Clap

Ethiopie,  Djibouti,  Afrique,  Afriques

Ethiopie: un train chinois pour Djibouti

Par catherine Le Brech avec AFP@GeopolisAfrique | Publié le 05/10/2016 à 16H02, mis à jour le 05/10/2016 à 16H12

Un employé chinois ligne train Addis-Abeba-Djibouti
Un employé chinois de la ligne de train Addis-Abeba-Djibouti, le 24 septembre 2016. Avec des conducteurs chinois à la barre, les nouveaux trains raccourciront les distances entre la capitale éthiopienne et le port de Djibouti. © ZACHARIAS ABUBEKER / AFP

Il aura fallu quatre ans de travaux et des financements chinois pour finaliser une ligne ferroviaire entre la capitale éthiopienne et le port de Djibouti. Inaugurée le 5 octobre 2016, elle doit permettre de booster l’économie en Ethiopie et de favoriser les échanges entre les deux pays.


Addis-Abeba l’attendait. Dans un mois, un train reliera les 750 km séparant la capitale éthiopienne du port de Djibouti. Une réalisation qui réduira le temps de voyage à 10 heures, là où il fallait plusieurs jours par la route. Quelque 1.500 camions y roulent chaque jour pour transporter près de 90% des importations éthiopiennes.

Financée et construite par la Chine, cette ligne rend définitivement obsolète l'ancien chemin de fer franco-éthiopien mis en service en 1917 et qui fonctionnait encore aléatoirement sur un tronçon allant de Dire Dawa (nord-est de l'Ethiopie) à Djibouti.

Ethiopie sur seule ligne chemin fer construite par Français
Ethiopie, région d'Afar: sur la seule ligne de chemin de fer, contruite par les Français. © GUIZIOU Franck / hemis.fr / Hemis

Le train va permettre le désenclavement de l’Ethiopie qui n’a plus accès à la mer depuis l'indépendance de l'Erythrée en 1991. Il «représente un changement majeur. L'Ethiopie est l'une des économies les plus dynamiques d'Afrique. La connexion (…) va booster notre économie et accélérer notre croissance», assure Mekonnen Getachew, le responsable du projet pour la Compagnie ferroviaire éthiopienne.

Même son de cloche chez Zhang Huarong, président de la société chinoise Huaajian, qui exporte chaque mois vers les Etats-Unis et l'Europe via Djibouti quelque trois millions de chaussures fabriquées en Ethiopie: «Nous espérons que ce train réduira les efforts logistiques et réduira les  coûts. Nous sommes très optimistes…»

Vitrine de la technologie chinoise
Car au-delà du bénéfice réel pour l’économie éthiopienne, cette nouvelle ligne est aussi une vitrine de la technologie chinoise sur le continent africain. 70% des 3,4 milliards de dollars d'investissement ont été injectés par la banque chinoise Exim Bank. Et les sociétés China Railway Group et China Civil Engineering Construction Corporation l’ont construite.

«C'est le premier train électrifié de gabarit standard sur le continent construit selon les normes chinoises et avec la technologie chinoise, et ce ne sera certainement pas le dernier. Beaucoup de monde devrait en tirer parti», a déclaré l'ambassadeur de Chine en Ethiopie, La Yifan.


En effet, il s’agit d’une première étape ouvrant la voie à un vaste réseau ferroviaire. L'Ethiopie entend construire 5.000 km de voies ferrées d'ici à 2020. Objectif à moyen terme : connecter la nouvelle ligne avec le Soudan au Nord, le Kenya au Sud et le Soudan du Sud à l’Ouest. A terme, ce réseau pourrait constituer le point de départ d'un équipement traversant le continent d'Est en Ouest, de la mer Rouge au Golfe de Guinée.

Si la croissance de l’Ethiopie pourrait tomber à 4,5% en 2016 (contre 10,2% en 2015) à cause d’une sévère sécheresse, selon des chiffres du FMI, elle n’en reste pas moins une des économies les plus dynamiques du continent africain.