Clap

Société,  Egypte,  Afrique

Egypte : un prédicateur musulman fait un lien entre le poulet, la prière et Dieu

Par Eléonore Abou Ez@GeopolisAfrique | Publié le 21/05/2018 à 09H40

Le prédicateur égyptien Amr Khaled
Le prédicateur égyptien Amr Khaled © capture d'écran de la page Facebook d'Amr Kkaled

Amr Khaled, un prédicateur musulman très célèbre a été moqué dans la presse et sur les réseaux sociaux après vanté les mérites d’une marque de poulet «meilleure pour la santé et la spiritualité».


Amr Khaled, c’est le prédicateur 2.0. Très présent sur les réseaux sociaux, il a des millions d’adeptes qui le suivent sur Facebook, Twitter, Instagram, YouTube…
Cet ancien comptable cible essentiellement les jeunes et les femmes avec un discours simple sur l’islam et sa pratique au quotidien. Le « docteur » Khaled parle de tout, explique tout et a réponse à tout…
 
Le poulet divin
Dans une publication récente sur sa page Facebook (supprimée depuis) , le prédicateur égyptien aborde la question de l’alimentation pendant le mois du ramadan. Il conseille une marque de poulet saoudienne (Al watania) qui serait selon lui plus saine pour le corps et l’esprit. «Avec cette recette votre rencontre avec Dieu sera meilleure» souligne-t-il avec aplomb. 

Vidéo mise en ligne sur Vimeo par Abdelrahman Sleem le 18 mai 2018

Un poulet indigeste
Mais ses propos et sa publicité déguisée ne passent pas et suscitent une vague de critiques dans la presse  et sur les réseaux sociaux.
Face au tollé général, le prédicateur égyptien supprime la publication et présente ses excuses. Seulement voilà, Amr Khaled, n’en est pas à son premier mélange des genres. En 2017, lors de son pèlerinage à la Mecque, le «télécoraniste» vedette se filmait en train de prier afin que Dieu exauce les vœux de tous jeunes qui le suivent sur les réseaux sociaux dans tous les pays arabes.

Charlatan pour les uns, prédicateur moderne pour les autres, Amr Khaled énerve fascine et gagne très bien sa vie.
En 2008, il était en tête de liste des prédicateurs arabes les plus riches avec une fortune estimée à l’époque à  2.5 millions d’euros selon un classement de Forbes Arabia cité par Asharq Al-Awsat.