Clap

France,  Tchad,  Mali,  Afrique,  Tensions africaines

Guerre au Mali : jour de deuil au Tchad

Par Pierre Magnan@GeopolisAfrique | Publié le 01/03/2013 à 10H28, mis à jour le 05/03/2013 à 10H47

Soldats tchadiens
Soldats tchadiens au Niger, en route vers le Mali. © Boureima HAMA / AFP

La journée du 1er mars a été déclarée «Jour de deuil national en mémoire des soldats tchadiens morts au combat dans les affrontements opposant les forces alliés au djihadistes sur toute l’étendue du territoire tchadien». C’est une décision du Président Idriss Déby qui a signé un décret instituant cette «journée fériée, chômée et payée», précise le «Journal du Tchad».

Le Tchad, qui a envoyé «au-delà de 2.000» hommes au Mali ─ le plus fort contingent africain ─, déplore dans les rangs de son armée «27 morts et 50 blessés», principalement lors de violents combats le 22 février, avait indiqué le chef de l'Etat tchadien le 27 février.

Dans cette guerre sans images, qui se déroule dans le nord du Mali, les combats ont été violents et ont fait des victimes, notamment des Tchadiens. «1.200 soldats français épaulés par 800 Tchadiens poursuivent la traque des djihadistes et de leurs chefs dans la région de Tessalit», rapportait l'AFP, le 28 février.

Le Journal du Tchad témoigne de la réalité des combats en rapportant qu'«une soixantaine de soldats blessés lors des violents affrontements le week-end dernier (23-24 février, NDLR) avec les terroristes près des grottes de l'Adrar des Ifoghas maliens» on été admis dans des hôpitaux de Niamey, au Niger.

«Le ministre tchadien de la Communication a annoncé la prise de la base arrière des terroristes au cours desdits affrontements, et que "les quelques renégats qui se trouveraient dans ces massifs seront récupérés un à un et seront traités comme tels par les Forces de Défense et de sécurité tchadienne"», ajoute le quotidien.

Message de François Hollande
Parmi les militaires tchadiens blessés, le général Mahamat Idriss Deby, le fils du président qui devrait être désormais soigné en France, précise le journal.

Le 26 février, François Hollande avait envoyé un message de condoléance à son homologue tchadien: «C'est avec la plus grande tristesse que j'ai appris avec consternation la mort de vingt-trois soldats tchadiens au cours des combats meurtriers qui ont eu lieu au Nord du Mali, dans le massif des Ifoghas

Fort de ses victimes, le Tchad demande aux pays de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cédéao) à Yamoussoukro (Côte d'Ivoire) «à plus de célérité en accélérant l’envoi des troupes dans la zone libérée», rapporte le journal tchadien.

Images ECPAD tournées le 19 février 2013