Eclairage

Environnement,  Economie,  Maroc

Hiver rigoureux: le bois reste incontournable au Maroc

Par Jacques Deveaux@GeopolisAfrique | Publié le 14/01/2018 à 14H36, mis à jour le 14/01/2018 à 21H36

Distribution fours améliorés
Distribution de fours à bois dans la région de Boulmane au Maroc. © Le Matin

La vague de froid qui touche le Maroc en ce début d’année 2018, rappelle combien la population rurale est encore très éloignée des équipements du confort moderne. Se chauffer, et aussi cuisiner au bois, sont encore très répandus. Et cela met la forêt en péril.

On pense à tort qu’en Afrique, l’usage domestique du bois pour cuisiner ou se chauffer, ce qu’on appelle «le bois de feu», est réservé aux pays situés au sud du Sahel. Or au Maroc, le bois reste la deuxième source d’énergie du pays. Dans une enquête menée en zone rurale, il est apparu que trois foyers sur quatre possédaient une bouteille de gaz, mais ne l’utilisaient pas de façon continue, préférant le bois.
 
Avec six millions de tonnes utilisées, la consommation de bois au Maroc est deux fois supérieure à la production. Il est clair que la différence est comblée par l’exploitation illégale. La forêt marocaine est exploitée quasi exclusivement (80%) à cette fin.

Fours «améliorés»
Aussi pour cet hiver, le Haut-commissariat aux eaux et forêt a prévu de distribuer 6300 fours dit «améliorés» aux plus démunis. Le programme décennal prévoit de distribuer 60.000 fours d’ici 2024. 300.000 ménages sont concernés dans 110 communes rurales. De fait, et c’est peu surprenant, 89 % de la consommation de bois se concentrent dans les zones rurales.
 
Ces fours «améliorés» sont multi-usages, à la fois appareil de cuisson et de chauffage. Ils ont un meilleur rendement, ce qui diminue la charge financière des ménages, ou le temps passé à ramasser du bois. Cela contribue également à protéger la ressource.

Le programme espère réduire de 7500 tonnes la coupe de bois sur pied et atteindre en 2024 une réduction de 150.000 tonnes. En superficie, 4000 hectares de forêt d’eucalyptus seraient ainsi sauvegardés.