Le point sur...

Zambie,  Namibie,  Botswana,  Afrique du Sud,  Afrique,  Afriques

Commerce de l’ivoire: la Cites refuse d’ouvrir le marché à l’Afrique australe

Par Martin Mateso avec Agences@GeopolisAfrique | Publié le 03/10/2016 à 17H35, mis à jour le 03/10/2016 à 19H53

Un éléphant dans village d'amboselii au Kenya
Un élephant se désaltère dans le village d'Amboseli au Kenya © Photo AFP/Michel et Christine Denis-Huot

Il aura fallu de vifs débats et un vote des 182 pays membres de la Cites pour mettre fin à la controverse sur le commerce de l’ivoire. Le verdict est tombé ce lundi 3 octobre à Johannesburg: la Namibie et le Zimbabwe ne pourront pas vendre leur stock d’ivoire à l’étranger comme ils le souhaitaient.


Les représentants du Zimbabwe, de la Namibie, mais aussi de l’Afrique du Sud avaient engagé un bras de fer à la Convention internationale sur le commerce d’espèces sauvages menacées (Cites) réunie en Afrique du Sud, en accusant ouvertement les ONG occidentales de défense des animaux de dicter aux Africains la façon dont ils doivent gérer leurs ressources.
 
«Nous avons des droits souverains et nous savons mieux que les autres ce qu’il faut faire de nos ressources naturelles et comment les utiliser», a martelé la ministre zimbabwéenne de l’Environnement Oppah Muchinguri qui a dénoncé «des positions impérialistes».
 
Une position soutenue par le représentant de la Zambie Stephen Mwansa: «S’il vous plaît, laissez-nous tranquilles et ne venez pas nous dicter ce que nous devrions faire», a-t-il lancé aux participants à la Convention de Johannesburg dont la protection des pachydermes constitue l’un des principaux enjeux.
 
«Un boulevard aux gangs criminels»
Selon l’Union internationale pour la protection de la nature, 110.000 éléphants africains ont été massacrés au cours de la dernière décennie. Les statistiques ont montré que les populations d’éléphants ont été moins décimées en Namibie et au Zimbabwe que dans d’autres pays voisins.
 
Ces deux pays avaient demandé un feu vert à la Cites pour écouler leurs réserves d’ivoire confisqué ou provenant de pachydermes décédés de mort naturelle, avec l’objectif  de financer ainsi leurs programmes de protection.
 
Cette proposition a été très largement rejetée, à la grande satisfaction des ONG de défense de la faune qui redoutaient une incitation au braconnage. Le commerce international de l’ivoire est interdit depuis 1989.
 
«La population des éléphants d’Afrique connaît un rapide déclin en raison du braconnage, ouvrir le marché de l’ivoire aurait compliqué les efforts pour les conserver», a réagi Ginette Hemley qui conduit la délégation du Fonds mondial pour la protection de la faune sauvage (WWF).
 
Elle estime que la proposition de la Namibie et du Zimbabwe aurait pu ouvrir «un véritable boulevard aux gangs criminels pour faire du blanchiment d’ivoire braconné».
 

Destruction d'ivoire au Kenya

Destruction d'ivoire de contrebande le 30 avril 2016 à Naïrobi, au Kenya. © Photo AFP/Carl De Souza


Mettre fin aux marchés intérieurs de vente d’ivoire
Les délégués de la Cites avaient déjà dénoncé les marchés intérieurs de vente d’ivoire qui «contribuent à la contrebande et au commerce illégal».
 
Jusque là favorable au commerce sous contrôle de l’ivoire, le Botswana a finalement voté en faveur du maintien de son interdiction totale.
 
Dans les années 2000, la Cites avait autorisé la Namibie, le Zimbabwe, l’Afrique du Sud et le Botswana, à vendre leurs stocks d’ivoire à la Chine et au Japon, ce qui a eu pour effet, selon de nombreux experts, de relancer le braconnage alors qu’il avait enfin été jugulé après le gigantesque massacre des années 1980.
 
Reste à savoir si la mesure de maintien de l’interdiction totale votée par la Cites à Johannesburg sera respectée. L’on sait que l’Afrique du Sud et le Zimbabwe autorisent la chasse à l’éléphant, comme celle d’autres animaux menacés, et permettent aux chasseurs d’emporter les défenses comme trophée. Une activité lucrative à laquelle ils n’entendent pas renoncer.