Eclairage

Cuba,  Amérique

Castro: le succès de la politique de la santé à Cuba

Par Pierre Magnan@GeopolisAfrique | Publié le 21/03/2016 à 09H37

Des médecins cubains reçoivent leur diplôme en 2005 à La Havane
Des médecins cubains reçoivent leur diplôme en 2005 à La Havane © Antonio Levi

Critiqué pour son absence de libertés et sa longue dépendance totale à l’économie soviétique, le régime castriste peut s'enorgueillir de sa politique de santé. Dans le cadre difficile de son isolement politique et géographique du fait de l’embargo, Cuba a su créer une politique de santé efficace et égalitaire de haut niveau, à comparer avec les autres Etats de la région.

On a souvent présenté la santé comme étant la principale réussite du régime de Castro. Il n’est pas rare de lire que Cuba a un des meilleurs services de santé du monde. «A Cuba, la gratuité de la santé est consacrée dans l’article 50 de la Constitution de 1976 (réformée en 1992). Selon cette dernière, les Cubains doivent avoir accès gratuitement à tous les services hospitaliers, assistance stomatologie, plans de prévention ou campagnes de vaccination massives», rappelle le site Cubania.

Mais derrière l'image d'Epinal du socialisme triomphant sur la petite île entourée d'ennemis capitalistes, il semble bien qu'après la prise de pouvoir par Castro et ses barbudos, le régime cubain a réussi à mettre sur pied une véritable politique de santé. 

Un nombre record de médecins 
«En 2012, Cuba a formé plus de 11.000 nouveaux docteurs, lesquels ont accompli leur cursus de six ans, au sein de ses facultés de médecine reconnues pour l’excellence de leurs enseignements. Il s’agit de la plus importante promotion médicale de l’histoire du pays, qui a fait du développement de la médecine et du bien être social les priorités nationales », explique un blog de Médiapart. Des chiffres qui montrent le succès de la politique de santé publique décrétée par Castro. En 1959, l’ile ne comptait que 6.000 médecins dont 3.000 fuirent le pays. Depuis 1959, près de 109 000 médecins ont été formés dans l'île.

Les chiffres officiels semblent valider l'investissement fait par Cuba dans ce secteur. Le taux de mortalité infantile chez les nourrissons de moins d’un an est très faible à 4,5 décès pour mille nouveaux nés en 2010 (un taux approchant les résultats de plusieurs pays d’Europe et d’Amérique du Nord). En outre, l’espérance de vie s’élève à 77 ans, aussi élevée que dans les pays développés, indiquent les statistiques officielles. Ce résultat était considéré comme le meilleur de l’Amérique latine. Selon le Bureau National des Statistiques (ONE), «l’Île compte 1 médecin pour 147 habitants (incluant ceux qui travaillent via des missions de coopération internationale). Il y a 40 ans, ce chiffre approchait 1 pour 1400 habitants». Cuba possède un des plus haut taux de médecins pour 1.000 habitants. Un taux qui a augmenté de 611% en 50 ans.

Chiffres l'OMS sur santé à Cuba
Chiffres de l'OMS sur la santé à Cuba, en comparaison avec les résultats de la région.
La première courbe montre les résultats de Cuba (en bleu) sur la mortalité infantile. La seconde montre la mortalité maternelle. Cette seconde courbe montre une dégradation des résultats après les années 1995.
© OMS


L'investissement dans la recherche
Dans le domaine de la santé, la recherche a aussi sa part de réussite. «Même en période de difficultés économiques, le gouvernement cubain a toujours apporté son soutien politique et financier aux biotechnologies. Il a investi environ un milliard de dollars dans la recherche-développement au cours des vingt dernières années», notait l’OMS. Un exemple ? « Un traitement fait particulièrement parler de lui: le Cimavax, vaccin thérapeutique contre le cancer des poumons, développé par le Centre d'immunologie moléculaire (CIM) de La Havane», rapportait Slate en 2015. Dans le même article, le président d’une biotech française vantait la qualité de la recherche dans l’île. «Ils ont des brillants chercheurs, de très bons ingénieurs et techniciens» et notait que Fidel Castro, au début des années 1980, avait décidé de faire partie de la révolution des bioteche même temps que «démarrait aux États-Unis et en Europe».

