Daech, le crabe bleu, à la fois ruine et espoir des pêcheurs tunisiens

Par Jacques Deveaux | Publié le 16/10/2018 à 09H28

Les pêcheurs l’ont surnommé daech, pour son côté implacable et insatiable. Espèce exogène dans les eaux du golfe de Gabès, cette variété d’étrille est la plaie des pêcheurs depuis son arrivée dans les eaux tunisiennes. Mais désormais commercialisé, daech le crabe bleu, va peut-être faire leur fortune.

  • Pêche
    01 /05
    Pêche

    Les pêcheurs l’ont surnommé daech, pour son côté implacable et insatiable. De son vrai nom Portunus Pelagicus, il mange crevettes, seiches, mais aussi des poissons nobles comme les daurades, les rougets ou les bars. Il est apparu dans les eaux du golfe de Gabès fin 2014. On le trouve dans le Pacifique, l’océan Indien. Le crabe est remonté par la mer Rouge puis le canal de Suez et colonise peu à peu les côtes Sud de la Méditerranée. © FATHI NASRI / AFP

  • Filet
    02 /05
    Filet

    A cause de ce crabe, il faut changer les filets régulièrement. Au moins trois fois l’an, au lieu d’une avant son arrivée dans ces eaux. Car de ses pinces redoutables, le crabe bleu tente de sectionner les mailles lorsqu’il est attrapé. Gare aux doigts aussi quand le matelot le retire des mailles. © FATHI NASRI / AFP

  • Matelot
    03 /05
    Matelot

    Depuis 2014, plus d’un millier de pêcheurs du golfe ont été victimes de ce prédateur envahissant. Opportuniste, il vient manger les poissons pris dans les filets. © FATHI NASRI / AFP

  • Casier
    04 /05
    Casier

    Désormais, le crabe bleu n’est plus une capture accidentelle. On le pêche avec des casiers. 1500 tonnes ont été sorties de l’eau depuis le début de l’année. Le kilo se vend autour de cinquante centimes d’euro, en partie subventionné par l’Etat. Les pêcheurs ont été formés à cette nouvelle pêche et alternent casiers et filets. La technique de pêche tout comme la valorisation du crabe viennent de Turquie où les stocks ont été décimé par la surpêche. © FATHI NASRI / AFP

  • Tri
    05 /05
    Tri

    Depuis 2017, une usine s’est installée à Zarzis près de Djerba. Aujourd’hui, le pari est de faire adopter le crabe bleu par le consommateur. D’autant que, selon la profession, la valorisation du daech n’est pas facile. Le crustacé est fragile et doit être rapidement congelé. Pour l’instant, sa vente se fait surtout à l’export, vers l’Asie et les Etats du Golfe persique. Les Tunisiens n’ont pas encore adopté l’animal, inconnu il y a peu. © FATHI NASRI / AFP