Ethiopie: à la découverte de l’ethnie Bench avec le photographe Hans Silvester

Par Laurent Filippi | Publié le 31/08/2017 à 16H23, mis à jour le 31/08/2017 à 16H28

Hans Silvester, photographe, mais aussi voyageur et infatigable militant environnemental, sillonne l’Afrique depuis plus de 15 ans. Il travaille sur les territoires qui subissent de graves mutations et sur les peuples menacés de disparition. Dans son livre «Bench», paru aux éditions Actes Sud, il part à la rencontre de ce peuple qui vit dans le sud de l’Ethiopie.

«Personne jusqu’alors ne s’était intéressé à la beauté de ces fresques et à la fascinante créativité des Bench… Témoignages d’une civilisation agro-pastorale qui perdure au XXIe siècle. Il est vrai que pour accéder à ces montagnes que ne dessert aucune route, il faut donner du temps au temps», raconte Hans Silvester.

  • Les Bench 130.000 personnes
    01 /08
    Les Bench (130.000 personnes)

    sont avant tout paysans et agriculteurs. Ils préfèrent vivre dans des maisons isolées et des petits hameaux que dans des villages. La grande majorité se trouve à 600 kilomètres au sud d’Addis-Abeba sur un territoire montagneux, variant de 1.600 à 3.000  mètres d’altitude. Le climat y est tropical mais très sain.  © Hans Silvester

  • Hommes animaux vivent sous même toit
    02 /08
    Hommes et animaux vivent sous le même toit,

    mais chacun dans deux parties distinctes. Le sol à l’intérieur de la maison est constitué de terre mélangée à de la bouse de vache séchée et à des fibres d’herbe. © Hans Silvester

  • Tout leur territoire recouvert champs cultivés
    03 /08
    Tout leur territoire et recouvert de champs cultivés,

    car les paysans n’hésitent pas à occuper toutes les surfaces, qu’elles soient planes ou en pente. Partout les Bench sèment et plantent. La mécanisation n’existe pas. Les champs sont préparés à la houe ou à l’aide d’une charrue tirée par des zébus.  © Hans Silvester

  • A fin toit est recouvert d’herbe.
    04 /08
    A la fin, le toit est recouvert d’herbe.

    Mais à la saison des pluies, l’eau s’infiltre dans les murs et provoque des dégâts importants car il n’y ni ciment, ni chaux.  © Hans Silvester

  • C’est au moment fêtes Pâques
    05 /08
    C’est au moment des fêtes de Pâques

    que les Bench peignent l’intérieur et/ou l’extérieur de leurs maisons. Ici pour étaler les terres ocre et rouges sur les murs, pas de pinceau mais juste les doigts. Cette époque correspond aussi à la pleine saison des travaux dans les champs. Et beaucoup n’ont pas le temps de décorer leurs demeures.  © Hans Silvester

  • Les gallinacés
    06 /08
    Les gallinacés

    sont un peu les animaux de compagnie des enfants Bench. Ils s’amusent beaucoup avec eux. Les filles aiment les prendre dans leur bras. Les câliner. © Hans Silvester

  • «Quand ils entrent dans cadre tableau est complet.
    07 /08
    «Quand ils entrent dans le cadre, le tableau est complet.

    L’harmonie des couleurs, des maisons peintes et des animaux est grandiose», raconte le Hans Silvester. © Hans Silvester

  • Les Bench rêvent tous d’avoir maison
    08 /08
    Les Bench rêvent tous d’avoir une maison

    qui ne demande plus de réparations régulières. Ceux qui ont pu construire un habitat moderne gardent les anciennes huttes pour les animaux. Et rompent un peu de l’harmonie avec la nature. © Hans Silvester