Clap

Cambodge,  Asie-Pacifique

Cambodge: un photomontage porno gay tente de salir le roi Norodom Sihamoni

Par Dominique Cettour-Rose@GeopolisAfrique | Publié le 06/01/2017 à 12H10, mis à jour le 06/01/2017 à 12H20

Le roi Cambodge Norodom Sihamoni
Norodom Sihamoni, sans expérience politique, a succédé à son père, Norodom Sihanouk, en octobre 2004. © FRED DUFOUR / POOL / AFP

Le gouvernement cambodgien a délivré trois mandats d’arrêt à l’encontre des trois auteurs d'un photomontage montrant le roi Norodom Sihamoni dans une scène pornographique gay, publié le jour de Noël sur Facebook. Les cas d’irrévérence à son égard sont rares, le monarque étant très respecté dans le pays.


Les auteurs du canular ne vont pas s’en sortir comme ça. «Le roi représente la nation toute entière, et quand ils insultent le roi, c'est toute la nation qu'ils insultent», a indiqué le général Khieu Soheak, porte-parole du ministère cambodgien de l’Intérieur. 

Une enquête a été ouverte et trois mandats d’arrêt ont été délivrés à l’encontre de trois suspects, a-t-il précisé. Le département, créé en 2015 pour lutter contre le «cyber-crime», a probablement contribué à leur identification, indique Le Monde. Une phrase accompagnait le grostesque photomontage:  «Le roi du Cambodge est gay», précise le journal.

Au Cambodge, insulter le roi est passible de poursuites, allant d'une simple amende à une peine de prison n'excédant pas six mois. Toutefois, les condamnations sont rares et les peines encourues moins lourdes qu'en Thaïlande où la loi de lèse-majesté est l’une des plus sévères au monde.

Couronné le 29 octobre 2004 après l’abdication de son père Norodom Sihanouk, affaibli par la maladie, Norodom Sihamoni est un monarque discret, davantage attaché à la culture qu'à la politique. Avant d'être désigné roi, fonction qu'il a acceptée par devoir filial, Sihamoni était le moins connu des enfants de Sihanouk, à la fois du public cambodgien et sur la scène internationale, souligne Libération.


Le monarque, âgé de 63 ans, règne mais ne gouverne pas. Malgré les limites consitutionnelles de sa fonction, il symbolise l'unité nationale et se porte garant de l'indépendance du pays, de son intégrité territoriale, du respects des droits et de libertés des citoyens et, enfin, il joue un rôle d'arbitre dans le fonctionnement des pouvoirs publics.

Ses qualités de diplomate ont été remarquées, dès 1991, lors d'un bref passage à l'ONU, et, en 1993, à l'Unesco où il représentait le Cambodge. Danseur étoile formé à Prague (Tchécoslovaquie), il a enseigné la danse au conservatoire Marius-Petipa, à Paris où il a résidé pendant une vingtaine d'années. Il s'est également attaché à faire renaître la danse khmère, dont la plupart des grands maîtres ont disparu sous la dictature khmère rouge.