Eclairage

Asie-Pacifique,  Afrique,  Tuvalu,  Kiribati,  Iles Salomon,  Bhoutan,  Tanzanie,  Sao Tomé-et-Principe,  Guinée Equatoriale,  Comores,  Burundi,  Bénin,  Organisation mondiale du commerce - OMC

Coup de pouce de l’OMC aux pays les plus pauvres

Par Jean Serjanian (avec agences)@GeopolisAfrique | Publié le 29/08/2012 à 14H00, mis à jour le 15/11/2012 à 16H02

Pascal Lamy directeur général l’OMC au Forum Economique Mondial 31 mai 2012
Pascal Lamy, directeur général de l’OMC au Forum Economique Mondial, le 31 mai 2012 © AFP PHOTO/PORNCHAI KITTIWONGSAKUL

L'Organisation mondiale du commerce (OMC) a décidé, en décembre 2011, de simplifier le mode d'accession en son sein des pays les moins avancés (PMA). Cette décision vise à favoriser leur croissance économique pour réduire la pauvreté.

Créée en 1995, l'OMC a pour objet d'instaurer des règles régissant le commerce à travers le monde. Les Etats membres négocient et acceptent des règles communes, appelées «accords de l'OMC». Elles ont succèdé aux accords du GATT. L'objectif  est de faciliter les échanges de biens et de services entre les pays, la coopération internationale et le libre-échange par un contrôle des tarifs douaniers.

L'OMC a aussi pour mission de régler les différends commerciaux entre les pays signataires. Elle dispose pour cela d'un pouvoir de sanctions sous forme d'amendes à l'égard des pratiques qu'elle juge contraires aux accords signés.
 

Le commerce peut-il contribuer à la reprise économique mondiale?



OMC, le 7 novembre 2011


Processus d'adhésion simplifié pour les pays les plus pauvres
La décision de principe de simplifier les lignes directrices du processus d'adhésion a été prise et formellement adoptée lors du Conseil général de l'OMC, l'organe exécutif de l'organisation, lors de sa session les 25 et 26 juillet 2012 à Genève.

Les membres de l’OMC ont formellement approuvé de nouvelles lignes directrices qui permettront aux pays les moins avancés de négocier plus rapidement et plus facilement leur accession à l’OMC.

Selon Pascal Lamy, directeur général de l'organisation, «L'ouverture du commerce et les réformes législatives représentent un moyen d'accélérer la croissance économique et la réduction de la pauvreté.»...«Ces lignes directrices améliorées constituent un cadre plus simple pour l'entrée des PMA dans la famille de l'OMC. C'est un autre exemple d'action positive en faveur des pays les plus pauvres du mond».

L'accession à l'OMC n'est pas un «processus facile, surtout pour les pays les plus pauvres qui ont des possibilités limitées. L'accord conclu par les membres de l'OMC reconnaît cet équilibre fragile.», a déclaré M. Lamy, qui se félicite de sa simplification.


Le groupe des PMA 
Parmi les 48 pays faisant partie du groupe des PMA listés par l'ONU, 33 sont devenus membres de l'OMC : Angola, Bangladesh, Bénin, Burkina Faso, Burundi, Cambodge, Djibouti, Gambie, Guinée, Guinée-Bissau, Haïti, Iles Salomon, Lesotho, Madagascar, Malawi, Mali, Mauritanie, Mozambique, Myanmar, Népal, Niger, Ouganda, République centrafricaine, République démocratique du Congo, Rwanda, Samoa, Sierra Leone, Sénégal, Tanzanie, Tchad, Togo, Zambie. 

Le dernier en date du groupe est le Vanuatu, devenu le 157e membre de l’OMC, le 24 août 2012, deux jours après la Russie qui vient également d’intégrer l’organisation après 18 ans de négociations.

Dix pays des PMA sont en train de négocier leur adhésion : Afghanistan, Bhoutan, Comores, Guinée Equatoriale, Ethiopie, Laos, Liberia, Sao Tome & Principe, Soudan, et Yémen. Parmi ceux-ci, le Laos et le Yémen devraient boucler leur adhésion cette année.

Cinq pays de ce groupe PMA ne sont à ce jour ni membres, ni observateurs de l’OMC : Erythrée, Kiribati, Somalie, Timor-Oriental, Tuvalu.