Chine : dans le vieux Kachgar

Par Laurent Filippi et Catherine Le Brech | Publié le 01/02/2012 à 16H36, mis à jour le 29/11/2013 à 17H39

Dans la région du Xinjiang (nord de la Chine), la ville de Kachgar, sur la Route de la soie, est considérée comme un bastion ouïghour, de culture turcophone et musulmane.

En 2000, les autorités chinoises démarrent un programme pour détruire la vieille ville. Celle-ci se trouvant sur une forte zone sismique ne répond plus aux normes de sécurités, disent-elles. Le séisme au Sichuan (centre-ouest) en 2008, responsable de la mort de plus de 80.000 personnes, favorise l’accélération des opérations en 2009.

Si les intentions officielles sont peut-être compréhensibles, le doute quant à leurs réelles finalités demeure présent dans l’esprit de nombreux Ouïghours.

Pour ces derniers, la transformation de Kachgar est vécue comme une nouvelle forme de colonisation de la part de l’ethnie des Hans (majoritaire en Chine sauf au Xinjiang) et une perte de leur identité. Elle symbolise les tensions politiques et culturelles entre les Ouïghours et le gouvernement central de Pékin.

En 2013, la vieille ville a été reconstruite à l'identique. Les habitants le pouvant ont participé à la restauration de leur maison. Les autres ont été relogés en dehors du vieux centre, qui a retrouvé un nouvel éclat. Aujourd'hui, on y attend les touristes.

 

Douze photos de 2003 à 2009 de la vieille ville de Kachgar et douze photos d’août 2011 illustrent la phase de démolition.

  • 2003
    01 /24
    2003

    Le grand bazar. © REUTERS/Andrew Wong

  • 2005
    02 /24
    2005

    Vente de fleurs sur la place de la mosquée Id Kah. En 2013, la modification de la visibilité du monument a changé la perception que les visiteurs en ont. © AFP PHOTO/Robert SAIGET

  • 2005
    03 /24
    2005

    Vendeur de viande dans la vieille ville. Si le quartier est appelé à disparaître, il sera reconstruit à l'identique entre 2010 et 2012. © AFP PHOTO/Robert J. SAIGET

  • 2005
    04 /24
    2005

    Les artisans ont finalement été mis à contribution pour restaurer le centre ancien. © AFP PHOTO/Robert J. SAIGET

  • 2006
    05 /24
    2006

    Un marché aux épices et fruits secs. © AFP PHOTO/Frederic J. BROWN

  • 2007
    06 /24
    2007

    Une maison en terre sèche avec toit terrassé. © AFP PHOTO / Cai Yang

  • 2008
    07 /24
    2008

    Un artisan et vendeur d’instruments de musiques traditionnels. En 2013, l'artisanat se trouve toujours dans la cité. © AFP PHOTO/Frederic J. BROWN

  • 2009
    08 /24
    2009

    Une rue typique. Aujourd'hui, chaque rue possède une signalitique à destination des touristes. © AFP/pHOTONONSTOP / Yvan Travert

  • 2009
    09 /24
    2009

    Les commerces font vivre la cité. Une fois les bâtiments reconstruits, une partie d'entre eux resteront pour éviter l'effet «ville morte». © AFP/PHOTONONSTOP / Yvan Travert

  • 2009
    10 /24
    2009

    Un vendeur de lait dans une ruelle qui, une fois refaite, gardera la même configuration. © AFP/PHOTONONSTOP / Yvan Travert

  • 2009
    11 /24
    2009

    Tous les Ouïghours n'auront pas la possibilité de rester chez eux, faute de moyens pour participer à la rénovation de leurs lieux de vie. © AFP/PHOTONONSTOP / Yvan Travert

  • 2009
    12 /24
    2009

    Les commerçants ouïghours garderont pour la plupart leur activité. © AFP/PHOTONONSTOP / Yvan Travert

  • Août 2011
    13 /24
    Août 2011

    La vieille ville qui s’étendait auparavant sur 10 kms est alors réduite de moitié. © REUTERS/Lucy Hornby

  • Août 2011
    14 /24
    Août 2011

    La confrontation des maisons traditionnelles de briques et de pisé avec les immeubles en béton de la ville chinoise est brutale. © REUTERS/Carlos Barria

  • Août 2011
    15 /24
    Août 2011

    Des quartiers ont été entièrement rasés. © REUTERS/Carlos Barria

  • Août 2011
    16 /24
    Août 2011

    Ces changements déstabilisent les habitants. Certains d'entre eux seront relogés dans des immeubles neufs de la ville nouvelle. © REUTERS/Carlos Barria

  • Août 2011
    17 /24
    Août 2011

    Pour les Ouïghours, la beauté de la ville se cache dans ces habitats. Pour les Chinois, le pays doit donner à son peuple et au reste du monde une image de progrès. © REUTERS/Carlos Barria

  • Août 2011
    18 /24
    Août 2011

    Les autorités ont affirmé que les nouveaux bâtiments de la veille ville seront reconstruits dans le style local et respecteront la culture ouïghoure.  © REUTERS/Carlos Barria

  • Août 2011
    19 /24
    Août 2011

    Après la reconstruction, le passé musulman du vieux Kachgar sera mis en scène dans une configuration touristique. © REUTERS/Carlos Barria

  • Août 2011
    20 /24
    Août 2011

    Une partie des habitants seront relogés dans les HLM des nouveaux quartiers, à l’extérieur de la ville. Le dernier plan de réaménagement, d’un montant de 450 millions de dollars, prévoit l'arrivée de 50.000 habitants dans le nouveau parc immobilier. © REUTERS/Carlos Barria

  • Août 2011
    21 /24
    Août 2011

    Il est proposé aux habitants des vieux quartiers soit une indemnité, soit un relogement dans les nouveaux quartiers. Beaucoup acceptent le relogement car ils jugent l’indemnité trop faible.  © REUTERS/Carlos Barria

  • Août 2011
    22 /24
    Août 2011

    On ne vend plus de chameaux dans la vielle ville. Ils sont exposés aux yeux des touristes sur la place de la mosquée Id Kah. © REUTERS/Carlos Barria

  • Août 2011
    23 /24
    Août 2011

    Une grande roue de fête foraine accentue le côté parc d’attractions et ville pour touristes que veulent donner les Chinois à la ville. Les Ouïghours ne sont-ils plus appelés à devenir que de simples figurants folkloriques ? © REUTERS/Carlos Barria

  • Août 2011
    24 /24
    Août 2011

    Sur la grande place de la mosquée Id Kah se trouvait auparavant un marché de nuit. Aujourd’hui, le lieu a été transformé en un endroit touristique impersonnel où les Hans aiment se faire photographier. © REUTERS/Carlos Barria