Cuba a notamment développé un groupe pharmaceutique, BioCubaPharma, qui est devenu le plus gros exportateur de l'île. Installée dans une «zone spéciale de développement», l'entreprise, créée en 2012, produit des médicaments génériques mais aussi des produits haut de gamme. Des partenariats ont été montés avec de nombreux pays.

Aujourd'hui, les médicaments représentent le deuxième poste d'exportation de produits pour Cuba, derrière le nickel, avec quelque 600 millions de dollars par an, le double des exportations de deux de ses produits vedettes, les cigares et le rhum.

Castro salue médecins cubains retrour Nicaragua
Castro salue des médecins cubains de retour du Nicaragua où ils avaient aidé la population après le passage d'un ouragan. 1999.  © ADALBERTO ROQUE / AFP

 

La santé: un domaine d'exportation
Le socialisme cubain a souvent tenté de s'exporter. Guevara -médecin argentin- connu sous le nom du Che, est mort en Bolivie sans que la révolution s'étende. Mais Castro a su utiliser l'arme de la santé en envoyant ses médecins aux quatre coins du monde pour populariser sa révolution. Une des premières actions de Cuba fut d'envoyer un petit groupe de médecins en Algérie, en déficit de personnel médical à la suite du retrait des médecins français après la guerre d'Algérie. Ensuite, ce type d'intervention s'est généralisé. On aurait compté depuis le début des années 1960, 28.422 personnes travaillant dans le secteur de la médecine ont travaillé dans 37 pays d'Amérique latine, 31.181 dans 33 pays africains et 7.986 dans 24 pays asiatiques. Pendant quatre décennies, Cuba a envoyé 67.000 professionnels de la médecine dans le cadre de programmes de coopération, généralement pour une période d'au moins deux ans dans 94 pays… une moyenne de 3.350 professionnels travaillant à l'étranger chaque année entre 1960 et 2000.

Après l'effondrement de l'URSS qui faisait vivre Cuba, plombé par l'embargo américain, l'exportation de son savoir faire médical a apporté une certaine bouffée d'air à une économie à bout de souffle. En 1998, des milliers de médecins cubains sont allés au Venezuela de Chavez. Des médecins cubains interviennent en 2005 au Pakistan après un tremblement de terre. Plus surprenant, l'université américaine du Michigan a indiqué envoyer ses apprentis médecins étudier en partie dans les hôpitaux cubains, profitant du rétablissement des relations diplomatiques entre les Etats-Unis et Cuba. Certains étudiants américains ont déjà, de leur propre chef, étudié la médecine à Cuba, mais c'est la première fois qu'une université américaine, en l'occurrence la Michigan State University (MSU), établit en  2015 un programme avec Cuba.

«L’avenir de notre patrie doit être, nécessairement, un avenir d’hommes de sciences».
Mais derrière cette réussite tout n'est pas rose. Le recul des idées socialistes, dans le monde comme à Cuba, rend le système problématique. L'exode de personnes bien formées a pesé sur l'éducation. Le système tel qu’il a été défini ne pouvait bien fonctionner que dans le cadre d’une économie socialiste, avec prix imposés tant au niveau des médicaments que des prestations médicales. Le début de libéralisation rend le système moins efficace.

Aujourd’hui, Raoul Castro a lancé une série de mesures d’austérité concernant le système de santé qui consiste en partie à des réductions drastiques de personnel dans ce secteur. «Il faut que l'on finisse avec les dépenses irrationnelles de l'Etat dans le secteur de la santé », avait lancé Raul Castro en 2010. Tout un symbole alors que Castro disait en 1960: «l’avenir de notre patrie doit être, nécessairement, un avenir d’hommes de sciences».