Clap

Monde

Edward Snowden surveille la NSA sur Twitter

Par Dominique Cettour Rose@GeopolisAfrique | Publié le 30/09/2015 à 18H10, mis à jour le 30/09/2015 à 18H25

Le compte Twitter Snowden
 «Can you hear me now ?» (Pouvez-vous m'entendre maintenant?), a demandé Edward Snowden dans son premier message, allusion au slogan publicitaire de Verizon.  © FLORIAN DAVID / AFP

Edward Snowden, l'ancien consultant de la NSA à l'origine de révélations sur le vaste système de surveillance des Américains, a fait une entrée remarquée sur Twitter. Dès la première heure, les utilisateurs se sont abonnés pas milliers au compte officiel de l’informaticien qui lui-même n'en suit qu'un seul: celui de la National Security Agency (@nsa)


Moins de 24 heures après avoir débarqué sur Twitter, le compte @snowden était suivi par 980.000 personnes. «Can you hear me now ?» (Pouvez-vous m'entendre maintenant?), a demandé Edward Sowden dans son premier message.


Il s'agit, comme l'a souligné Slate, d'un slogan publicitaire de l'un des plus importants opérateurs américains Verizon, l'un des premiers à avoir participé aux programmes d'écoutes de la NSA.

«Je travaillais pour le gouvernement. Maintenant, je travaille pour le public», a-t-il indiqué sur son profil. «Selon son avocat Ben Wizner, Snowden contrôlera lui-même son compte», écrit The Intercept, journal en ligne dirigé par Glenn Greenwald qui avait obtenu le Pulitzer pour avoir publié les révélations de Snowden.

Twitter a publié une animation qui montre toutes les réactions dans le monde sur le réseau social.


L'ancien consultant de la NSA devenu lanceur d'alerte avait révélé au magazine Wired l’existence d'un programme surnommé «Monstermind», avec des méthodes de guerre informatique utilisées jusque-là par la CIA, les services de l’armée et de la marine américaines, selon le site Geopolis

En 2013, Snowden avait quitté l'île d'Hawaï où il était basé pour rejoindre Hong-Kong d'où il a fait ses révélations au quotidien britannique The Gardian. Agé de 31 ans, il vit exilé à Moscou depuis 2014. Poursuivi par les Etats-Unis pour espionnage et vol de documents qui sont la propriété de l'Etat, il encourt jusqu'à 30 ans de prison.