Clap

Allemagne,  Europe,  Namibie,  Afrique,  Afriques

Génocide des Hérero: les descendants menacent de rejeter les excuses allemandes

Par Falila Gbadamassi avec AFP@GeopolisFTV | Publié le 16/10/2016 à 18H49

Commémoration massacre Hérero Nama Namibie 4 octobre 2015
La communauté héréro, avec son leader au centre (en rouge) Vekuii Rukoro, commémore le 4 octobre 2015 le génocide de ses ancêtres sur le monticule sur lequel le général allemand Lothar von Trotha a donné le 2 octobre 1904 l'ordre de les exterminer. 


© JÜRGEN BÄTZ / DPA

Les descendants des Héréro et des Nama, à qui l'Allemagne compte présenter des excuses pour le génocide dont a été victime leur communauté, seront intransigeants sur la question de l'indemnisation.


Berlin et Windhoek négocient actuellement une déclaration commune dans laquelle l'Allemagne va s'excuser des massacres dans son ancienne colonie africaine.

D'ici la fin de l'année, les Allemands prévoient de présenter des excuses officielles pour l'élimination systématique des indigènes en Namibie issus des peuples Héréro et Nama par les troupes impériales allemandes il y a un siècle.

Les excuses allemandes devront aller de pair avec des dédommagements
Mais les discussions risquent d’achopper sur la question de l’indemnisation. Car les descendants des Héréro et des Nama ont indiqué le 14 octobre 2016 qu'elles rejetteraient ces excuses si elles n'étaient pas accompagnées de dedommagements.  

L’Allemagne considère en effet ne pas avoir à les verser compte tenu de l'aide au développement versée à la Namibie depuis son indépendance de l'Afrique du Sud en 1990.

Si cette position allemande devait être maitenue, cela «serait une insulte phénoménale», selon Vekuii Rukoro, chef du peuple héréro. «Non seulement à l'intelligence des Namibiens et aux descendants des communautés victimes, poursuit-il, mais aussi à celle des Africains en général». Il fait valoir que l'Allemagne a bien dû payer des réparations en raison de l'holocauste

«Parce que nous avons une couleur de peau différente, le gouvernement allemand nous dit : "des excuses et un point c'est tout", a-t-il ajouté. «Les Héréro et Nama de Namibie sont des victimes de génocide et même dans 100 ans nous n'accepterons pas ça».

Héréros enchaînés pendant guerre menée par Allemands 1904-1907
Héréros enchaînés pendant la guerre menée par les Allemands (1904-1907) © DR (capture d'écran du sujet d'AITV du 10-10-2013)

De la «guerre raciale» au «génocide»
Le terme «génocide» avait été employé l'an dernier par Norbert Lammert. Selon le président du Bundestag, l'Allemagne impériale a conduit en Namibie, à l'époque Afrique allemande du Sud-Ouest (1884-1915), une «guerre raciale» pour réprimer un soulèvement Héréro.

Il a parlé de «dizaines de milliers de victimes Héréro et Nama, non seulement dans les combats mais aussi à cause de maladies et de mises à mort ciblées liées à la privation d'eau et de nourriture» et affirmé que d'autres «sont morts dans des camps de concentration ou du travail forcé».

Privés de leurs terres, de leur bétail et de tout moyen de subsistance en raison de la pression croissante des colons allemands et de l'administration coloniale, les Héréro s'étaient révoltés le 12 janvier 1904, massacrant 123 civils allemands.

La guerre a culminé avec la bataille de Waterberg qui a eu lieu en août 1904 à environ 200 kilomètres de la capitale Windhoek. Poursuivis par les troupes allemandes à travers les étendues désertiques de l'actuel Kalahari, les Héréro décidèrent alors de fuir vers l'est avec femmes et enfants pour gagner le Botswana voisin où seuls 15.000 survécurent sur 80.000.

En octobre 1904, le commandant militaire de la colonie, le général Lothar von Trotha, décidait d'exterminer les Héréro. Il avait décrété que «dans les frontières (coloniales) allemandes, tout Héréro avec ou sans arme, avec ou sans bétail, devait être abattu».

Depuis 2011, l'Allemagne a restitué à la Namibie plusieurs dizaines de crânes de guerriers Héréro qui avaient été ramenés à Berlin pour
des expériences censées prouver la supériorité des Blancs sur les Noirs.