramineuse qui est en jeu - résultat d'une politique récente de Powerball, qui favorise les gains rares mais aux montants élevés.

Mais c'est aussi le résultat du fédéralisme américain, qui laisse une grande place à chaque état pour déterminer ses propres lois.

Voici quelques unes des étranges règles qui régissent la cagnotte du Powerball :

Les billets ne sont pas vendus dans tous les états

Les billets du Powerball peuvent être achetés dans 44 états, le District de Columbia, les Îles Vierges et Porto Rico.

Dans certains états, le Powerball est interdit. C'est le cas du Nevada, qui compte de nombreux casinos, réticents à voir la loterie leur faire de l'ombre.

En Alabama, Mississippi et dans l'Utah, les opposants à la légalisation de la loterie invoquent régulièrement des arguments religieux.

Le gagnant doit révéler son identité... sauf dans 6 états

Le Delaware, le Kansas, le Maryland, le North Dakota, l'Ohio et la Caroline du Sud autorisent le gagnant à conserver l'anonymat. Dans tous les autres états, le nom du gagnant fera les gros titres.

Cependant, certains autres états "autorisent les gagnants à créer des sociétés à responsabilité limitée, de sorte que lorsque leurs noms sont annoncés, ce sont les entreprises et non les individus qui sont identifiés", précise NBC News.

En France au contraire, le gagnant de la loterie peut choisir de rester anonyme.

La cagnotte est soumise à l'impôt... qui varie selon l'endroit où vous avez acheté votre ticket

Aux Etats-Unis, les revenus issus de la loterie sont imposables. Le fisc américain prélèvera donc 25% de la somme remportée par un résident américain (qui possède un numéro de sécurité sociale ou un numéro de contribuable) avant même que le gagnant ne récupère son dû. Le taux grimpe à 30% pour les étrangers qui ne disposent pas d'un tel numéro.

Il faudra également payer l'impôt sur le revenu à l'échelle fédérale, qui est plafonné à 39,6%, précise CNN.

Ajoutez à cela les impôts locaux, qui varient en fonction des états. ABC donne l'exemple d'un gagnant vivant à New York, qui se verra ponctionner 8,8% par l'état de New York et 3,9% par la ville. Au contraire, d'autres états comme le Texas ne prélèvent pas d'impôts sur les gains. En fonction de l'endroit où votre billet a été acheté, la somme finale pourra donc être amputée de plusieurs millions de dollars.

Le paiement de la somme peut être réparti sur plusieurs années

Si les gagnants décide de retirer la totalité de la somme en une fois, il ne recevra "que" 930 millions de dollars de la part de Powerball. Pour obtenir 1,5 milliard, il faut accepter de recevoir des paiements annuels (de plus de 45 millions de dollars bruts par mois) pendant 30 ans - même après votre mort. Dans le premier cas, cela signifie payer, en une fois, une grosse somme au fisc. Dans le second, le gagnant devra payer des impôts chaque année. Il sera donc soumis à tout changement futur du code des impôts.

Selon une porte-parole de Powerball interrogée par le NYT, la plupart des heureux gagnants décident d'empocher le jackpot en une fois.

Tout le monde peut participer, même les étrangers qui ne vivent pas aux Etats-Unis... à condition de payer des taxes supplémentaires

Des "milliers" de Canadiens venus "de villes comme Vancouver, Toronto et Montréal pour avoir la chance de devenir le prochain milliardaire", selon le Washington Times. Et pour cause : la loterie est ouverte aux étrangers. Cela étant, ces derniers sont soumis à plus de taxes que les résidents américains. Le fisc prélève 30% de la somme gagnée par un étranger.

Avis à ceux qui veulent tenter leur chance : vous pouvez vous rendre aux Etats-Unis pour acquérir un ticket, ou mandater un individu ou une entreprise qui achètera un billet sur place pour vous. "'Une foule de sites propose de valider votre tirage sur le sol américain. Une copie du ticket doit ensuite vous être remise", explique le Huffington Post. A condition de payer des frais très élevés... et d'accepter le risque qu'on vous vole votre reçu en cas de jackpot.

Le tirage aura lieu à 23h heure de la côte est, soit 5h du matin en France.

Les coyotes sont des canidés qui vivent généralement en meute dans les grandes plaines de l'Amérique, mais qui ont su s'adapter à la vie en ville.

Les coyotes envahissent les villes américaines

Lorsque l'agglomération de Chicago et ses 9 millions d'habitants s'endorment, de nouveaux occupants se réveillent : les coyotes. Ces canidés sont réputés peupler les grandes plaines de l'Amérique. Mais ces animaux sauvages ont aussi élu domicile dans les villes comme Chicago ou New York. Leur rapidité, leur capacité d'adaptation et leur ressemblance avec le loup (pourtant bien plus grand) ont de quoi effrayer certains habitants.

