Clap

Environnement,  Afrique

COP 23: à Bonn, l'Afrique met de nouveau le financement climat sur la table

Par Falila Gbadamassi@GeopolisAfrique | Publié le 06/11/2017 à 19H56, mis à jour le 07/11/2017 à 12H22

Des participants à COP 23 passent devant affiche qui évoque Fidji
Des participants à la COP 23 passent, le 6 novembre 2017, devant une affiche qui évoque le Fidji, qui assure la présidence de la conférence climatique accueillie par l'Allemagne, à Bonn.  © Wolfgang Rattay

L'euphorie de Paris, où les pays sont arrivés à un consensus pour lutter contre le changement climatique, s'est un peu émoussée. Deux ans après, à Bonn, les pays africains plaideront de nouveau pour que les nations riches tiennent leurs promesses de les aider à s'adapter au réchauffement. Un soutien qui doit devenir une réalité avant même l'entrée en vigueur de l'accord climat de Paris en 2020.


Pour les pays africains, l'un des principaux défis de la COP 23 (Conférence des Nations unies sur le changement climatique), qui a démarré le 6 novembre 2017 à Bonn (Allemagne) sous la présidence des îles Fidji, sera notamment de «clarifier» la question du financement de l'atténuation (réduction des émissions) et de l'adaptation au changement climatique.

Partout sur la planète, les catastrophes naturelles se multiplient, rappelle Aissatou Diouf de l'ONG sénégalaise Enda Energie, l'une des structures coordinatrices du Réseau Climat & Développement (RC&D). «L'Afrique de l'Est et l'Afrique australe font face à de longs cycles de sécheresse (...), des pluies inattendues ont causé des inondations mortelles et des glissements de terrain en Sierra Leone et en République démocratique du Congo (RDC).»


Un homme dans rues inondées Regent Sierra Leone
Un homme dans les rues inondées de Regent, près de la capitale de la Sierra Leone, Freetown le 14 août 2017  © STR / SOCIETY 4 CLIMATE CHANGE COMMUNICATION SIERRA LEONE / AFP
 

Dans tous les pays, poursuit la militante, les conséquences de ces catastrophes aggravent les inégalites sociales. «Avec l'accord de Paris, les gouvernements ont promis de combattre le changement climatique. Maintenant, il est temps de donner corps à cette promesse». Et Bonn pourrait être une étape décisive dans la bonne direction si les principales attentes des pays africains trouvaient satisfaction.

«Les gouvernements africains peuvent et s'engagent dans des stratégies d'atténuation et d'adaptation, et nous, la société civile, les obligerons à rendre des comptes quant à leur application, précise Aissatou Diouf. Cependant, pour mener à bien tous ces programmes, nous avons besoin que les pays riches tiennent leurs promesses. L'engagement de réunir 100 milliards de dollars par an pour financer l'adaptation et l'atténuation doit être concrétisé.» 
 
Penser au pré-2020
Des revendications qui sont aussi celles du monde en développement. «Nous avons besoin que la COP 23 soit celle du financement et du soutien. Les PMA (Pays les moins avancés) appellent les pays développés à accélérer la mise en œuvre de leurs obligations en matière de financement climatique et à combler le fossé financier toujours croissant avant qu'il ne devienne trop important», plaide la présidence du groupe des PMA (qui regroupe 47 pays dont la majorité sont africains) assurée par l'Ethiopien Gebru Jember Endalew. 

«Les besoins financiers ne sont pas en adéquation avec les moyens mis a disposition pour l'instant (...)», note son prédécesseur et actuel négociateur de la RDC, Tosi Mpanu-Mpanu. «Il commence bien évidemment à y avoir des solutions grâce aux différents fonds climatiques existant et dont les pays en developpement ne maîtrisent d'ailleurs pas toujours les mécanismes.» Mais les Etats africains financent la plupart de leurs besoins climatiques, notamment après des catastrophes climatiques. 


