Clap

Politique,  Burkina Faso,  Afrique

Burkina Faso : le retour en grâce de l'ex-président Blaise Compaoré

Par Géopolis (avec AFP)@GeopolisAfrique | Publié le 07/05/2018 à 14H01

Eddie Constance Hyacinthe Komboïgo
L'économiste Eddie Constance Hyacinthe W.Komboïgo à la tête du Congrès pour la démocratie et le progrès, l'ancien parti au pouvoir. © AHMED OUOBA / AFP

L'ex-président burkinabè Blaise Compaoré, renversé par la rue en 2014 après 27 ans au pouvoir et qui vit aujourd'hui en exil en Côte d'Ivoire, a été fait dimanche 6 mai 2018 président d'honneur de son parti, le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP).


Retour en grâce de Blaise Compaoré dans un Burkina déboussolé. Ses sympathisants rêvent d’un retour aux affaires. L'ancien président burkinabè, fondateur du parti, garde une grande estime auprès de ses partisans. Il s'est même vu attribuer des pouvoirs par une motion faisant de lui le «garant de l'unité et des orientations politiques du CDP». Selon la motion adoptée par acclamation par les congressistes, Blaise Compaoré devient «arbitre en dernier ressort des décisions du parti, valide le choix du candidat à l'élection présidentielle et valide les propositions d'union ou de fusion avec d'autres partis».


A deux ans de la présidentielle, le Congrès pour la démocratie et le progrès mise sur le désenchantement des Burkinabè, lassés par le marasme économique et l’insécurité. Eddie Constance Hyacinthe Komboïgo, expert-comptable de 51 ans, reconduit à la tête de l'ex-parti au pouvoir, demande pardon aux Burkinabè, sans rien renier de l’héritage de Blaise Compaoré.
 
2020 dans le viseur
«Qui aurait cru que le CDP se reconstruirait après les événements de 2014? Mais le CDP est de retour et prêt pour la reconquête du pouvoir», a lancé M.Komboïgo aux milliers de militants euphoriques, rassemblés au palais des sports de Ouagadougou, assurant que «le CDP vient de loin et ambitionne aller très loin».


Objectif: faire oublier 2015 qui avait vu la victoire de Roch Marc Christian Kaboré à la tête du Burkina Faso. Cette année-là, les cadres du CDP et ainsi que d'autres leaders de partis alliés n'avaient pas eu le droit de participer au scrutin. Pour Eddie Constance Hyacinthe Komboïgo, 2020 est LE rendez-vous à ne pas manquer. Il se voit déjà président, fort du maillage de son parti et de l’union de l’opposition autour de son nom.