Canada,  Amérique

Canada: le nouveau Premier ministre Justin Trudeau très attendu à la Cop 21

Par Michel Lachkar@GeopolisFTV | Publié le 05/11/2015 à 09H34, mis à jour le 05/11/2015 à 09H42

Le nouveau Premier ministre canadien Justin Trudeau campagne électorale
Le nouveau Premier ministre canadien Justin Trudeau, ici en campagne électorale à Ottawa. © Reuters/ Patrick Doyle

Justin Trudeau va faire ses premiers pas sur la scène internationale avec un agenda chargé: le G20 et la COP 21. Le Canada, grand pays exportateur de pétrole bitumineux, sera à Paris sous les projecteurs. L’occasion pour le jeune Premier ministre d’imprimer son style et de faire entendre sa différence avec son prédécesseur, le très conservateur Stephen Harper.


«Le canada est de retour», lançait Justin Trudeau au lendemain de son élection à la tête du pays. A peine investi, le nouveau Premier ministre agé de 43 ans va enchaîner les sommets internationaux : G20, Commonwealth, COP 21. Le hasard du calendrier va l'aider à infléchir la diplomatie canadienne, souvent décriée après une décennie de pouvoir conservateur. Le Canada fait partie des plus gros pollueurs de la planète et sa bonne volonté à la Cop 21 sera un élément décisif pour la réussite de la négociation.

A la conférence de Paris, Justin Trudeau peut redorer l’image du Canada qui s’est isolé en sortant brutalement du protocole de Kyoto en 2011, sous la pression du secteur pétrolier des sables bitumineux de l’Alberta.
Au même titre que l’Australie de l’ancien Premier ministre Tony Abbott, le Canada de Stephen Harper faisait partie du clan des «climato-sceptiques», poussés par les puissants lobbies des énergies fossiles.

Tout au long de la campagne électorale, Justin Trudeau a voulu se différencier des conservateurs sur ce dossier. «Le Canada, pays de progrès, est aujourd’hui absent de la lutte mondiale contre les changements climatiques. Nous allons redonner au Canada un gouvernement responsable», affirmait l’ancien chef du parti libéral durant sa campagne. «Le Canada a des ressources extraordinaires. Nous en sommes fiers. Nous allons continuer de les exploiter. Mais nous allons dire au monde que nous allons les exploiter de manière responsable.» Reste à traduire ses promesses en actes.

Une large délégation de consensus
Justin Trudeau sera accompagné à Paris par les Premiers ministres de chaque province (au Canada, tous les chefs des gouvernements provinciaux, territoriaux et fédéral portent ce titre), les chefs de partis de la majorité et de l’opposition, y compris la dirigeante du Parti vert, Elisabeth May. Une approche nouvelle qui doit permettre des décisions consensuelles, dans un pays à la fois consommateur et exportateur d’énergie.

A cette heure, le Canada va à la COP 21 avec un objectif  de réduction de gaz à effets de serre fixé par son prédécesseur : 30% de réduction en 2030 par rapport aux niveaux de 2005. Justin Trudeau et sa délégation pourraient proposer un objectif plus ambitieux et augmenter leur aide aux pays pauvres au titre de l’adaptation aux changements climatiques. Le jeune chef de gouvernement canadien, pour une de ses toutes premières apparitions sur la scène mondiale, aura à cœur de ne pas arriver les mains vides à Paris.