Une pièce d'un euro sur pile dollars
Une pièce d'un euro sur une pile de dollars. Photo prise le 13 mars 2015 à Godewaersvelde (France).  © AFP PHOTO / PHILIPPE HUGUEN

«Pour nous, cette COP, contrairement à ce que certains en disent, est une COP à enjeux». A Bonn, «on pourrait prendre une décision qui est double pour l'Afrique. Elle porte à la fois sur le financement et l'adaptation. Aujourd'hui, le fond dédié au financement de l'adaptation dépend du protocole de Kyoto. Nous voudrions que la Conférence des parties puisse adopter le principe selon lequel le fonds d'adaptation puisse servir l'accord de Paris qui est aujourd'hui la référence.» 

En outre, «l'accord de Paris va définir la gouvernance climatique à partir de 2020 mais il y a le pré-2020. Et dans le pré-2020, il faut réfléchir à la façon de relever le niveau d'ambition, ajoute Tosi Mpanu-Mpanu. Dans cette optique, les pays africains «attendent de la clarté sur la façon dont nous atteindrons les 100 milliards de dollars par an à partir de 2020. Certains pays (riches), en utilisant une comptabilité quelque peu créative (...), estiment que 64 milliards de dollars ont déjà été mobilisés en 2015-2016 pour le financement climatique. C'est un calcul que nous ne comprenons pas (...). Nous demandons donc plus de transparence et de convergence.»

«Les pays doivent avoir l'assurance que le financement international prendra le relais»
La question du financement est cruciale dans la lutte engagée par les pays africains contre le changement climatique. «Dans les contributions déterminées au niveau national (CND), beaucoup de pays Africains ont conditionné une partie de leurs actions, explique Tosi Mpanu-Mpanu. A l'instar de mon pays, la RDC». L'état congolais «prévoit de réduire ses émissions de 17% entre 2020 et 2030», à condition que «21 milliards de dollars lui soient mis à disposition (9 milliards pour l'adaptation et 12 milliards pour l'atténuation)»

De même, «nous avons besoin d'un soutien financier, technologique et de renforcement des capacités dans la planification, l'élaboration et la mise en oeuvre de nos plans nationaux d'adaptation (PNA)». Pour beaucoup de pays africains, ces plans sont envisagés comme le volet adaptation de leurs contributions nationales. Le fonds vert, dont Tosi Mpanu-Mpanu est l'un des administrateurs, a décidé «de mettre à disposition 3 millions de dollars par pays pour faire leurs plans. Pour certains pays, ce sera suffisant, pour d'autres non»Alors même qu'une épée de Damoclès plane sur les ressources du fond. 

Logo COP 23

Logo de la COP 23 qui se tient du 6 au 17 novembre 2017 à Bonn, en Allemagne, sous la présidence des îles Fidji.  © Capture d'écran


«Les pays ont pris des engagements à hauteur de 10,2 milliards de dollars en ce qui concerne le fonds vert», affirme Tosi Mpanu-Mpanu. Les États-Unis, à eux seuls, avaient promis se contribuer à hauteur de 3 milliards. Et l'administration Obama a déjà versé un milliard. Aujourd'hui, après l'annonce du président Donald Trump qui souhaite que son pays quitte l'accord de Paris, le reliquat de deux milliards ne devrait pas arriver de si tôt.

«Le manque de certitude a propos de ce financement peut miner la dynamique, le cercle vertueux auquel les pays en développement veulent se joindre. Il faut donc qu'on ait un signal fort que d'autres pays vont prendre le relais. Ce qui n'est pas le cas aujourd'hui». «Il n'y a pas péril dans la demeure (plus d'une cinquantaine de projets ont été approuvés pour une valeur de 2,5 milliards de dollars)», assure Tosi Mpanu-Mpanu. Cependant, ajoute-t-il, la question du refinancement du fonds vert pourrait poser problème. 

A Bonn, résume Tosi Mpanu-Mpanu, il faudra «continuer à encourager les pays, à leur montrer qu'ils peuvent continuer à faire des efforts avec leurs petits deniers tout en sachant que le financement international prendra le relais. Les Etats africains doivent avoir l'assurance que l'argent sera disponible».