Des vignes en Birmanie

Par Jacques Deveaux | Publié le 29/01/2013 à 14H32, mis à jour le 01/02/2013 à 08H36

Le vignoble birman Le vignoble birman
Reportage AFP vidéo Didier Lauras/Kelly Macnamara mis en ligne le 29 janvier 2013

Il s'agit d'une production encore anecdotique, bien loin de rivaliser en volume avec la France. Mais, après la Chine, l'Inde et la Thaïlande, la Birmanie se lance également dans la vigne. La production alimente le marché intérieur boosté par un tourisme qui monte en flèche.

Il y a comme un air de Suisse dans ce vignoble qui descend en pente douce vers les rives du lac Inle. Au domaine de Red Moutain, au coeur de l'Etat de Shan dans le nord-est birman, le visiteur est accueilli par un Français! Les pieds de vigne sont français également.

Faire du vin en Birmanie est une gageure. Le climat tropical s'associe mal à la culture de la vigne. Jours un peu courts en juin-juillet lors du bourgeonnement, humidité excessive qui favorise le développement des champignons, forte chaleur, rien de bien propice. Aussi faut-il prendre de l'altitude pour calmer une nature luxuriante. A 1100 mètres d'altitude, le froid relatif permet de produire un blanc sec. La production est actuellement de 120.000 bouteilles. Les vignerons attendent le double cette année.

L'aventure du vin birman a commencé en 1989 grâce à un Allemand. Bert Morsbach était venu exporter du riz. Un ministre birman lui ayant confisqué ses biens, Morsbach s'est tourné vers la vigne. Première tentative dans l'Etat Karenni et nouvelle saisie gouvernementale pour fait de guerre en 1998. Seconde tentative donc et, cette fois, la démocratisation du pays va l'aider à écouler sa production.

La Birmanie a retrouvé droit de cité et les touristes sont de retour. Une clientèle qui se laisse séduire par le vin local.