Delta du Niger: dépollution à Bodo après 10 ans d’attente

Par Laurent Filippi | Publié le 10/11/2017 à 11H24

En 2008, les habitants de Bodo, dans l'Etat nigérian de Rivers sur le delta du Niger, étaient victimes de deux déversements de milliers de litres de pétrole du géant Shell. Cette marée noire a dévasté l’écosystème. Les habitants ont été privés de leurs sources de revenus, car pêche et agriculture sont devenues impossibles. Après 10 ans d’attente, un plan de nettoyage a démarré en octobre 2017.

14 photos d’Afolabi Sotunde illustrent ce propos

  • Les compagnies pétrolières
    01 /14
    Les compagnies pétrolières

    et les militants environnementaux espèrent que ce plan de nettoyage à Bodo, qui doit s’étaler sur trois ans, sera un premier marqueur pour un plan de réhabilitation plus large de la région explique l’agence Reuters.   © Afolabi Sotunde / Reuters

  • Depuis début mois d’octobre
    02 /14
    Depuis le début du mois d’octobre,

    400 travailleurs s’échinent à retirer la végétation asphyxiée par le pétrole pour pouvoir replanter de nouvelles mangroves. Equipés de tuyaux de nettoyage à haute pression, ils s’attaquent aux hydrocarbures responsables de la destruction des rivières et des mangroves. © Afolabi Sotunde / Reuters

  • Le site sur lequel ils travaillent est petit
    03 /14
    Le site sur lequel ils travaillent est petit,

    mais les organisateurs du projet espèrent pouvoir l’appliquer dans d’autres zones du delta. Ce projet marque une nouvelle approche pour le nettoyer. Car contrairement aux opérations menées habituellement par le géant pétrolier Royal Dutch Shell, celle-ci est soutenue par les communautés locales et des équipes de scientifiques.   © Afolabi Sotunde / Reuters

  • Des échantillons d'eau
    04 /14
    Des échantillons d'eau,

    de boue et de terre seront prélevés dans chaque zone pour mesurer les progrès et déterminer la fiabilité de cette méthode de dépollution. Ce nouveau projet a enfin abouti après des d'années de querelles juridiques et de pressions internationales pour surmonter l'animosité et la suspicion des autochtones envers le gouvernement et les compagnies pétrolières. © Afolabi Sotunde / Reuters

  • «Le delta Niger est à croisée chemins.
    05 /14
    «Le delta du Niger est à la croisée des chemins.

    (…) Beaucoup de lieux sont pollués et nous avons besoin de pouvoir nous référer à un exemple qui fonctionne, à une méthode qui soit une référence», a déclaré Inemo Samiama, président de Bodo Mediation Initiative (BMI). La BMI a été créée sous les auspices de l'ancien ambassadeur des Pays-Bas qui, jusqu'en 2015, a co-présidé le processus de médiation pour assurer le nettoyage de Bodo. © Afolabi Sotunde / Reuters

  • Le travail BMI ne couvre que 10 km²
    06 /14
    Le travail de BMI ne couvre que 10 km²,

    une infime partie des 70.000 km² du delta. Mais malgré l’espoir que fait naître ce projet, les écologistes soulignent qu’à ce rythme, il faudra 21.000 ans pour dépolluer l'ensemble du delta, sans compter les dix années de batailles juridiques qu'il a fallu mener pour le concrétiser.  © Afolabi Sotunde / Reuters

  • D’autre part
    07 /14
    D’autre part,

    des communautés des huit autres Etats du Delta, elles aussi largement polluées, sont en colère de n’avoir pas été incluses dans ce projet. Cela a largement accentué le ressentiment des mouvements militants. © Afolabi Sotunde / Reuters

  • Mais vice-président nigérian Yemi Osinbajo
    08 /14
    Mais le vice-président nigérian Yemi Osinbajo

    a mené ces derniers mois une offensive de charme pour calmer la colère grandissante. Car le Nigeria compte sur ses revenus pétroliers pour relancer une fragile reprise économique, après plus d’un an de récession, la première depuis 25 ans.   © Afolabi Sotunde / Reuters

  • Mais groupes rebelles
    09 /14
    Mais des groupes rebelles

    comme les Vengeurs du delta du Niger ont menacé de recourir à nouveau à la violence. Ils disent que le gouvernement ne tient pas ses promesses de nettoyer le delta, ni de fournir plus d'emplois, d'argent et d'infrastructures aux populations. Des chefs locaux ont appelé début novembre les groupes armés du sud-est pétrolier du Nigeria de s’abstenir de mener de nouvelles attaques pour donner une chance aux pourparlers de paix en cours avec le gouvernement.  © Afolabi Sotunde / Reuters

  • «Aucun nettoyage n'a eu lieu ….
    10 /14
    «Aucun nettoyage n'a eu lieu (…).

    Les gens n’obtiennent pas justice. Les gens meurent.», a déclaré Deinbo Owanaemi Emmanuel, avocat du village de Bille, également dans l’Etat de Rivers, mais non prévu dans la zone concernée. © Afolabi Sotunde / Reuters

  • Bodo a pu bénéficier ce projet
    11 /14
    Bodo a pu bénéficier de ce projet

    car il a eu le soutien du cabinet d’avocats britannique Leigh Day, qui avait déjà négocié avec Shell en janvier 2015. Au terme d'une bataille juridique de trois ans, Shell avait accepté de verser plus de 80 millions de dollars à 15.600 pêcheurs de Bodo. Le cabinet a expliqué avoir plaidé pour que ce village soit traité comme un cas séparé. © Afolabi Sotunde / Reuters

  • En juin 2016
    12 /14
    En juin 2016,

    le vice-président a lancé la plus vaste opération de nettoyage jamais entreprise dans le delta du Niger. Estimée entre un et trois milliards de dollars, elle répond à l’alerte lancée par l’ONU, invitant le premier producteur de pétrole du continent africain à restaurer un environnement propre. Cette opération historique devrait durer entre 25 et 30 ans, selon l’ONU.  © Afolabi Sotunde / Reuters

  • Le roi communauté Ogale Emere Godwin Bebe Okpabi
    13 /14
    Le roi de la communauté Ogale, Emere Godwin Bebe Okpabi,

    membre du conseil d'administration d'un vaste programme de nettoyage de l'Ogoniland, la région où vit la communauté Ogale, est pour sa part optimiste, car un plan prévu pour sa région devrait commencer en 2018. Pour obtenir gain de cause, il avait dû se rendre à Londres en 2016 pour plaider sa cause devant la Haute Cour. Devant la justice britannique, le chef tribal avait réclamé que Shell accepte les conclusions de l’enquête de l'ONU qui, dans son rapport de 2011, avertissait de la pollution catastrophique dans le sol et l'eau de l’Ogoniland. © Afolabi Sotunde / Reuters

  • Pour autant
    14 /14
    Pour autant,

    d’autre marathons juridiques pourraient avoir lieu devant les tribunaux de Londres concernant d’autre régions du delta, car Shell, le plus grand producteur de pétrole du Nigeria, n’hésite pas à contester les accusations des communautés. La compagnie déclare souvent que le vol de pétrole, le sabotage des oléoducs et le raffinage illégal restent les principales sources de pollution du delta du Niger.   © Afolabi Sotunde / Reuters