En Côte d’ivoire, l’or va-t-il manger le cacao?

Par Laurent Filippi | Publié le 18/04/2014 à 15H56, mis à jour le 21/04/2014 à 10H04

Le taux élevé de l’or sur le marché et la découverte de gisements aurifères en Côte d’Ivoire attirent les investisseurs étrangers mais aussi les orpailleurs clandestins.

Conséquence, des fermes à cacao sont transformées en mines d’or. Une évolution renforcée par le fait que le métal jaune permet d’obtenir de l’argent liquide très rapidement.

Une frénésie spéculative qui risque de mettre en danger la production de cacao.

Le photographe Luc Gnago nous fait découvrir, à Bouaflé dans l'ouest du pays, l’une de ces fermes nouvellement converties à la fièvre de l’or. 

  • En janvier 2014
    01 /10
    En janvier 2014,

    est inauguré à Agbaou-Ahéoua,une localité du sud de la Côte d'Ivoire, la quatrième mine d’or du pays. Elle devrait permettre d’augmenter de 20% la production aurifère du pays. Laquelle s’élève à 9 tonnes par an, ce qui est peu par rapport à des pays comme la Chine (premier producteur mondial) avec ses 300 tonnes. Récemment, un autre filon estimé à 180 tonnes a été découvert au centre de la Côte d’Ivoire.  © REUTERS/Luc Gnago

  • ​Le minerai ne représente pas plus 5 PIB pays.
    02 /10
    ​Le minerai ne représente pas plus de 5% du PIB du pays.

    Il est au cœur des nouvelles préoccupations du gouvernement qui voudrait diversifier les activités économiques traditionnelles. Le pays tire avant tout ses richesses de l’agriculture, et principalement du cacao qui représente 15% du PIB. La Côte d’Ivoire est le premier exportateur de la précieuse fève, avec 40% de la production mondiale.  © REUTERS/Luc Gnago

  • La Côte d’Ivoire dispose d’ potentiel énorme en termes d’exploitation minière.
    03 /10
    La Côte d’Ivoire dispose d’un potentiel énorme en termes d’exploitation minière.

    L’exploitation de l’or, du gaz, du diamant avait été freinée en raison des nombreuses crises économiques et politiques qui ont secoué le pays. © REUTERS/Luc Gnago

  • ​Cet engouement pour métal jaune
    04 /10
    ​Cet engouement pour le métal jaune

    intéresse certaines célébrités comme Didier Drogba, l’un des plus grands joueurs de football des années 2000. Il vient d’investir dans une société d’exploitation aurifère.  © REUTERS/Luc Gnago

  • ​Mais conquête nouveaux gisements n’est pas sans poser problème.
    05 /10
    ​Mais la conquête de nouveaux gisements n’est pas sans poser de problème.

    La découverte d’or dans la sous-préfecture de Zaïbo, dans la localité de Bobo-Niessoko (ouest) en juin 2013, a fait venir des orpailleurs clandestins, arrivés du Burkina Faso, du Niger, de la Sierra Leone, du Liberia et du Ghana. Ces derniers n’hésitent pas à détruire les plantations de cacaoyers et à utiliser des produits chimiques toxiques pour l’environnement, comme le mercure et le cyanure. © REUTERS/Luc Gnago

  • ​Des violences peuvent surgir comme en juillet 2013 à Angovia
    06 /10
    ​Des violences peuvent surgir comme en juillet 2013 à Angovia,

    un village minier situé à 40 km de Bouaflé dans la région de Marahoué (ouest). Des affrontements avaient alors éclaté entre orpailleurs autochtones et étrangers. Trois personnes avaient été tuées et plus d’une centaine de maisons incendiées.  © REUTERS/Luc Gnago

  • ​Suite à ces violences
    07 /10
    ​Suite à ces violences,

    le gouvernement ivoirien a demandé la fermeture des mines illégales. Elles doivent désormais se plier aux règles en vigueur sous risque de sanctions pénales.  © REUTERS/Luc Gnago

  • Aujourd’hui autorités ivoiriennes veulent que l'orpaillage
    08 /10
    Aujourd’hui, les autorités ivoiriennes veulent que l'orpaillage

    soit «organisée et encadrée» pour qu’elle devienne «une activité formelle, légale, qui utilise les techniques internationalement acceptées et tenant compte des critères recommandés sur le plan social et environnemental». Il est demandé aux orpailleurs clandestins de s’enregistrer au ministère en charge des mines et de respecter la législation en vigueur. © REUTERS/Luc Gnago

  • ​En mars 2014 préfet Ferkessédougou dans région Tchologo nord
    09 /10
    ​En mars 2014, le préfet de Ferkessédougou dans la région du Tchologo (nord),

    Soualio Diakité, a demandé l’interdiction de toute activité d’orpaillage dans la région, en attendant la réforme du secteur par le gouvernement. Un nouveau code minier est en cours de négociation pour attirer de nouveaux investisseurs. © REUTERS/Luc Gnago

  • ​«L’orpaillage en désordre est désormais interdit dans région.
    10 /10
    ​«L’orpaillage en désordre est désormais interdit dans la région.

    L’Etat a décidé d’organiser ce secteur qui occupe plus de 500.000 personnes. Il ne doit être exercé que par les Ivoiriens organisés en association. Un reboisement devra être fait (…) après extraction de l’or», déclare le préfet. Il a entre autre demandé aux chefs de village à ne plus se faire complice des clandestins dans ce secteur dominé par des non-nationaux. © REUTERS/Luc Gnago

Présidentielle américaine

Recevez notre newsletter consacrée aux élections américaines 2016