Les deux morts de Betunia et Al Dura

L’événement marque un changement fondamental de politique de la part de Tsahal. Il s’est déroulé hier, 11 juin 2014, à l’institut médico-légal d’Abou Dis en Cisjordanie. Deux experts israéliens dont, Hen Kugel, le directeur de l’Institut médico-légal de Tel Aviv, en compagnie de deux médecins légistes palestiniens, d’un expert américain et d’un autre canadien, ont procédé à l’autopsie du corps de Nadim Nuwara. Ce jeune palestinien avait été tué par une balle réelle, à Betuniah, près de Ramallah, le 15 mai dernier lors des manifestations de la Nakba à quelques dizaines de mètres d’une position israélienne. Un autre adolescent, Mohammed Abou Daher, y a trouvé la mort dans des circonstances similaires, le même jour. L’armée a immédiatement annoncé que, sur place, les gardes frontières n’avaient tiré que des balles caoutchoutées.
Une mise en scène?
Très vite la communication israélienne a accusé les Palestiniens de mise en scène. Le ministre de la défense, Moshé Yaalon, avait déclaré : « les forces de sécurité ont fait face à un incident violent durant lequel des bouteilles incendiaires et des pierres ont été jetées sur des gardes frontières qui, se sentant en danger, ont réagi comme elles devaient le faire ». C’est-à-dire en tirant uniquement des balles caoutchoutées. Mais, la scène a été enregistrée par plusieurs caméras de surveillance d’un magasin voisin et on constate qu’au moment où les deux victimes se sont effondrées il n’y avait pas trace de violence. La manifestation, avec jets de pierres, était terminée. Cela n’a pas empêché Yaalon de laisser entendre que les vidéos avaient fait l’objet d’un montage.
Un militaire des services du porte parole de l'armée a tiré
Une version que les médias israéliens ont diffusé quasiment sans hésiter, à l’exception du quotidien Haaretz et de la chaîne 10. La presse communautaire francophone, sur le Web, et une chaîne de télévision ont rappelé « la mise en scène de la mort de Mohammed Al Dura le 30 septembre 2000 ». Détail : A Betunia un cameraman de CNN, a filmé les images d’un militaire israélien ouvrant le feu à peu près à cet instant, avec un fusil d’assaut équipé pour tirer des balles caoutchoutées. Il s’agissait d’un soldat appartenant aux services de presse. Il a été suspendu.
Cela posé, il faut rappeler que, dans l’affaire Al Dura, jamais les autorités israéliennes n’ont accepté une enquête en bonne et due forme, avec les garanties de professionnalisme et d’indépendance, comme celle qui se déroule ces jours-ci au sujet des deux morts de Betunia.
A l’heure actuelle, les avocats de France 2 continuent de demander, comme le prévoit la loi israélienne, tous les éléments du rapport ministériel unilatéral publié le 19 mai 2013 m’accusant et suggérant que Mohammed al Dura était vivant au moment du tournage de sa mort… Quel était le rôle officiel de cette commission d’enquête ? Sur quelles bases les experts ont –ils travaillés ? Un journaliste de France Télévision a-t-il apporté sa contribution comme l’a révélé un de ses auteurs, le docteur Yehouda David, le 21 mai 2013, à Radio J ? Les réponses finiront bien par arriver..

Voir les articles suivants sur les morts de Betunia:

http://www.jpost.com/Middle-East/Report-Autopsy-finds-live-fire-killed-Palestinian-teen-during-Nakba-Day-clashes-356036

http://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-4529453,00.html

  • Eric Perrin

    Je n'ai pas d'avis tranché mais on peut aussi s'interroger sur la version des palestiniens non ?