Vidéo

Espagne,  Europe,  Maroc,  Afrique

Ceuta et Melilla : rêve européen des clandestins au Maroc

Par Jacques Deveaux@GeopolisAfrique | Publié le 25/10/2013 à 09H20, mis à jour le 16/09/2015 à 16H12

Patrouille à Melilla
La «Guardia civil» espagnole en patrouille au large de Melilla. © AFP

Le 17 septembre, plusieurs dizaines d’immigrants africains ont tenté de pénétrer dans l’enclave espagnole de Melilla. Les incidents ont fait sept blessés. Melilla, tout comme Ceuta plus à l’ouest, les deux seules frontières terrestres de l’Union européenne en Afrique, constituent une porte d’entrée pour l’Europe.



L’Espagne a beau jeu de se plaindre de la souveraineté britannique sur Gibraltar. Elle évite de s’étendre sur sa présence au Maroc, dans deux enclaves distantes de 150 km. Des confettis d’Espagne et donc d’Europe qui fonctionnent comme autant de miroirs aux alouettes pour les plus pauvres du continent africain.
 
Et comme l’Europe, et encore plus l’Espagne, n’entendent pas «accueillir toute la misère du monde», selon l’expression de Michel Rocard, ces deux territoires se sont barricadés, repliés sur eux-mêmes, faisant la chasse aux migrants trop téméraires.
 
Autour des barbelés, 11 km de long pour Melilla, les incidents se multiplient. Le 17 octobre 2013, 700 migrants ont tenté de franchir la frontière de ces deux enclaves. Un mois plus tôt, à Melilla, six gardes civils espagnols ont été blessés lors d’une tentative de franchissement massif.
 

Ceuta Melilla
150 km séparent Ceuta l'enclave située face à Gibraltar de Melilla près de la frontière algérienne.

© FTV avec Google

Côté migrant, les victimes sont plus nombreuses. Une ONG l’Association Rif des droits de l’Homme parle de 41 migrants morts ces deux dernières années.

Ces migrants viennent du sud-Sahel, mais aussi plus localement du Maroc ou d'Algérie, distante de quelques kilomètres. Si les Marocains peuvent entrer dans ces enclaves, leur voyage sans visa ne va pas plus loin.
Pourtant, une fois dans la place, certains, à l'image des autres Africains, vont tenter de gagner l'Espagne en montant à bord d'un ferry, planqués dans la remorque d'un camion.

Reportage AFP vidéo mis en ligne le 24 octobre 2013

Et le bilan est sûrement plus lourd encore pour ceux qui tentent de passer par la mer. 1400 personnes ont été récupérées depuis le début de l’année sur des embarcations de fortunes.
Mais combien d’autres sont mortes sans que personne ne le sache ?