Le point sur...

Société,  Erythrée

Erythrée: des conteneurs servent de prison pour les chrétiens persécutés

Par Martin Mateso@GeopolisAfrique | Publié le 26/07/2017 à 17H44, mis à jour le 27/07/2017 à 10H19

Chrétiens d'Erythrée
Les chrétiens d'Erythrée sont obligés de se réunir clandestinément, dans des lieux tenus secrets, pour éviter les rafles des forces de sécurité. © Photo/Portes Ouvertes

Ils sont nombreux à croupir en prison où ils subissent des actes de torture. Les chrétiens d’Erythrée sont considérés comme une menace pour l’Etat. Ils sont traqués par les services de sécurité qui n’hésitent pas à abattre ceux qui tentent de s’enfuir. Quinze ans de répression impitoyable que raconte à Géopolis Clémence Martin, chargée de communication à l’ONG Portes Ouvertes.


L’ONG Portes Ouvertes ne dispose pas de chiffres précis. Ils sont très difficile à obtenir en Erythrée. Mais selon différentes sources, plusieurs milliers de chrétiens croupiraient aujourd’hui dans les maisons d’arrêt du pays où ils subissent des traitements inhumains. Objectif, leur faire renier leur foi chrétienne.
 
Les personnes suspectées d’être des «chrétiens souterrains» sont épiées sur leur lieu de travail. Leurs mouvements et activités sont passés au crible, rapporte Portes Ouvertes.
 

Clémence Martin chargée communication à Portes Ouvertes

Clemence Martin est chargée de communication de l'ONG Portes Ouvertes. Elle rappelle que l'Erythrée occupe le 10e rang des pays où les chrétiens sont les plus persécutés dans le monde. © Photo/Portes Ouvertes


Les maisons des chrétiens visées par des raids
Les dernières rafles remontent au mois de mai 2017. Quelque 120 chrétiens ont été arrêtés et jetés en prison. Deux documents leur sont soumis: soit ils s’engagent à cesser «toute activité religieuse illégale, soit ils renoncent à leur foi en Christ». Ceux qui refusent de signer risquent de très longues années de prison et parfois de mourir en détention.
 
«Ces quinze dernières années ont été terribles. Les maisons des chrétiens ont fait l’objet de raids, des centaines de chrétiens ont été emprisonnés pendant de longues périodes. Vingt-huit d’entre eux sont morts durant leur incarcération. Les chrétiens font face à des actes de torture, aux travaux forcés et sont parfois emprisonnés dans des conteneurs, dans des conditions immondes et de privations», s’indigne Clémence Martin.
 
Elle raconte à Géopolis le calvaire vécu par Helen Berhane, une chanteuse de Gospel érythréenne qui a passé 30 mois avec 17 autres prisonniers dans un conteneur maritime métallique. Un espace infesté de poux et de puces. Elle a résisté à ses bourreaux en improvisant des chants, malgré la torture. Elle a survécu miraculeusement à sa détention dont elle a tiré son livre-témoignage Le chant du rossignol.
 
«Tel un rossignol, on ne pouvait pas l’arrêter de chanter dans son conteneur, glacial la nuit, et bouillant le jour. Elle était menottée, battue par ses bourreaux. Parce qu’elle refusait de renier sa foi», précise Clémence Martin.
 
Helen Berhane chanteuse gospel érythréenne ancienne prisonnière chrétienne

Helène Berhane est une chanteuse Gospel érythréenne. Elle a passé 30 mois dans un conteneur maritime métallique parce qu'elle refusait de renier sa foi chrétienne. © Photo/Portes Ouvertes


Le déni des autorités érythréennes
Helen Berhane a réussi à fuir l’Erythrée. Elle a trouvé refuge dans un pays européen où elle continue de dénoncerr la répression qui frappe les chrétiens dans son pays. Une persécution niée par les autorités érythréennes qui rétorquent que la liberté de religion est inscrite dans la Constitution du pays.
 
«C’est un vrai paradoxe parce que les chrétiens qui représentent 50% de la population sont délibérément persécutés. En octobre 2005, le régime a destitué le patriarche orthodoxe Abune Antonio  parce qu’il critiquait l’intervention de l’Etat dans les affaires religieuses. Il vit encore aujourd’hui en résidence surveillée. Les chrétiens arrêtés sont assimilés à des dissidents ou des opposants politiques parce qu’ils pratiqueraient leur foi dans des lieux de rassemblement qui ne sont pas autorisés», accuse Clémence Martin.
 
Des réunions clandestines à haut risque
Faute de pouvoir se rassembler dans leurs églises, les chrétiens d’Erythrée tiennent des réunions clandestines pour contourner le manque de liberté religieuse. Avec le risque d’être arrêtés ou de devoir fuir le pays.
 
«Il n’y a pas le moindre signe qui attesterait que la persécution s’arrêterait en Erythrée», constate Clémence Martin. Elle redoute la poursuite des flux migratoires de ceux qui arrivent à tromper la vigilance de leurs bourreaux.
 
Portes Ouvertes appelle à la mobilisation internationale en faveur des chrétiens persécutés d’Erythrée. L’ONG appelle à des sanctions concrètes contre le régime d’Asmara pour qu’il accorde enfin la liberté de religion à tous ses citoyens.