Clap

Espagne,  Europe,  Europes

Espagne: la croissance pourrait dépasser les 3,2% en 2016

Par Pierre Magnan@GeopolisAfrique | Publié le 02/01/2017 à 15H18, mis à jour le 09/01/2017 à 10H41

L'Espagne affiche croissances plus fortes zone euro
L'Espagne affiche une des croissances les plus fortes de la zone euro. En 2015 (chiffres de la carte, source eurostat), la croissance espagnole était de 3,2%, résultat qu'elle devrait améliorer en 2016. © touteleurope.eu

Dans une zone euro peu glorieuse en terme de croissance, l'Espagne pourrait presque faire figure de petit dragon. Sa croissance devrait en effet dépasser les 3,2% en 2016, selon son ministre de l'économie. En 2015, déjà, le PIB espagnol avait progressé de 3,2%. Résultat: même si tout n'est pas rose, le chômage, qui avait atteint des sommets, recule.


L’Espagne, qui a subi l’une des pires crises économiques de la zone euro après la débâcle financière de 2007-2008, retrouve la forme après les purges des années précédentes. En pleine tempête politique, et malgré (ou grâce à) l’absence de gouvernement, le pays a connu une forte croissance en 2016 après les bons résultats de 2015. Au point que le pays est de ceux qui affichent une des meilleures santé économique en Europe.


Conséquence de ces bons résultats: le chômage est en recul. Un effet récupération après la destruction de très nombreux emplois pendant les années de recul de la croissance (3,7 millions d’emplois perdus entre 2007 et 2014). 

«L’Espagne a retrouvé la croissance en 2014 et son chômage, qui avait grimpé jusqu’à 27%, a été ramené à 18,9% au troisième trimestre, passant sous la barre symbolique des 20% pour la première fois depuis six ans. Mais il est bien au-dessus de la moyenne de la zone euro (10,1%) et reste le pire résultat de l’UE derrière la Grèce», relativise Le Monde.

Malgré les bons chiffres de l'année 2016, sur la période 2008-2016 la croissance globale reste quasi nulle. Il n’en reste pas moins que l’Espagne est souvent présentée comme un modèle car les recettes libérales (baisse des salaires notamment) semblent porter leurs fruits. «C'est donc la baisse du salaire réel qui a permis cette reprise imparfaite de l'emploi», confirme Romaric Godin dans La Tribune.

GDP growth, 2016

Aujourd'hui, après avoir connu une période particulièrement difficile, l'Espagne est ainsi devenue une référence économique aux yeux de tous ceux qui défendent des idées libérales (baisse des charges, des salaires et des prestations sociales). En effet, le pays est un des plus performants en termes de croissance.

Les causes de cette reprise sont nombreuses. Outre l'effet rebond après des années de recul, l'économie espagnole est désormais bien placée en termes de compétitivité du fait de la baisse des salaires. Son système bancaire, fragilisé, s'est consolidé et les aides fiscales ont été nombreuses, entraînant un important déficit budgétaire.

Le boom du tourisme
Le secteur touristique en Espagne a enregistré en 2016 un nouveau record avec 71,5 millions de visiteurs étrangers entre janvier et novembre derniers, en hausse de 10,1% par rapport à la même période de 2015. Un chiffre qui explique une partie du succès économique du pays. En effet, ce secteur est un gros pourvoyeur d'emplois. Des emplois certes souvent précaires. 

Les prévisions pour 2017 font état d'une poursuite de la croissance, mais les décisions politiques pourraient jouer sur les moteurs de la croissance. Le nouveau gouvernement devrait prendre des mesures pour limiter le déficit budgétaire et il a déjà annoncé une hausse du salaire minimum au cours de la législature dont les effets sont difficiles à mesurer.