Inde: les Saperas, une caste de charmeurs de serpents

Par Laurent Filippi | Publié le 17/03/2017 à 16H20, mis à jour le 19/03/2017 à 17H51

En Inde, les Saperas charment des serpents depuis des siècles. Aujourd’hui, leur mode de vie est menacé.

10 photos d’Adnan Abidi illustrent ce propos.

  • En Inde
    01 /10
    En Inde,

    les Saperas sont chasseurs et charmeurs de serpents. Membres d’une très ancienne caste indienne, ils vivent à la périphérie des villes, pour la plupart dans l’Etat de l’Uttar Pradesh dans le nord du pays.  © Adnan Abidi/Reuters

  • Ils forment communauté très sollicitée
    02 /10
    Ils forment une communauté très sollicitée

    car ils savent aussi guérir des morsures de serpents. Ils connaissent tous les secrets des venins et comment fabriquer des antidotes.  © Adnan Abidi/Reuters

  • Il existe en Inde 270 espèces serpents
    03 /10
    Il existe en Inde 270 espèces de serpents,

    dont une soixantaine sont très dangereux pour l’homme. 8.000 Indiens décèdent chaque année suite à une morsure de serpent venimeux. Les habitants des villages reculés font toujours appel aux Saperas pour chasser les reptiles de leurs maisons et de leurs champs. © Adnan Abidi/Reuters

  • Mais pourtant
    04 /10
    Mais pourtant,

    aujourd’hui, les Saperas suscitent des réactions mitigées parmi la population. Certains les admirent. Mais les défenseurs des animaux les accusent de maltraiter les reptiles, de coudre leur bouche, d’arracher leurs crochets ou encore de percer leurs glandes à venin. © Adnan Abidi/Reuters

  • Sous pression associations défense animaux
    05 /10
    Sous la pression des associations de défense des animaux,

    la Loi de protection de la vie sauvage a déclaré illégale, en 1991, l’activité des Saperas. Mais malgré cet interdit, 800.000 charmeurs de serpents continuent d’exercer leur activité. © Adnan Abidi/Reuters

  • Les Saperas réfutent totalement accusations maltraitance.
    06 /10
    Les Saperas réfutent totalement les accusations de maltraitance.

    Pour eux, blesser un serpent serait comme maltraiter leurs dieux. La plupart sont hindouistes (une petite minorité s’est convertie à l’islam) et vénèrent Shiva, un dieu représenté avec un cobra royal autour du cou, ainsi que Shakti, la déesse serpent.  © Adnan Abidi/Reuters

  • Ils réclament à l’Etat indien
    07 /10
    Ils réclament à l’Etat indien

    de supprimer cette loi de 1991 qui menace leur mode de vie ancestrale, transmis de génération en génération. © Adnan Abidi/Reuters

  • Si loi continue à être appliquée
    08 /10
    Si la loi continue à être appliquée,

    les Saperas demandent au gouvernement de leur octroyer une compensation financière car ils ne connaissent pas d’autres métiers. Et réclament également à l’Etat le droit de vendre le venin à des fins médicales.  © Adnan Abidi/Reuters

  • Cette loi pose autre problème.
    09 /10
    Cette loi pose un autre problème.

    Depuis des années, ayant de plus en plus de difficultés à survivre, les Saperas pratiquent la contrebande et le braconnage. Ils mettent ainsi en péril des espèces de reptiles menacées. © Adnan Abidi/Reuters

  • Mais cette activité ce mode vie
    10 /10
    Mais cette activité et ce mode de vie

    sont peut-être condamnés à disparaitre dans l’Inde moderne. Beaucoup de jeunes veulent suivre des études. Destinés à devenir charmeurs de serpents, certains d’entre eux préfèrent travailler sur les chantiers ou dans les usines. Des métiers qui rapportent plus d’argent pour faire vivre une famille. © Adnan Abidi/Reuters