Clap

Politique,  Economie,  Gabon,  Centrafrique,  Afrique

Gabon: le président Ali Bongo sollicite l’aide de Vladimir Poutine

Par Alain Chemali@GeopolisAfrique | Publié le 16/07/2018 à 16H13, mis à jour le 17/07/2018 à 14H58

Ali Bongo Ondimba Vladimir Poutine
Le président russe, Vladimir Poutine, serre la main du président gabonais, Ali Bongo Ondimba, lors de leur rencontre au Kremlin à Moscou le 15 juillet 2018.  © Alexei Druzhinin/Sputnik/AFP

Pendant la Coupe du monde, la diplomatie russe ne chômait pas. En marge des rencontres sportives, Vladimir Poutine a reçu plusieurs dirigeants étrangers dont son homologue gabonais Ali Bongo Ondimba. L’occasion pour les 2 hommes de faire le point sur la coopération entre Libreville et Moscou et pour le président Bongo de solliciter l’aide de la Russie dans le règlement de la crise en Centrafrique.


Invité, selon la presse gabonaise, par le président de la Fédération de Russie pour «un séjour de travail et d’amitié», le président Ali Bongo Ondimba a été reçu par Vladimir Poutine au Kremlin le 15 juillet 2018. Le jour même de la finale de la Coupe du monde.
 
Un partenariat multiforme y compris sur la sécurité... en Centrafrique
Les deux dirigeants, qui célèbreront en octobre prochain le 45e anniversaire de l’établissement de leurs relations diplomatiques, ont eu ainsi l’occasion de faire le point sur la coopération entre leur deux pays.
 
«Un partenariat multiforme dans le domaine des mines, du pétrole et du bois», écrit le site Gabon initiative, rappelant que l’accord bilatéral de suppression des visas pour les détenteurs de passeports diplomatiques et de service de 2011 avait marqué une étape importante pour ces échanges.
 
Autre sujet important abordé au cours de cette rencontre, la sécurité notamment en Centrafrique. Pays voisin en proie à des violences depuis des années.
 
Lors de cette audience, Ali Bongo a sollicité le soutien de la Russie dans le règlement de la crise et le retour de la paix en Centrafrique où son pays a décidé de maintenir plus de 400 soldats dans la Minusca, la force de l'ONU dans ce pays.
 
«L’Afrique a besoin de vous. Votre pays est vaste, il dispose d’énormes possibilités et est capable de faire beaucoup de bien pour le continent (…). Je crois que ce serait merveilleux si nous conjuguions nos efforts pour que la paix se rétablisse dans ce pays», a dit Ali Bongo à Vladimir Poutine, selon Afrique news info.
 
L'opération séduction d'Ali Bongo payée de mots en retour
Confirmant ces propos, le site officiel russe Sputnik rapporte que le chef du Kremlin a évoqué de son côté la récente intensification des liens économiques et commerciaux avec Libreville, mais constaté que le volume d’échanges entre les deux pays restait modeste pour le moment.
 
En revanche, concernant les questions de sécurité, «nous avons bien sûr sur quoi travailler, dont le règlement régional en Centrafrique», aurait répondu le chef du Kremlin, selon Sputrnik.
 
L’opération séduction du fils du défunt président Omar Bongo, à quelques semaines d’un scrutin législatif aux dates encore floues en raison de difficultés économiques, a également été payée de mots en retour.
 
«Le Gabon est l’un des pays les plus importants pour la Russie», a déclaré le chef de la diplomatie russe, selon Gabon Media Time.
 
«Son  positionnement  géostratégique, l’activisme  très fort de sa diplomatie dans les instances internationales, ainsi que son potentiel économique important sont des atouts majeurs pour notre pays», aurait encore ajouté Sergueï Lavrov.