Elections en Centrafrique: un pays déchiré raconté en BD

Par Véronique le Jeune | Publié le 30/12/2015 à 19H57, mis à jour le 19/01/2016 à 15H05

Les Centrafricains ont voté en masse et avec ferveur le 30 décembre 2015 afin d'élire un président et des députés censés les sortir de trois ans de guerre civile à relents confessionnels, qui ont entraîné leur pays très pauvre dans une crise sans précédent. Chaque électeur rêve de paix et d'un «bon président». «Tempête sur Bangui» raconte le chaos passé ... qui a laissé des ferments de violence.

Dans son album, paru en octobre 2015 (La Boîte à Bulles), le Centrafricain Didier Kassaï, 41 ans, relate sans détour, mais avec le recul qui sied à l'artiste, la violente prise du pouvoir de son pays, en 2013, par les rebelles de la Séléka à dominante musulmane et, en particulier, leur installation brutale et sanguinaire dans la capitale, Bangui. Le président François Bozizé est alors chassé et remplacé par le chef de la Séléka Michel Djotodia. Aucun de ces deux anciens présidents n'était candidat au scrutin du 30 décembre. C'est dire si chacun espère un vrai renouveau politique et la relance d'une industrie créatrice d'emplois. Mais la route risque d'être longue et l'apaisement fragile. En huit planches tirées de «Tempête sur Bangui», le lecteur se fera une idée de l'étendue des plaies à cicatriser.

  • La rébellion musulmane Séléka est aux portes Bangui au printemps 2013
    01 /08
    La rébellion musulmane de la Séléka est aux portes de Bangui au printemps 2013

    . © Didier Kassaï / La Boîte à Bulles

  • Au maquis «Sous manguier» spéculations vont bon train
    02 /08
    Au maquis «Sous le manguier», les spéculations vont bon train

    . © Didier Kassaï / La Boîte à Bulles

  • La population capitale centrafricaine réalise que sa vie va changer
    03 /08
    La population de la capitale centrafricaine réalise que sa vie va changer

    . © Didier Kassaï / La Boîte à Bulles

  • Les rebelles Séléka prennent Bangui 24 mars 2013
    04 /08
    Les rebelles de la Séléka prennent Bangui le 24 mars 2013

    . © Didier Kassaï / La Boîte à Bulles

  • Aux yeux l'auteur ville a désormais airs Kaboul l'afghane
    05 /08
    Aux yeux de l'auteur, la ville a désormais des airs de Kaboul l'afghane

    . © Didier Kassaï / La Boîte à Bulles

  • Face aux rebelles Séléka milices anti-balaka constituées d'ex-soldats
    06 /08
    Face aux rebelles de la Séléka, les milices anti-balaka constituées d'ex-soldats

    Entre mars 2013 et janvier 2014, lorsque la Séléka tient le pouvoir, l'armée est dissoute et ses anciennes recrues vont grossir les rangs des anti-balaka, milices d'auto-défense, en majorité chrétiennes, responsables de plusieurs massacres de civils musulmans. © Didier Kassaï / La Boîte à Bulles

  • L'auteur témoin folie meurtrière qui s'est emparée sa terre natale
    07 /08
    L'auteur, témoin de la folie meurtrière qui s'est emparée de sa terre natale

    . © Didier Kassaï / La Boîte à Bulles

  • Dans pays gens ont faim
    08 /08
    Dans le pays, les gens ont faim

    Michel Djotodja, l'ex-rebelle de la Séléka, président autoproclamé de la Centrafrique, n'apporte aucune amélioration au sort des 4,8 millions d'habitants d'un pays durement éprouvé par la guerre civile, où les milices continuent de sévir. Il est contraint à la démission le 10 janvier 2014, dans la foulée d'une intervention militaire internationale sous la conduite de la France, ancienne puissance coloniale. © Didier Kassaï / La Boîte à Bulles

Présidentielle américaine

Recevez notre newsletter consacrée aux élections américaines 2016