Un reportage de Valérie Astruc, Laurent Desbois, Fabien Ortiz et Arielle Monange :

La barre de métal remplace le sapin le 23 décembre pour Festivus, alternative anticommerciale à Noël. Crédit : Matthew Keefe

Joyeux Festivus, l'alternative laïque et anticommerciale à Noël, popularisée par la série américaine Seinfeld

A l'occasion de Festivus ce 23 décembre, le candidat républicain à la Maison blanche Rand Paul s'adonnait à un rituel qu'il honore depuis 3 ans : inonder son compte Twitter de "doléances de Festivus", des insultes ou blagues adressées à ses concurrents en politique.

Cette année, il visait les autres candidats en lice pour l'élection présidentielle 2016. Sa première cible ? Donald Trump, le candidat républicain en tête des sondages.

...Mais au fait, d'où vient "Festivus" ?

Ce jour de fête célébré le 23 décembre, à l'avant veille de Noël, a été inventé par l'un des scénaristes de la série comique américaine Seinfeld. Il a été popularisé par un épisode de la série diffusé en 1997. Festivus y est décrit comme une alternative pour ceux qui jugent les fêtes de fin d'année trop commerciales.

Le symbole de Festivus ? Une simple barre en métal, qui remplace le sapin.

Le slogan de Festivus

"A festivus for the rest of us!' soit "Un Festivus pour le reste d'entre nous !".

Comment fêter Festivus

Selon Mark Nelson, le libraire canadien auteur de "Festivus: le livre" et créateur du site Festivusweb, les 3 traditions incontournables décrites dans la série Seinfeld sont :

-le dîner de Festivus

-à table, la "diffusion des doléances" : membres de la famille et amis détaillent comment ils ont déçu chacun au cours de l'année

-la démonstration de force : le chef de famille s'adonne à la lutte avec un membre du foyer.

Mark Nelson célèbre lui-même Festivus en famille depuis 2005, nous a-t-il confié par email - ce qui ne l'empêche pas de fêter également Noël.

Et pour remplacer la lutte physique, "nous jouons à des jeux, ou nous nous faisons plaisir en nous posant des questions sur Seinfeld", précise Mark Nelson.

Les actrices Amy Poehler et Tina Fey campent Hillary Clinton en 2008 et en 2015 pour l'émission "Saturday Night Live" sur NBC.

Vidéo : l'hilarant Noël d'Hillary Clinton

Hillary Clinton et son fantôme de 2008 ont fait une apparition remarquée dans un sketch de l'émission Saturday Night Live ce samedi. La séquence est intitulée "Hillary Christmas".

Hillary Clinton s'apprête à se coucher pour une nuit de "rêves productifs". Elle ouvre sa robe de chambre et dévoile son pyjama - un tailleur cintré et des talons aiguilles. Mais alors qu'elle s'endort, elle reçoit la visite du fantôme de son propre passé : l'Hillary de 2008 (année où elle avait échoué à obtenir l'investiture de son parti, au profit de Barack Obama, qui représentera les Démocrates lors de l'élection présidentielle et sera élu président en 2009).

Apparaît ensuite l'ultra-conservatrice Sarah Palin, ancienne candidate républicaine à la vice-présidence qui a récemment manifesté son attrait pour l'élue FN Marion Maréchal Le Pen : 

Au cours du sketch, l'Hillary de 2015 annonce une bonne nouvelle à son homologue de 2008 : "on sera bientôt présidentes". Mais la version jeune de la candidate la met en garde : "pendant le Noël 2008 aussi, j'étais confiante. Et puis un dénommé Barack Obama (...) a volé ma vie".

clinton fantome

Mais c'est sans compter la nouvelle encore plus ahurissante qui attend l'Hillary de 2008. "Accroche-toi", annonce la version 2015, avant de lui annoncer le nom du candidat républicain en tête des sondages : Donald Trump. La "jeune" Hillary Clinton s'évanouit. Puis elle s'éveille, réalise que Trump pourrait être le candidat des Républicains et s'exclame à l'unisson avec l'autre Hillary : "Oh mon dieu, nous allons être présidentes !".

Avant que son fantôme n'ait le temps de retourner en l'an 2008, Hillary Clinton aura le temps de détruire son smartphone pour l'empêcher d'envoyer des emails. Une allusion à la polémique qui l'affectera 7 ans plus tard...

Le candidat républicain Donald Trump, en tête des sondages, est souvent qualifié de populiste. Crédit : Gage Skidmore

Cette vidéo montre à quoi ressemblerait Donald Trump avec un accent so british, so sophistiqué

Le candidat républicain Donald Trump débite généralement ses outrances verbales avec une voix rauque, en utilisant un vocabulaire particulièrement pauvre, à la portée d'un enfant de 10 ans. Le tout sur un ton bourru, façon homme du peuple.

Et si le magnat de l'immobilier ne changeait pas ses mots, mais simplement son accent, le qualifierait-on moins souvent de "populiste" ? Le comédian britannique Peter Serafinowicz a doublé une interview de Donald Trump avec un accent britannique, généralement considéré comme plus sophistiqué que son homologue américain, en conservant les mots du candidat.

Le titre de la vidéo est "Trump sophistiqué" :

"Et si Trump prenait des leçons d'élocution ?" se demande Peter Serafinowicz dans la description de la vidéo.