Clap

Société,  Economie,  Somalie,  Afrique

En Somalie, les start-ups veulent redynamiser l’économie

Par Eléonore Abou Ez@GeopolisAfrique | Publié le 06/09/2017 à 16H43, mis à jour le 06/09/2017 à 17H01

Un jeune entrepreneur somalien présentant son projet
Un jeune entrepreneur somalien présentant son projet.  © Capture d'écran du site Innovate Ventures

La conférence internationale TEDGlobal consacrée à l’innovation s’est tenue cette année fin août à Arusha en Tanzanie. L’occasion de découvrir que la Somalie est en train de rattraper son retard en matière technologique et se présente même comme une pépinière à start-ups.

 
Minée par 20 ans de guerre et de terrorisme, la Somalie a été l’un des derniers pays africains à avoir accès à Internet en 2000 avec d’abord un abonnement à prix d’or devenu plus accessible au fil des ans. Et aujourd’hui, de nombreux jeunes Somaliens ne se contentent pas d’une simple connexion mais veulent proposer des projets innovants en créant leur propre start-up.
 
Un incubateur pour un vrai coup de pouce
C’est un jeune scientifique somalien Abdigani Diriye, exilé au Royaume-Uni, qui crée le premier incubateur de jeunes pousses dans son Somaliland (nord) natal. En 2012, il décide de rentrer au pays et lance l’organisation Innovate Ventures pour former des jeunes à la programmation, au marketing et à la comptabilité, et leur permet ainsi de développer leur petite entreprise. Malgré un démarrage timide, le succès est vite au rendez-vous.

«Nous avons soigneusement choisi les start-ups et les jeunes les plus prometteurs et intéressants et nous les aidons avec de la formation, de l’investissement et des conseils», explique à l’AFP Adbigani Diriye.  
 
Des idées adaptées au marché somalien
Plus de 25 projets ont déjà bénéficié de l’appui de l’incubateur et accélérateur de starts-ups mis en place par Abdigani Diriye. Parmi eux, Muraadso pour la vente en ligne.

Et comme les consommateurs somaliens préfèrent voir et toucher la marchandise, plusieurs boutiques ont été ouvertes dans le pays pour permettre aux clients de tester la marchandise avant de passer commande. «Aider les jeunes développeurs à interagir avec des experts du domaine crée énormément d’enthousiasme et constitue un excellent point de référence», précise Abdigani Diriye dans une interview au site Quartz.
 
Ce jeune informaticien somalien formé à Londres a ouvert la voie. Plusieurs incubateurs ont depuis été lancés dans le pays où les jeunes entrepreneurs espèrent dynamiser l’économie de leur pays. La Somalie a l’un des taux de chômage les plus élevés au monde. Plus de 60% des jeunes de moins de 30 ans sont sans emploi, selon le Programme des Nations Unies pour le développement. .