Clap

Société,  Ghana,  Afrique

Ghana: des pilules pendant la grossesse pour éclaircir la peau du bébé

Par Eléonore Abou Ez@GeopolisAfrique | Publié le 05/03/2018 à 14H58

Médicaments dans centre médical au Togo
Plaquettes de médicaments dans une centre médical au Togo. © AFP/ GODONG / DELOCHE / BSIP

Les autorités du Ghana ont lancé une nouvelle mise en garde contre l’utilisation de produits censés éclaircir la peau. Malgré l’interdiction, la pratique se développe et touche même les femmes enceintes.


Après les crèmes, ce sont les pilules éclaircissantes qui ont la cote au Ghana. Ces comprimés illicites circulent dans le pays et inquiètent les autorités sanitaires locales.

«L'utilisation de ces médicaments a atteint un stade alarmant», a déclaré le directeur des produits cosmétiques de l’agence gouvernementale Food and Drugs (FDA). Emmanuel Nkrumah révèle notamment que de nombreuses femmes prennent ces pilules pendant leur grossesse pour donner naissance à un enfant à la peau plus claire.

Risques de malformations
Le Ghana prend très au sérieux ce phénomène qui semble se développer dans le pays.

A ce stade, il n y a pas de chiffres précis sur le nombre de personnes concernées mais les autorités sanitaires soulignent que le problème concerne les femmes de toutes les catégories sociales.  

Ces produits, interdits à la vente, sont dangereux et peuvent provoquer des malformations et des maladies de la peau chez le fœtus, selon la FDA, qui a réuni la presse pour lancer une nouvelle campagne de sensibilisation. 

Le Ghana est en guerre contre les produits éclaircissants et en a interdit la vente en août 2017 en raison de leur dangerosité.
Les crèmes et pilules illicites continuent pourtant d’être vendus dans le pays où ils sont importés clandestinement. Les publicités qui vantent les mérites de ces produits ne sont pas bannies.