Portrait

Royaume-Uni,  Culture,  Ghana

Edward Enninful, un natif du Ghana aux manettes du Vogue britannique

Par Véronique le Jeune@GeopolisAfrique | Publié le 07/08/2017 à 15H10, mis à jour le 07/08/2017 à 15H35

Edward Enninful a été fait officier l'ordre l'Empire britannique en 2016
Edward Enninful, fait officier de l'ordre de l'Empire britannique en octobre 2016 pour sa contribution à la diversité dans la mode, pose entre la baronne Amos (g), elle aussi décorée, et sa grande amie, le mannequin Naomi Campbell. © Philip Toscano / POOL / AFP

Homme, noir et homosexuel: trois «premières» pour la nouvelle rédaction en chef du prestigieux magazine de mode, perçu plutôt comme très blanc, très féminin et très snob. Né il y a 45 ans dans une famille modeste du centre du Ghana, Edward Enninful a suivi ses parents et ses cinq frères et sœurs à Londres où il a grandi dans une banlieue ouvrière. Il a aujourd'hui en charge de relooker la revue.


Ses concurrents, ou plutôt ses concurrentes pour le poste, n'en reviennent toujours pas. Quelques mois après l'annonce de l'arrivée d'Edward Enninful aux commandes du Vogue british, elles n'ont pas encore vraiment admis le changement de cap prévu par la direction du groupe américain de médias Condé Nast International, auquel appartient le mensuel.

Enninful, ex-directeur créatif et mode de la revue américaine W magazine, connu pour son activisme politique et ses propos provocateurs, a en effet pour mission de dépoussiérer la maison britannique plus que centenaire. Sa prise de fonction, en ce début août 2017, coïncide avec les débuts de cette bible de la mode sur le réseau social Snapchat, où elle tentera d'élargir son lectorat.

Mannequin à 16 ans, directeur mode à 18
Un défi qui ne devrait pas effrayer un garçon qui, très jeune déjà, en a relevé beaucoup. 

Peu avant ses 16 ans, il est repéré dans le métro londonien par le chasseur de tête d'une agence de mannequins. Il pose alors pour le célèbre photographe  Nick Night. C'est le début d'une ascension fulgurante.

Diplômé de la Goldsmiths University of London, il collabore comme assistant au magazine i-D où à 18 ans, il devient le plus jeune directeur mode de l'histoire de la presse féminine.

«I am an immigrant»
Plus tard, il occupe différentes fonctions au sein des éditions américaine et italienne de Vogue. Dans cette dernière, il fait sensation en 2008 en lançant un numéro «All black». Une initiative qu'il réitère pour l'édition 2018 du célèbre calendrier Pirelli, pour laquelle il a fait appel à un casting composé à 100% de personnalités noires comme l'actrice Lupita Nyong'o ou le rappeur Diddy.

Lors du décret anti-immigration très controversé du président américain Donald Trump, alors arrivé de fraîche date à la Maison-Blanche, Edward Enninful a aussi collaboré à un petit film intitulé «I am an immigrant» -«Je suis un immigré»- mettant en scène 81 personnalités de la mode.

Edward Enninful est un «immigrant». Il le dit à 1'09.

«Le Vogue britannique est un grand magazine, ayant la créativité et l'innovation en héritage. J'ai hâte de continuer à produire un magazine beau et passionnant pour ses lecteurs», a déclaré le nouveau rédacteur en chef dans les pages de sa propre publication. Pour l'influent site Business of Fashion, «Enninful est une sorte de pont entre l'establishment traditionnel de la mode et la nouvelle génération».
 
 

Day One !!! Thank you @stellamccartney for the Major balloons xoxo

Une publication partagée par Edward Enninful, OBE (@edward_enninful) le


Ami des stars
Une chose est sûre, le nouveau patron du Vogue britannique, ami des stars comme Rihanna, Naomi Campbell, Stella McCartney ou Kate Moss, montre un profil à l'opposé de celui de sa prédécesseure Alexandra Shulman, restée à la tête du magazine de mode pendant 25 ans.

Il aime la lumière autant qu'elle fuyait le feu des projecteurs, postant régulièrement sur les réseaux sociaux des images de son mode de vie de célébrité. Son compte Instagram compte près de 600.000 abonnés. 

Même son chien Ru, un Boston terrier qui porte le nom de la drag-queen noire américaine RuPaul, rassemble quelque 11.500 abonnés sur son propre compte Instagram.
Lui aussi se sent très concerné par le nouveau job de son maître.
 
 

Day 1 @britishvogue ❤️ #bostonterrier

Une publication partagée par Ru - Boston Terrier (@ruenninful) le